Parcels dévoile le clip de "Famous" juste avant la sortie de son deuxième album 1

Parcels dévoile le clip de “Famous” juste avant la sortie de son deuxième album

Les cinq australiens dans le vent reviennent avec un nouveau titre sur la vacuité de la célébrité, annonçant la trame introspective du nouvel album “Day|Night”.

Portrait des cinq membres du groupe, sur fond blanc.

L’année dernière, Jules Crommelin, Louie Swain, Patrick Hetherington, Noah Hill et Anatole ‘Toto’ Serret sortaient un album live évènement. Enregistré d’une traite, il précède de peu le nouveau challenge de Parcels : un opus composé de dix-neuf morceaux et divisé en deux parties, introduit par le titre “Famous”.

“Famous”, entre fantasme et réalité

Après le clip de “Theworstthing“, la bande de copains du lycée continue à se dévoiler. Quand ce dernier présentait les membres du groupe en pleine séance de thérapie, c’est dans l’intimité d’un foyer qu’on découvre Anatole Serret, le batteur du groupe. Son personnage, entouré de ses proches, se déploie dans une célébration improvisée.

En parallèle, le fantasme d’une célébrité est sous-entendu par la rengaine : “Be famous, your way to all delight. Just taste it, just taste the sugar high”. La vie rêvée s’oppose radicalement au cadre quotidien. Quand la fête improvisée dans l’appartement du batteur est une explosion de joie, la renommée est exposée par un plan beaucoup moins dynamique.

Anatole Serret danse dans un salon, entouré d'un enfant qui joue de la batterie sur un jouet
Plan serré d'Anatole, sur fond bleu, en train de danser. Mise en abime au coeur du clip "Famous".
Portrait de Louie Swain, baigné de la lumière rouge de sa chambre noire.
Portrait en plongée du chanteur, avachi sur un canapé, qui chante en regardant la caméra.
Les membres sont réunis sur ce même canapé, dans ce qui ressemble à une fin de soirée.

Les membres du groupe, vêtus de leurs plus belles tenues Gucci, posent ensemble, dans la plus grande apathie. Cet aspect désabusé, le côté sombre du rêve, est aussi sous-entendu par le personnage de Louie Swain, habituellement aperçu derrière son clavier. Digne du Jeff de “Fenêtre sur cour”, il espionne ses voisins dans une chambre noire particulièrement inquiétante.

La dualité, fil rouge de l’album “Day|Night”

Tout comme “Famous” oppose deux univers aux énergies radicalement différentes, l’album “Day|Night”, attendu le 5 novembre, est celui d’une dualité radicale. La première partie, “Day” est une hymne au bonheur. On y retrouve des titres comme “Comingback” et de “Free”. Pensés pendant la pandémie, loin de leur Australie natale, ces morceaux sont ceux de la libération, du retour aux sources.

La partie”Nigh”, quant à elle, s’en fait le côté obscur. Plongeant dans des profondeurs émotionnelles toutes particulières, le titre “Shadow”, par exemple, emporte tout sur son passage grâce à un arrangement orchestral inattendu du groupe, qui nous avait habitué à une pop solaire et rétro aux touches techno. Complémentaires, ces deux parties forment alors un ensemble impressionnant, qui saura ravir les fans de la première heure.

Retrouvez toute l’actualité de Parcels sur Instagram.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.