Illustration de salle d'art avec plusieurs tableaux remplis de références (Mickey, Blanche Neige qui croque la pomme Apple, Donald etc.) Bugs Bunny au milieu

Avec un brin de pop culture, Speedy Graphito bouscule les conventions de façon ludique  

Image d'avatar de Lola GautierLola Gautier - Le 27 décembre 2023

Considéré comme un pionnier du street-art en France, Speedy Graphito détourne les icônes de la pop-culture autour de graffitis colorés pour nous apporter sa vision controversée de la société. Il mélange les influences qui le bercent depuis toujours : les arts modernes et la bande dessinée.

Illustration de salle d'art avec plusieurs tableaux remplis de références (Mickey, Blanche Neige qui croque la pomme Apple, Donald etc.) Bugs Bunny au milieu

Un artiste pluridisciplinaire

De son vrai nom Olivier Rizzo, Speedy Graphito débute les graffitis en 1983, dans un petit atelier à Paris. Après avoir suivi un cursus artistique au sein de la prestigieuse école d’art Estienne, il fait le choix de se tourner vers une carrière d’artiste. Il réalise ses premiers pochoirs dans la rue en compagnie du groupe X Moulinex à sa sortie d’école. Speedy Graphito s’épanouit également dans d’autres disciplines artistiques que les graffitis et devient plasticien.

Graffitis colorés avec la silhouette de Snoopy, bombe de peinture à la main.

Ses inspirations

Les premières œuvres d’art urbain que Speedy Graphito a découvertes l’ont fasciné. Ernest Pignon-Ernest, dans un premier temps, collait des silhouettes de personnages connus grandeur nature en pleine rue. Puis, les dessins réalisés par Keith Haring dans le métro parisien n’ont fait que confirmer à l’artiste que l’espace public pouvait être exploité en un véritable lieu d’expression et de rencontres artistiques.

Illustration de salle d'art avec plusieurs tableaux remplis de références (Bob l'éponge, Blanche Neige etc.)

La pop culture en guise de liberté

Dans nombre d’interviews, Speedy Graphito explique s’intéresser à la mémoire collective et à la mondialisation. C’est dans cette optique qu’il a pensé qu’il se sentirait plus libre en utilisant des univers de la pop culture pour les détourner et raconter autre chose sans être « prisonnier » d’un style. « Par goût pour la nostalgie je recherche aussi l’émotion que j’avais enfant devant des œuvres, laquelle passait simplement par le ressenti sans jugement. En faisant appel à des images assez enfantines, je m’aperçois que je réveille l’enfant chez les gens, enterré en eux par la vie d’adulte. », confie-t-il lors d’une interview pour le QG Des Artistes.

Certains emblèmes de la pop culture reviennent régulièrement dans les graffitis de Speedy Graphito, tels que Mickey ou Astroboy, ils sont très familiers aux yeux de l’artiste : « Tant qu’ils ont des choses à raconter, je les laisse parler. Mes toiles racontent ma vie, même si ce n’est pas forcément visible. », poursuit-il.

Blanche Neige qui croque fans la pomme Apple, avec des graffitis noirs comme des tatouages.

L’enfance au cœur du processus créatif de Speedy Graphito

Si l’artiste fait écho à l’enfance dans ses œuvres, c’est parce qu’il s’agit de la période de sa vie dans laquelle il a ressenti le plus d’émotions. « Quand on est petit, on est peut-être plus réceptif à vivre ses émotions pleinement, sans les contrôler. Je me souviens par exemple d’un épisode des Mystères de l’Ouest qui m’a beaucoup marqué, parce qu’il s’agissait de voyager dans des tableaux… J’ai aussi remarqué que si j’utilise des références, dans mes tableaux, venues de la propre enfance des gens, ils enlèvent un peu certaines barrières, ils y entrent plus facilement. »

Salon avec poissons roues au milieu, un personnage nu sur canapé blanc - très coloré.

Techniques artistiques

Pour peindre ses premiers murs, Speedy Graphito utilise des pochoirs avec souvent deux couleurs, afin de créer un décalage d’images donnant davantage de relief. Aujourd’hui, le matériel qu’il utilise en tant qu’artiste a évolué : il utilise des bombes de peinture de bien meilleure qualité, avec une gamme de couleurs beaucoup plus large, pour un rendu plus minimaliste et plus précis.

Garfield au milieu de tableaux avec des références à Keith Haring

Un mélange d’influences

Speedy Graphito mélange les influences qui le bercent depuis toujours : les arts modernes et la bande dessinée. Il joue avec les textures et les atouts de chaque style autour de collages captivants. Dans ses œuvres, on observe aussi bien des références aux Schtroumpfs, à Bob l’Eponge ou encore Tom & Jerry, qu’à des peintres comme Matisse ou Magritte. « Le fait de mettre un Matisse dans l’atelier de Roy Lichtenstein avec Popeye accroché au mur et Magritte, en référence avec la Belgique, me permet de raconter une histoire en rapport avec le lieu où c’est exposé. », explique-t-il pour Actua BD. 

Tableau coloré avec du jaune / blanc et bleu, avec Donald Duck et une harpe au centre.

Pour retrouver le travail de Speedy Graphito, rendez-vous sur son site Internet

Et si son univers vous a plu, celui de Benny Wilding, artiste québécois, devrait tout autant vous captiver

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
A la rencontre de The Soul Twins

A la rencontre de The Soul Twins

The Twin Souls, formé par les frères Guilhem et Martin…

27 février 2024

Invaders – un 1500ème Space Invader se pose sur le Centre Pompidou

Invaders – un 1500ème Space Invader se pose sur le Centre Pompidou

Un Nouveau Jalon pour le Street Art Parisien Dans le…

23 février 2024

A la rencontre de Whim Therapy

A la rencontre de Whim Therapy

Porté par une envie de se libérer des carcans de…

14 février 2024

Lola Gautier
Article écrit par :
Étudiante avide de culture et d’écriture, j’explore les multiples facettes de l’expression artistique : photographie, peinture, street-art et bande dessinée. 🎨🌟📸

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.