Qui sont les daft punk

Portrait d’un duo mythique et intergénérationnel : Daft punk

De « One More Time » à « Starboy » en passant par « Get Lucky », le duo masqué des Daft Punk a su s’imposer internationalement dans la sphère musicale électro. Des clubs aux soirées privées, les singles du groupe retentissent depuis plus de 20 ans et leur notoriété n’est plus à faire !  Revenons sur le passé mythique, le présent et le futur du groupe Daft Punk.

Daft Punk concert by Karl Walter
© Karl Walter
Daft Punk Concert
Portrait d’un duo mythique et intergénérationnel : Daft punk 8

Qui sont les Daft Punk ?

Originaire de Paris, le groupe Daft Punk a su se hisser en haut de la sphère musicale électronique en participant, d’une part à sa création et, d’autre part, à sa popularisation dès les années 90. Ce duo mystérieux, dissimulé sous des casques et costumes aux allures futuristes et encore aujourd’hui considéré comme l’un des groupes phares dans le domaine de la French Electro à travers le monde.

Darlin’

Tout commence en 1987 au lycée parisien Carnot dans le 17ème arrondissement. Deux jeunes hommes se rencontrent : Guy-Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter. Se liant d’amitié, ils décident de fonder en 1992 un premier groupe au style rock, répondant au nom de Darlin’ avec le concours du futur guitariste du groupe Phoenix : Laurent Brancowitz.

De cette collaboration découlent deux titres, regroupés dans un 45 tours éponyme : Darlin’ et Cindy so Loud, enregistrés par le label indépendant Duophonic au Royaume-Uni. Toutefois, le groupe, aux influences de MC5 ou encore Stooges, ne vendra qu’aux alentours de 1500 exemplaires et malgré des critiques journalistiques relativement encourageantes, l’une d’elles sonnera la fin du groupe et l’avènement de Daft Punk. Mais avant d’aller plus loin voici le titre éponyme du groupe Darlin’ :

En effet, la critique qui signera la fin du groupe est écrite par Dave Jennings dans la revue musicale du journal britannique Melody Maker. Parut en 1993, cet article qualifie les deux morceaux du groupe Darlin’ et de leur sonorité par ces termes :

The two Darlin’ tracks are a daft punky trash called “Cindy So Loud” […]

Les deux titres de Darlin’ sont des déchets de punks ridicules appelés « Cindy So Loud » […]

Vous avez probablement compris ! Oui cette critique a fait rire les trois musiciens et, alors que le groupe s’est séparé en bon terme, Thomas Bangalter et Guy-Manuel de Homem-Christo y ont vu une opportunité, réutilisant les mots « daft punky », le terme Daft Punk est né !

Daft Punk année 90, Guy-Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter

L’avènement de Daft Punk

Sans la techno il n’y aurait probablement pas de Daft Punk ou du moins leurs musiques seraient bien différentes ! Parut au milieu des années 80 aux États-Unis et plus particulièrement à Detroit, la techno est un genre musical avant tout dansant, répétitif et fondé sur des instruments électroniques qui se développent parallèlement à la house de Chicago et auquel Daft Punk est intimmement lié !

Pour comprendre ce fait, il faut retracer l’histoire du genre. Cette culture musicale déferle sur l’Europe dans les années 1990 et plus particulièrement en Angleterre et en Allemagne. De cette musique découle la découverte de la house, des clubs mais aussi des raves et ne vous y trompez pas, la France n’est pas en reste.

C’est une de ces raves party qui changera à jamais le destin des deux jeunes garçons un soir de 1993. À EuroDisney une rave se déroule et notre duo y fait la rencontre des dirigeants du label écossais Soma, spécialisé dans la musique techno. Un contrat est signé et durant une année Guy-Manuel et Thomas travaillent sur des échantillonneurs.

En 1994, pour la première fois de leurs histoires le nom de Daft Punk résonne avec la sortie de leurs premiers titres : « Alive » et « The New Wave », aux sonorités radicalement techno et complimentés par la presse britannique :

Il faut comprendre qu’à l’époque, la techno connaît ses propres limites et qu’elle est bien loin de celle que nous connaissons aujourd’hui. Conscient de cela, le duo va incorporer des sonorités rock, disco, et très groovy, se rapprochant de Jimi Hendrix ou des Stooges, dans leurs domaine. Cette différence, par hybridation de styles, regroupant leur culture musicale, composée notamment des œuvres de Bowie de Kiss ou de Gainsbourg, va permettre au groupe de se démarquer et d’évoluer librement.

Ce ne sera que l’année d’après, en 1995, que Daft Punk prend réellement son envol grâce à la sortie de deux titres au genre électro rock qui rentrent progressivement dans les playlists des clubs européens : « Rollin’and Scratchin’ » et « Da Funk ». Ce dernier morceau vous le connaissez, vous l’avez déjà entendu et encore aujourd’hui il passe dans vos soirées : 

« Da Funk », ce titre mythique, propulse le groupe, qui fait cette même année la première partie des Chemical Brothers à Londres, puis la 17ème édition du festival international de musiques actuelles : les Rencontres Trans Musicales de Rennes où la maison de disques Virgin repère le duo. C’est alors, que pour la première fois, Daft Punk est diffusé en France par un label français, et cela via une compilation de musique techno diffusée par le label Source (appartenant à la firme Virgin), dans Sourcelab vol.2.

Ce type de compilation CD était à la mode à cette époque, et l’est encore aujourd’hui, même si toutefois le support dématérialisé remplace petit à petit le CD. Vous vous souvenez probablement des pochettes doubles CD reprenant toutes les sorties de l’année, à l’image des compilations « NRJ Summer Hit Only … », c’est par ce biais-là que Daft Punk assoit encore un peu plus sa notoriété grandissante, notamment en France.

Sourcelab. vol.2

En seulement quatre ans, Daft Punk a réussi à élever sa popularité, et porte le coup de grâce en janvier 1997 avec la sortie de leur premier album, Homework, qui connaît un succès mondial en seulement quelques mois. Autrement dit, l’album aux sonorités house et aux rythmiques techno, largement inspiré de la scène de Chicago, s’est vendu à plus de 2 millions d’exemplaires à travers 35 pays en séduisant au passage la jeunesse et la critique.

C’est ainsi que, par cette large notoriété, le duo décide de cacher son identité derrière un masque et un costume qui rappelle, d’une certaine manière, l’univers japonais des mangas mais surtout le personnage masqué Winslow Leach interprété par l’acteur William Finley, dans le film Phantom of the Paradise de Brian de Palma, sortie en 1975 :

De l’album Homework, un titre en particulier fera le tour du monde : « Around the World », qui se hisse à la 5ème position du hit-parade en France.

Complété par un clip vidéo réalisé par Michel Gondry et chorégraphié par Blanca Li, cet album emblématique qui façonnera le « son Daft Punk » par des mixages maison et l’utilisation de principe d’hybridation poussé à son paroxysme, lance le groupe dans leur première tournée mondiale d’une quarantaine de dates (du Zénith de Paris à Los Angeles et New York) regroupées sur les mois d’octobre à décembre 1997.

Une des caractéristiques du groupe à ses débuts est que le show n’est pas totalement défini en amont et évolue au gré du bon vouloir du groupe avec certaines dates ou le concert durait jusqu’à 5 heures ! De plus, à la mi-octobre de cette même année, l’album Homework devient disque d’or en France, Angleterre, Belgique, Irlande, Italie et enfin en Nouvelle-Zélande. Ce succès est sans précédent pour le duo qui trouve dès à présent des fans à travers tout le globe.

En novembre 1999, le duo décide de promouvoir leurs musiques à travers un DVD sorti sous le nom de « D.A.F.T. : A Story About Dogs, Androids, Firemen and Tomatoes ». Cinq clips sont proposés dans le DVD autour d’un travail époustouflant de l’image, réalisé entre autres par Spike Jonze pour le premier clip, Roman Coppola pour le second, Michel Gondry pour le troisième, Seb Janiak pour le quatrième, et le dernier sera réalisé par le duo lui-même.

portrait de Daft Punk  par Terry Richardson
© Terry Richardson

Daft Punk et la consécration, des hauts et des bas !

Si Daft Punk est si apprécié et connu dans la sphère musicale, c’est notamment grâce à un travail acharné et à la sortie de nombreux singles comme « One more time » au début du nouveau millénaire. Situé dans le top dix de neuf pays et définis comme « meilleure chanson dance de tous les temps » par le magazine Rolling Stone, ce nouveau titre, qui sera réactualisé quelques années plus tard avec l’ajout d’un clip réalisé par le japonais Leiji Matsumoto (créateur d’Albator et producteur de Goldorak), sonne comme l’annonce d’un nouvel album qui va enflammer le monde de la musique !

Entre-temps, quelques mois avant la sortie du nouvel album et quatre ans après celui de Homework, Daft Punk sort son premier album live, enregistré au célèbre Que Club de Birmingham en Angleterre, qui a vu passer entre autres David Bowie, ou encore Blur.

Dénommé Alive 1997, en raison de son enregistrement le 8 novembre de cette même année, et parut en octobre 2001, cet album contient une seule piste d’une durée de 45 minutes avec de nouveaux titres ainsi que leurs tubes, tels que « Da Funk », « Rollin’ and Scratchin’ » ou bien encore « Daftendirekt » et « Alive ».

Peu de temps après, le 13 mars 2001, le nouvel album de Daft Punk, intitulé Discovery, sort dans les bacs et selon leur maison de production Virgin, il se serait vendu à plus 1,3 million d’exemplaires en seulement 2 semaines ! Il faut savoir que durant l’enregistrement de cet album le duo a eu une idée lumineuse : la création d’un film autour de cet album. Avec le concours de Cédric Hervet (scénariste), les Daft Punk conçoivent un scénario autour de deux éléments : l’industrie du disque et la science fiction qui donnera lieu à la création du film d’animation : Interstella 5555 : The Story of the Secret Star System.

Pour se faire, ils font appel au réalisateur Kazuhisa Takenouchi et au dessinateur et graphiste Leiji Matsumoto qui a notamment dessiné Albator ! C’est ainsi, que ce long métrage d’animation – qui relate l’histoire d’un groupe de musique de quatre extra-terrestres bleu qui se feront kidnappés et amenés sur Terre pour y devenirs des stars, tout en tentant parallèlement de retrouver leurs souvenirs pour se libérer – prend forme et cela grâce à la participation du studio Toei Animation.

Interstella 5555 : The Story of the Secret Star System

Mais revenons à l’album Discovery ! Toujours aussi dansant mais dans une mouvance se rapprochant de la disco et aux couleurs de la musique de leur enfance, tels que celle de Paul Mc Cartney ou Eltric Light Orchestra, ce nouvel album, composé de 14 titres, signe pour le groupe la consécration de leur travail.

Toutefois, à sa sortie l’album a reçu un accueil mitigé dû au changement progressif opéré par le duo dans leur style musical. Au-delà d’un rapprochement avec la musique des années 80, le groupe développe le chant à l’aide d’outil de transformation de fréquences comme la Talkbox à l’instar du titre « Digital Love » :

Comme dit plus haut, les critiques s’apaisent et la célébrité frappe à leur porte avec deux nominations au Grammy Awards en 2001. De plus, en 2003, sort le film d’animation créer par le groupe Daft Punk qui est fondé sur l’album Discovery : Interstella 5555 : The Story of the Secret Star System. Réalisé par Kazuhisa Takenouchi et dessiné par le graphiste Leiji Matsumoto, ce long métrage d’animation, qui ne contient quasiment aucun dialogue et Sound Design afin de mettre au mieux en valeur l’album Discovery, va renforcer la popularisation du duo et cela à travers le globe.

À la fin de cette même année, Daft Punk sort l’album Daft Club avec des titres inédits et des remixes produits par de nombreux artistes comme Cosmo Vitelli, Demon, Basement Jaxx, Gonzales, The Neptunes … Ce dernier propose un remixe du tube « Harder, Better, Faster, Stronger » des Daft Punk et pour ceux qui ne connaîtraient pas le titre original, une petite comparaison vous est proposée :

C’est à l’automne 2005 que Daft Punk réapparaît avec des bruits de couloir parlant d’un probable nouvel album ! Très attendu, le troisième album Human After All, composé de dix nouveaux titres, sort en mars de cette même année et a été enregistré en un temps record de six semaines ! Fondé autour de rythmes électro/rock, de guitares saturées et de mélodies entrainantes, le groupe ne reçoit pas de critiques encourageantes, dû notamment à une forme de répétition dans le style, le timbre et dans la forme des nouveaux titres.

Ainsi, même si certains morceaux sont devenus des tubes qui enflamment encore aujourd’hui nos nuits, cet album divise les fans et la presse. D’un côté, certains trouvent que cet album est fabuleux et novateur et, de l’autre côté, qu’il n’est qu’une répétition du passé, sans nouveauté comme avec le titre « Robot Rock » qui est défini par la critique comme une simple reprise de la chanson « Release the Beast » du groupe de funk américain Breakwater (1980). On vous laisse vous faire votre propre avis sur ce titre :

Même si Daft Punk était critiqué et parallèlement adulé, l’album Musique Vol.1 – 1993-2005 diffusé en 2006 aini que leur élection de « meilleur DJ du monde » par le magazine Mixmag a mis tout le monde d’accord !

Cette compilation reprend les plus gros titres du groupe avec onze morceaux provenant de leurs trois albums studio, 3 remixes de l’époque Homeword (1997-1999) et un titre exclusif : « Musique » (cependant, il faut savoir que ce dernier titre est sorti dans une compilation du label Source quelques années auparavant). Pour les fans invétérés le duo propose même une édition deluxe avec un CD et un DVD exclusif comprenant 12 clips dont 2 originaux avec les titres « Primes Time of Your Life » et « Robot Rock »

Musique Vol. 1 -1993-2005
Portrait d’un duo mythique et intergénérationnel : Daft punk 9

Au printemps 2006, le groupe part en tournée internationale à travers neuf dates : Coachella Festival le 29 avril aux États-Unis, Festival Sudoeste le 5 août au Portugal, puis au Festival Pukkelpop le 19 août en Belgique, ensuite au Japon, pour finir au Eurockéennes de Belfort en France. Durant cette tournée, la première date aux États-Unis dans le désert Californien reste mythique pour le groupe. Pour s’y préparer au mieux, le duo fait appel à un génie de la scénographie et de la lumière : Martin Philips. Ce concepteur scénique, qui a notamment travaillé avec Kany West et Blink 182, a révolutionné le visuel des Daft Punk :

Nous voulions créer un vrai spectacle, un peu comme lorsque vous alliez voir Pink Floyd.

Martin Philips, CBC Music, mai 2013

Inspiré du visuel de l’album The Dark Side of The Moon des Pink Floyd (1973), la mythique pyramide des Daft Punk prend forme. Un édifice vertigineux est construit avec à son sommet les deux DJ :

Personne n’avait jamais vu un tel niveau de production.

Michaelangelo Matos, Documentaire Daft Punk Unchaide, 215

Leur prestation au Coachella Festival fait le buzz et relance totalement le groupe en faisant progressivement taire les critiques. Plus de 40 000 personnes ont essayé de rentrer (pour une capacité de 10 000 individus) afin de voir ce show et, tant par la musique que par les décors et les lumières, le groupe a marqué durablement le jeu scénique des artistes comme l’écrit le musicien Skrillex dans le magazine Pitchfork :

Je me souviens avoir vu le spectacle des Daft Punk, celui avec la pyramide […] et j’ai passé le meilleur moment de ma vie. Je n’avais pas bu ni pris de drogue. Mais je planais totalement.

L’année suivante, en 2007, le duo est nominé aux victoires de la musique dans la catégorie « spectacle musical de l’année » grâce en partie à leur nouvel album Alive 2007, sorti le 19 novembre de cette même année. Alive 2007 est le deuxième album live du groupe (après Alive 1997) et a été enregistré durant un concert qui eut lieu au Palais Omnisport de Paris-Bercy le 14 juin 2007.

Ce lieu culturel a été transformé en vaisseau spatial pour l’occasion avec des rayons lasers, de la projection d’image de jeux vidéo et des jeux de lumière époustouflants. Ainsi, cet album live regroupe 12 titres remixés, provenant des trois albums studio. Le duo reçoit en 2009 un Grammy Awards pour cet album dans la catégorie « meilleur album électronique ou dance » suivit d’un second Grammy Awards dans le cadre du « meilleur single électronique ou dance » grâce à leur titre « Harder Better Faster Stronger ».

Album Alvie 2007
Portrait d’un duo mythique et intergénérationnel : Daft punk 10

Une nouvelle décennie de triomphe !

Si je vous dis que les Daft Punk ont par la suite connu un succè tel, qu’ils en sont devenus médaillé, vous me croyez ? Pourtant ce fut le cas ! Quelques mois après l’apparition du duo à la fin d’un concert du groupe Phoenix au Madison Square Garden de New York, où ils sont joués quelques tubes devant plus de 20 000 spectateurs hystériques, le duo est comme adoubé puisque les deux artistes sont faits chevaliers de l’Ordre des Arts et des Lettres, comme Oxmo Puccino ou encore Shaka Ponk ou Pharell Williams par la suite.

Mais c’est quoi cette distinction ? C’est une décoration honorifique donné par le ministère de la Culture française, où les conditions d’attribution sont définies par décret sous ces termes :

cet ordre est destiné à récompenser les personnes qui se sont distinguées par leurs créations dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution au rayonnement qu’elles ont apportée au rayonnement des Arts et des Lettres en France et dans le monde.

Ministère de la Culture – Conseil de l’Ordre des Arts et des Lettres
Médaille Ordre des Arts et des Lettres
Portrait d’un duo mythique et intergénérationnel : Daft punk 11

Classe tout de même ! Mais le groupe ne s’arrête pas là ! En janvier 2013, Daft Punk change de maison de disque pour signer chez le label américain Columbia Records qui, aujourd’hui, appartient au groupe japonais Sony Music Entertainment. Les fans et la critique se préparent à un potentiel nouvel album et, le 2 mars 2013, cette pensée devient réalité. Durant l’émission hebdomadaire Saturday Night Live, diffusé sur la chaîne NBC aux États-Unis, un teaser de 15 secondes apparaît pour promouvoir le 4ème album du groupe : 

Vous avez reconnu la musique ? Et oui … le premier extrait de l’album est le tube « Get Lucky » enregistré par l’artiste, rappeur et producteur Pharrell Williams et Nile Rodgers. Ainsi, ce quatrième album intitulé Random Access Memories représente le travail acharné du duo et de nombreux collaborateurs, comme Julian Casablancas (Strokes), Nile Rodgers (Chic) ou bien Giorgio Moroder dont un morceau lui est spécialement consacré : « Giorgio by Moroder ». Ainsi, dans cet album, les samples laissent place à des instruments de musique.

Après l’attente, en avril 2013 sort le titre « Get Lucky » qui devient numéro un des ventes sur la plateforme ITunes en moins d’une journée, puis, en mai, l’album complet sort. Mais saviez-vous que le titre Random Access Memories n’est pas anodin ? Il fait référence à la R.A.M., autrement dit à la mémoire vive d’un ordinateur, comme un clin d’œil de deux « robots » à ses fans, il fallait y penser !

Cet album a connu un succès monstrueux avec plus de 2,4 millions d’exemplaires vendus à travers le monde en moins de deux mois. Grâce à ce succès, le groupe reçoit cinq Grammy Awards en janvier 2014 :

  • Album de l’année
  • Enregistrement de l’année
  • Meilleure performance pop de groupe (grâce à “Get Lucky” et à la collaboration avec Pharrell Williams et Nile Rodgers)
  • Meilleur album Dance/Electro
  • Prix technique pour le mastering

Depuis, pas de nouvel album ! Cependant, un documentaire dénommé Daft Punk Unchained revient sur la fulgurante carrière du groupe. Diffusé en 2015, il remémore les succès, les tubes et les collaborations du duo. Maintenant on espère un nouvel album et une tournée internationale !

Random Access Memories Daft Punk
Portrait d’un duo mythique et intergénérationnel : Daft punk 12

La musique pour les autres ou pour d’autres arts

Même si le duo des Daft Punk est très connu pour sa musique électro, le groupe a aussi collaboré avec et pour d’autres artistes.

Le cinéma :

Thomas et Guy-Manuel se sont lancés dans la création d’un long-métrage d’1h14 en 2006. Intitulé Daft Punk’s Electroma, ce film raconte l’histoire de deux robots en quête d’humanité et a été présenté au festival de Cannes de cette même année.

La bande-son, réalisé entre autres avec des titres de Curtis Mayfield, Brian Eno ou Sébastien Tellier, donne toute sa magie au film, dans un univers très particulier. Mais, ce qui est encore plus étonnant c’est sa diffusion ! À sa sortie, le film n’est diffusé que dans une seule salle, au cinéma du panthéon à Paris, et seulement le samedi à minuit et cela durant une année.

Cette idée n’est pas nouvelle puisqu’elle reprend le principe des « midnight movies » développé aux États-Unis ou ce jour et tranche horaire était principalement gardé pour la diffusion des films expérimentaux.

En décembre 2010, le duo refait parler de lui sur le grand écran. Il participe à l’élaboration et la création de la bande originale du film Tron, l’héritage à la demande du producteur Walt Disney et du réalisateur Joseph Kosinski.

Autour d’une péripétie liant un père à son fils, experts en technologie et se trouvant coincés dans un jeu vidéo aux dangers multiples, les Daft Punk ont réalisé 22 titres ou synthétiseur et orchestre symphonique s’imbrique parfaitement.

La musique :

Daft Punk a collaboré avec certains artistes, soit dans la création de leurs prochains albums, soit dans une collaboration pour leur propre album à l’instar du dernier : Random Access Memories. Pour ce qui est du premier plan, les Daft Punk ont, en 2016, travaillés avec l’artiste canadien de The Weeknd sur son album Starboy autour de deux titres en particulier : « Starboy » et « I Feel It Comming », sortie le 25 novembre 2016.

L’année suivante, le duo a collaboré avec le groupe Parcels en produisant le titre « Overnight », sortie le 21 juin 2017. On peut y voir une ressemblance avec le titre « Get Lucky » et plus généralement un rapprochement avec le dernier album du duo Random Access Memories de 2013 :

Les jeux vidéo :

Et oui, vous pouvez jouer avec les Daft Punk, mais vous imaginez bien que ce n’est pas dans GTA V ! Sorti en France le 29 octobre 2009, le jeu DJ Hero du développeur Activision Blizzard permet, grâce à la platine, de jouer onze de leurs musiques. De plus, ils ont été modélisés en 3D ce qui vous immergera au milieu d’une scène ou la foule est en délire à côté de vos deux robots préférés !

Il y aura probablement d’autres collaborations, d’autres pépites musicales qui sortiront et ou la pâte des Daft Punk retentira, mais pour le moment nous ne pouvons qu’attendre et réécouter la magnifique discographie de ces deux artistes !

Daft Punk Terry Richardson
© Terry Richardson

Top 5 des plus gros tubes du groupe Daft Punk

Durant plus de 25 ans de carrière, les Daft Punk ont réalisé un grand nombre de tubes et d’albums qui ont marqué durablement l’univers de la musique électro. Ainsi, revenons sur les plus grands succès du groupe :

  • « Around the World » : Sortie en 1997 dans leur premier album Homeword, ce titre a permis au duo de se faire connaître de manière internationale et c’est hissé en cinquième position du hit-parade en France et en première position du Billboard Dance Song, magazine musical qui fait un classement hebdomadaire des titres les plus diffusés en boîte de nuit aux États-Unis.
  • « One More Time » : Ce titre, sorti en 2000 dans l’album Discovery, a été désigné comme la « meilleure chanson dance de tous les temps » par le magazine Rolling Stone et elle est restée dans le top 10 des meilleurs morceaux dans neuf pays. De plus, dans la catégorie « meilleure chanson des années 2000 » le magazine spécialisé Pitchfork place ce titre en 5ème position et, pour le magazine Rolling Stone, en 33ème position.
  • « Harder Better Faster Stronger » : Sortie en 2001 dans le même album que le titre « One More Time », « Harder Better Faster Stronger » a reçu le Grammy Award du « meilleur enregistrement dance » en 2009. En outre, cette musique est devenue si culte qu’une application mobile a été développé sous le nom de Idaft Jamming.
  • « Get Lucky » : Composé en collaboration avec Pharrell Williams et Nile Rodgers en 2013 dans l’album Random Access Memories, ce titre a occupé la première place des ventes iTunes et plus généralement numérique en France, Angleterre, Espagne et Australie. La consécration est arrivée l’année d’après avec le Grammy Awards du « meilleur enregistrement » et du « meilleur duo pop de groupe ».
  • « Starboy » : Conçu en 2016 par le musicien The Weeknd en featuring avec le duo Daft Punk, ce titre est placé en première position du Billboard Hot 100. Le morceau a été vendu à plus de 5 millions d’exemplaires juste aux États-Unis et est resté longtemps en première position du hit-parade dans de nombreux pays comme la Norvège, le Canade ou encore le Royaume-Uni.

Petit bonus :

  • « Aerodynamic » : Placé dans l’album Discovery de 2001, ce morceau n’a eu que peu de titres et un classement relativement mauvais puisqu’il n’a été classé qu’en 50ème position et cela durant seulement une semaine et qu’en Australie. Toutefois, nous l’avons déjà tous entendu et il fait partie des coups de cœur, d’autant plus avec le clip qui est un passage du long-métrage d’animation Interstella 5555: The 5tory of the 5ecret 5tar 5ystem, réalisé par Kazuhisa Takenouchi et dont le duo a composé la bande originale.

Leurs dernières actualités

Après le film Tron, l’héritage, réalisé par Joseph Kosinski en 2010, Daft Punk collabore de nouveau dans le cadre de la création de la bande originale d’un long métrage. Baptisé Occhiali Neri et réalisé par le grand Dario Argento, qui a notamment fait Suspiria, Ténèbres ou Le Fantôme de l’Opéra. Ce film retourne sur les ambiances thriller et horrifique tant aimé du réalisateur :

C’est une aventure, dans la Rome nocturne, entre une jeune fille et un petit garçon chinois. Dans la seconde partie du film, ils seront amenés à s’aventurer dans la campagne rocheuse et broussailleuse de la région de Latium. C’est très différent de la douceur des vallées toscanes mais je trouve cela très beau.

Dans une interview pour le journal La Repubblica,le réalisateur a expliqué comment est né la collaboration avec les Daft Punk :

Ils ont appris par des amis français que je tournais un nouveau film et ils m’ont téléphoné : “Nous voulons travailler avec toi”. On s’appelle très régulièrement : “On va vous envoyer les premières chansons sous peu”. Ils sont enthousiastes. Ils viendront à Rome dès qu’ils le pourront.

Toutefois, il faudra être patient puisque le tournage du film ne débutera qu’en septembre de cette même année mai si ce sujet vous intéresse nous avons écrit un article dessus : Daft Punk : le retour du duo le plus célèbre du monde.

Même si aucun concert n’est pour le moment prévus , il paraîtrait que, d’après les bruits de couloir et d’après l’absence et le manque de nouveauté musicale venant du groupe, il serait probable qu’un nouvel album arrive prochainement ! Quand ? Le temps nous le dira !

Daft Punk
Portrait d’un duo mythique et intergénérationnel : Daft punk 13

Petite Discographie des Daft Punk

Et avant de terminer sur ce duo mythique, nous vous proposons un petit résumé de cet si belle discographique qu’a créer les Daft Punk :

  • The New Wave, premier EP, 1994
  • Around the Wolrd, deuxième EP, 1997
  • Homework, premier album studio, 20 janvier 1997
  • Discovery, deuxième album studio, 9 mars 2001
  • Alive 1997, premier album live, 1 octobre 2001
  • Daft Club, premier album de remixe, 2 décembre 2003
  • Human After All, troisième album studio, 14 mars 2005
  • Human After All : Remixes, deuxième album de remixe, 29 mars 2006
  • Musique Vol. 1 : 1993-2005, première compilation musicale, 4 avril 2006
  • Alive 2007, deuxième album live, 16 novembre 2007
  • Tron : Legacy, première bande originale, 7 décembre 2010
  • Tron : Legacy R3CONFIGUR3D, troisième album de remixe : 5 avril 2011
  • Random Access Memories, quatrième album studio, 17 mai 2013
Daft Punk
Portrait d’un duo mythique et intergénérationnel : Daft punk 14

Pour en savoir davantage sur le duo, voici quelques liens utiles :