"Aller Simple" : la pause estivale signée Entrée Libre 1

“Aller Simple” : la pause estivale signée Entrée Libre

Dernière mise à jour:

Avis à ceux qui refusent d’allumer leur chauffage et d’accepter l’arrivée de l’hiver : le groupe français prolonge les grandes vacances dans son nouveau titre.

Photographie argentique des deux musiciens d'Entrée Libre. Le premier est installé confortablement sur un canapé d'extérieur, le second est installé un peu plus haut et lui parle.
Crédit Leïla Macaire

Le groupe avait déjà sorti “Dehors“, une ode à la fête produite en plein confinement. Avec “Aller Simple”, on retrouve cette dynamique entre baume au cœur et déni. Et cette fois, c’est sur une hymne à l’été que le duo de musiciens retrouve la caméra de Leïla Macaire.

Copains d’avant

Emmanuel Jarrige et Ludovic Bailly sont amis d’enfance. En mars dernier, ils se retrouvent en Bourgogne et commencent à produire la musique qui deviendra celle du projet “Entrée Libre”. Bercés par les vignes, c’est un blues de la vie parisienne qui s’ y développe, une rythmique nostalgique portée sans concessions par leur premier titre : “L’air du temps”.

Et pourtant, l’énergie solaire des deux artistes est palpable. “Dehors”, leur deuxième sortie, se faisait plus dansante, et “Aller Simple” se donne à voir comme un film de vacances. Les images au grain grossier nous rappellent immanquablement les vidéos amateures, et les souvenirs de vacances en famille. La famille, ici, c’est une joyeuse bande de copains qui se retrouve sur la plage et danse sans vergogne à l’heure de l’apéro.

Extrait du clip "Aller Simple". Cadre en contre plongée, depuis les fonds marins. On distingue les silhouettes des nageurs.
Cadre d'images de parasol. Au centre, un gros plan sur le pieds d'une femme, secoué en rythme à côté d'une enceinte portable et d'une bouteille de vin.
Portrait des deux musiciens, qui dansent de manière absurde devant la mer.
Portrait en plongée du chanteur, enterré dans le sable. Sur son front, le titre "Aller Simple" est écrit au feutre.

Une mélancolie douce-amère

Fidèle aux premiers titres du groupe, “Aller Simple” pare ses textes très cyniques de vidéos loufoques. La rengaine “Je fais toujours les mêmes trajets, je vis dans dix kilomètres carrés, pendant quasi-toute l’année. Je voudrais sortir de cette cage aux barres dorées” se fait celle d’un vague à l’âme citadin.

Et pourtant les notes très dansantes, entêtantes même, forment un cadre plus joyeux à ce cafard urbain. Et la réalisation de Leïla Macaire reprend la recette du clip de “Dehors“. Elle dévoile alors un univers farfelu mais bon enfant, toujours attendrissant. Aux péripéties de l’homme boule à facettes se succèdent celles d’une drôle d’équipe et d’un été fantasmé. Un appel au voyage qui nous transporte tout droit vers la “case retour“.

En attendant le premier EP d’Entrée Libre, prévu pour 2022, retrouvez l’actualité du groupe sur Instagram.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.