Syd Mead et Allen williams, ces génies de l'ombre du Cinéma

Syd Mead et Allen williams, ces génies de l’ombre du Cinéma

Rarement cité lorsque l’on parle ou débat un film, les concepts artists ont pourtant un rôle prépondérant dans le processus créatif d’un long métrage. Ils sont, en effet, en charge de donner vie (à travers des illustrations et storyboards) aux visions du réalisateur et du script. Ainsi, ces artistes de l’ombre sont, en grande partie, à l’origine des mondes, monstres ou accessoires qui, encore aujourd’hui, alimentent notre imaginaire. En voici deux exemples :

Allen Williams, l’explorateur de mondes, entre féerie et macabre

Il a travaillé avec Guillermo Del Toro sur Pacific Rim (2013) et sur Pan’s Labyrinth: The Labyrinth of the Faun (2019), avec Darren Aronofsky sur Noah (2014), ou bien encore, avec sur le dernier volet de la saga Star Trek (2016). Il a aussi travaillé pour des studios de jeux-vidéos et voit ses œuvres être exposées aux quatre coins du Monde. Avec son style unique, Allen Williams peut se targuer d’être à l’origine d’un des bestiaires les plus emblématiques de ces dernières années. Dieux anciens, créatures tout droit sorties de mondes féeriques ou infernaux, l’œuvre personnelle d’Allen Williams est reconnaissable tant ses monstres nous marquent de leur splendeur.

Pourtant, Allen affirme, sans cesse, trouver son inspiration dans son quotidien. Ses illustrations répondent “directement à l’environnement qui l’entoure”. Ses expériences, voire même, de simples objets du quotidien sont le point de départ de son imaginaire. Ce qui donne à Allen Williams une véritable liberté créative qui lui permet, notamment, d’expérimenter des silhouettes et des formes qui ne suivent aucuns critères logiques ou académiques. Travaillant principalement au graphite, à la gouache et à l’huile, le concept artist souhaite, avant tout, questionner notre rapport à la réalité. Et quoi de plus représentatif que ces “monstres” (que H.P Lovecraft ou Silent Hill n’auraient pas renié) pour symboliser cette altérité qui effraie tant les Humains.

Concept art d'un kaiju réalisé pour Pacific Rim par Allen Williams
Illustration réalisée par le concept artist américain Allen Williams
Concept art d'un démon réalisé pour le remake de Hellboy par Allen Williams
Concept art d’un démon réalisé pour le remake de Hellboy (2019).
Illustration réalisée par Allen Williams

Syd Mead, le visionnaire à l’origine du “baroque supersonique”

Sûrement l’un des concept artists les plus influents et reconnus, Syd Mead aura su marquer de son empreinte le Hollywood de ces 40 dernières années. On lui doit, notamment, les designs de vaisseaux spatiaux pour Aliens : le retour (1986) de James Cameron, pour la saga Star Trek. Il fut le responsable du design sur le Blade Runner (1982) de Ridley Scott et a designé la mythique moto du Tron de Steven Lisberger (lui aussi sorti en 1982). Syd Mead est à l’origine d’un pan entier de la Science-fiction moderne, et ce, grâce à ces visuels tant futuristes, qu’ancrés dans l’imagerie industrielle de la seconde moitié du XXème siècle. Un style qui ne vient pas de nulle part.

Avant de percer à Hollywood, Mead a, en effet, débuté sa carrière en tant que designer pour de grands groupes américains tel que Ford, Philips Electronics, ou US. Steel, pour qui il imagine ces concept arts de véhicules, robots et même d’exosquelettes. Dès ses premiers balbutiements donc, la carrière de l’artiste américain aura, donc, été grandement marquée par ce qu’il le passionne depuis toujours, à savoir, la Science-fiction. Le rêve deviendra même réalité en 1979 lorsque Mead est embauché pour travailler sur Star Trek. Pourtant, c’est bien grâce à son travail personnel que sa carrière va connaître un tournant.

Nous sommes alors au début des années 80’s et le réalisateur britannique Ridley Scott prépare son prochain long-métrage, qui sera l’adaptation du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philippe K. Dick. À la même période, Syd Mead sort le premier catalogue de ses œuvres : Sentinel. Ridley Scott tombe alors dessus et est immédiatement impressionné par les véhicules futuristes imaginés par Mead. Quelque temps plus tard, le designer américain deviendra le responsable du design et, avec Ridley Scott, travaillera sur ce qui est, aujourd’hui, l’un des films les plus influents de la Science-fiction et de l’Histoire du cinéma en général : Blade Runner. Des nombreux véhicules présents dans le film à ce Los Angeles poisseux, sombre et industriel, la patte de Syd Mead se ressent à chaque seconde du visionnaire et a définitivement marqué la grammaire visuelle du genre Cyberpunk.

S’en suivra la carrière riche qu’on lui connaît. De 2010 : L’Année du premier contact (1983) de Peter Hyams à Tomorrowland (2015) de Brad Bird, en passant par la saga Alien, Yamamoto 2520, Mission impossible 3, Elysium, et enfin, Blade Runner 2049. La boucle est donc bouclée. Hélas, Syd Mead nous a quitté le 30 décembre 2019 en laissant derrière un héritage gigantesque long de 40 ans.

Concept art réalisé pour Blade Runner, de Ridley Scott.
Concept art réalisé pour Blade Runner, de Ridley Scott.
Concept art réalisé pour la saga Gundam.
Concept art réalisé pour la saga Gundam.
Concept art réalisé pour Aliens : le retour de James Cameron.
Concept art réalisé pour Aliens : le retour de James Cameron.
Illustration réalisée par le concept artist et designer Syd Mead.

Retrouvez le travail d’Allen Williams sur son compte Instagram et celui de Syd Mead sur son site. Découvrez aussi les œuvres de Hajime Sorayama, l’un des précurseurs du cyber-érotsime.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.