urbex rouge

Urbex Rouge, le documentaire Arte qui explore les ruines Soviétique

Dernière mise à jour:

Aujourd’hui nous nous penchons sur la série documentaire “Urbex Rouge” signée Arte, qui, comme son nom l’indique se consacre à l’exploration urbaine des ruines soviétiques.

Urbex Rouge par Arte

“Urbex Rouge” est composée de 8 épisodes regroupant des courtes vidéos recensant des lieux abandonnés incroyables d’Europe de l’Est. Du sanatorium secret de Staline en Géorgie à la “soucoupe volante” de Bouzloudja en Bulgarie, pour les passionnés d’Urbex cette série documentaire ne peut que vous plaire.

L’armée rouge a disparu…

C’est Holger Raschke, originaire de Postdam en Allemagne qui ouvre le bal pour le premier épisode. Il nous embarque à la découverte d’un ancien camp militaire de Wünsdorf, abandonné depuis l’été 1994.

L’ovni des Balkans

Le second épisode nous emmène en Bulgarie au cœur d’un mémorial, lieu de naissance du communisme bulgare, où se dessinent encore sur les murs, les visages de Friedrich Engels, Karl Marx et Lénine.

La dernière folie de Tito

Dans le troisième épisode, nous avons la visite de ce qui aurait du devenir une sorte de grand centre culturel grâce à l’américain Donald Niebyl.

Le sanatorium secret de Staline

Pour ce 4ème épisode, c’est au tour de l’artiste Mariam Natroshvili de nous faire découvrir le “sanatorium de Shakhtiori” à Tskaltubo en Géorgie.

La pyramide du tyran

Un 5ème épisode sur la “Pyramide du Tyran” à Tirana en Albanie. C’est un monument de béton pharaonique, érigé en 1988 à la gloire du dictateur albanais Enver Hoxha, qui devient par la suite une discothèque directement à la chute de l’empire soviétique puis enfin en centre culturel.

Les fantômes du Soviet Circus

Si le cœur vous en dit, rendez-vous désormais à la découverte du cirque brutaliste de Chisinau en Moldavie.

Le joyau brutaliste Yougoslave

Pour cet avant dernier épisode, c’est l’activiste Miodrag Simovic explore les vestiges du gratte-ciel brutaliste Genex, abandonné depuis les années 2000.

La tour infernale communiste

Le documentaire “Urbex Rouge” se clotûre sur l’ “épi de maïs”, une tour moldave brutaliste surnommée ainsi pour sa forme circulaire. Construite dans les années 1980 par l’architecte Vronsky sur les hauteurs de Chisinau, ce devait être le dortoir de familles moldaves en attente d’être relogées.

Si ce format de documentaire vous a plu, vous serez surement agréablement surpris par le documentaire Paradis de Rouille.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.