"I AM THE GHOST" : LIA MOON dépeint une charge mentale étouffante 1

“I AM THE GHOST” : LIA MOON dépeint une charge mentale étouffante

Dernière mise à jour:

A la fois DJ, flûtiste, pianiste et chanteuse, LIA MOON dévoile aujourd’hui sa nouvelle expérimentation : I AM THE GHOST.

Portrait de LIA MOON, de profil et en noir et blanc. Elle tient un disque vinyl, qui lui permet de dissimuler sa poitrine.

Dans un clip psychédélique, l’artiste multi-instrumentiste Marine Thibault présente un projet intimement féministe sous le nom de LIA MOON.

I AM THE GHOST : le spectre de la charge mentale

Avec I AM THE GHOST, Marine Thibault prolonge son éternel besoin d’expérimenter. Elle se déploie en jouant tantôt sur le choix des instruments, tantôt sur ceux de la production. Très inspirée par les sonorités de l‘afro house, celle qui a travaillé avec des artistes tels que Wax Tailor, Alpha Blondy, Manu Dibango, ou encore Fakear, revient avec un titre qui s’affranchit des canons.

Afin de pouvoir créer son propre imaginaire musical, l’artiste a cette fois-ci collaboré avec la peintre Chantal Carbon. Dans le clip, LIA MOON, isolée l’obscurité, apparaît couverte d’un body-painting fluorescent. Grâce à des jeux de lumière et des effets psychédéliques, elle souhaite symboliser ce fantôme mécanique qui réalise les tâches répétitives quotidiennes.

Extrait du clip "I AM THE GHOST", LIA MOON danse dans le noir, couverte de peinture fluorescente. Effet de multiplication des figures psychédélique.
Extrait du clip “I AM THE GHOST”
Effet visuel, le visage de la danseuse ressort au centre du cadre de manière hypnotisante.
Extrait du clip “I AM THE GHOST”
Toujours grâce à des jeux de montage, le buste de la danseuse est découpée en effet miroir, concentrant le regard sur le mouvement.
Extrait du clip “I AM THE GHOST”
Au premier plan, les mains de la danseuses forment un cadre autour de celle qui danse, au centre perdue dans le mouvement.
Extrait du clip “I AM THE GHOST”
Avec les différents effets psychédéliques, la danseuse semble éclore comme une fleur.
Extrait du clip “I AM THE GHOST”

C’est donc un spectre sombre, constamment suivi de l’ombre de la charge mentale, de la solitude et de l’oubli de soi. Mais, au contact de la musique, l’artiste se laisse aller à redécouvrir son corps et ses sensations. Non loin de rappeler Shin Sekai, premier clip du projet SPECTRE de Para One, ce clip rend palpable par des jeux de couleurs et d’allusions tout un univers profondément intime.

Housewife : réécrire les codes

Un morceau qui lance officiellement l’attente de son prochain projet, Housewife, dont la sortie est prévue le 15 octobre prochain. L’artiste girondine confirme ce que le titre de son futur projet laissait penser : Housewife compte bien donner la parole aux femmes.

Je voulais casser l’image de cette pratique musicale essentiellement dictée par des codes masculins et montrer qu’il n’y a qu’un pas à franchir pour concrétiser ses rêves les plus fous malgré les supposées barrières liées à la maternité.

Au coeur de cet album, les nombreux problèmes du quotidien féminin auront donc la place d’honneur. Charge mentale omniprésente, place dans le monde la musique, en particulier sur la scène électro, ou encore les conséquences de la crise sanitaire, cet EP s’annonce être une véritable ode aux femmes. Le tout porté par des sonorités douces, organiques et à forte teneur symbolique.

En attendant l’album, retrouvez toute l’actualité de LIA MOON sur Instagram.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.