a peculiar ghost jim carroll

A Peculiar Ghost, l’urbex fantomatique

Dernière mise à jour:

Au travers d’explorations urbaines, de lieux abandonnés par l’homme et repris par la nature, “A Peculiar Ghost” (ce bien étrange fantôme) livre sa vision poétique de ces endroits délaissés.

le fantôme est juste devant nos yeux, au loin se dessine dans la pénombre du soir une maison au bord d'un lac
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost

Les aventures du fantôme égaré

Alors qu’Halloween approche, l’heure est au déguisement intemporel du drap blanc troué au niveau des yeux avec A Peculiar Ghost. Simple, mais efficace, ce qui constitue l’un des déguisements les plus simples à réaliser est ici réapproprié dans un projet photographique qui mêle urbex et inquiétante étrangeté.

Au long des clichés, divers lieux sont visités. Tous ont la particularité d’être désertés, de ces endroits abandonnés se distingue une forme de vie qui reprends le dessus : les lianes s’enroulent autour des bâtisses, les arbres envahissent les cours, les plantes s’immiscent au creux des manoirs. Tout en explorant, ce fantôme drapé présente ces lieux et les chargent d’une aura mystérieuse. La présence de ce tragique macchabée questionne. S’est-il éteint en ces lieux sinistres ? S’agit-il d’un pèlerinage lui permettant, à la fin du voyage, de rejoindre un “après” ?

à l'entrée d'une serre, le fantôme ouvre les portes de celle-ci dans un geste qui nous invite à le suivre
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost

Dans ses errances, le fantôme ne dégage cependant aucune crainte ou peur, au contraire, sa présence et rassurante et s’apparente davantage à une forme de mélancolie. Ce côté intemporel qui émane de la figure énigmatique ne nous veut aucun mal, simplement explorer et découvrir des endroits ou le temps n’existe plus, ces lieux témoins de l’érosion du monde physique. L’important n’est pas que ces lieux existent, mais bien les émotions qui s’y rattachent, les énergies qui y ont évolué, laissant sur leur passage une trace de qui un jour fût. Les vestiges sont explorés et respectés, comme des objets d’une histoire qui n’est pas encore écrite.

au centre d'une cour de jardin, au bas des escaliers recouverts de végétation, le fantôme se tient droit devant nous
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost

Journal de bord intemporel

Par l’intermédiaire d’un site internet, le projet s’explique et laisse entrevoir une sorte de journal de bord de la figure fantomatique. Les explorations des vestiges y sont racontées avec poésie, laissant apercevoir la beauté de tels endroits à travers les yeux des explorateurs.

C’est une ancienne piscine qui est visitée, laissant comme marque de son existence une charnière de bâtisse. De grandes baies vitrées, un plongeoir rouillé, un bassin érodé par le passage du temps. Mais surtout, l’apparition de la nature dans cet environnement si métallique déroute. Grâce à la luminosité de l’endroit, les feuillages ont pris la place de l’eau chlorée. Intitulée “la piscine aux grenouilles“, l’exploration de ce lieu hors du temps est racontée sur le blog de notre cher fantôme.

le fantôme se tient sur un pont, le paysage est brumeux et se devine à peine
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost
au lever du jour, devant une maison dont le toit est complètement détruit ou pas terminé, le fantôme nous regarde.
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost
au milieu d'un couloir sombre, on retrouve ce singulier fantôme qui nous regarde fixement
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost

A Peculiar Ghost, un projet énigmatique

Ces clichés sont la création du photographe Jim Carroll (@jim_carroll__ sur Instagram), avec l’étroite collaboration de Ludivine (@myspiritistorn sur Instagram). Des photos d’un fantôme drapé devant des lieux inquiétants, cela rappelle notamment la série photo de l’américaine Karen Jerzyk, sauf qu’ici, l’ambiance n’est pas aux frayeurs et autres éléments suscitant la peur. Pour une fois, le fantôme se montre même amical.

En lévitation au dessus des marches qui mènent à une maison, le fantôme de draps regarde le spectateur
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost

Les scènes prennent place en plein jour, ce qui n’empêche de se sentir impressionné par la taille imposante des divers endroits visités. En plaçant ce fantôme dans ces photographies, le spectateur peut alors avoir une idée de la taille des manoirs, bâtisses et autres piscines abandonnées. Le fantôme est seul, délaissé tout comme les bâtiments qu’il visite, il apparaît si minuscule à côté.

À ses côtés, le spectateur peut entrer dans cette contemplation poétique de la nature qui reprends ses droits sur l’homme.

le photographe jim carroll qui a créé la série photo A Peculiar Ghost prend des clichés de figure fantomatique, vêtues d'un drap troué au niveau des yeux, posant devant des lieux abandonnés. sur cette photo c'est devant une imposante bâtisse que le fantôme pose
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost
Devant une énorme maison abandonnée, le fantôme drapé regarde à sa droite
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost
photographie d'une sorte de véranda abandonnée, paysage de l'urbex
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost
devant la porte d'une chapelle jaune armée d'antennes, le fantôme regarde pensivement ailleurs
© Jim Carroll, A Peculiar Ghost

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.