ferme d'huitres

L’incroyable beauté des fermes d’huîtres vue du ciel

Le photographe aérien a encore frappé. Après une magnifique série sur l’arrêt du traffic aérien dû à la pandémie, il revient avec une étude de l’ostréiculture française, qui prend vie sous son objectif.

Bancs d'huitres en lignes, marée descendante, dégradée du sable blanc et du bleu profond de la mer. Un bateau passe, laissant une trainée blanche sur le turquoise de la mer.

Découvert en 2018 par l’équipe Beware!, Tom Hegen est très vite devenu un de nos photographes de référence. L’artiste se démarque par la qualité de ses photographies aériennes, capables de capter les nuances de couleurs et de mettre de la poésie dans les paysages impactés par la vie humaine.

Prendre du recul

Basé à Munich, l’allemand Tom Hegen est à la fois designer graphique et photographe. Ce sont ces dernières en particulier qui sont étonnantes. Il fait de la photographie aérienne de paysages sa signature. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a l’oeil pour capturer et rendre les couleurs impressionnantes des paysages qu’il survole.

L’objectif du photographe est clair, il veut sensibiliser à l’impact de l’activité humaine sur l’environnement. Il se concentre alors dans un premier temps sur la représentation des paysages industriels. Au premier abord, on ne penserait pas à qualifier ces aires ouvragées, ces espaces naturels torturés par l’activité économique, d’artistiques. Et pourtant, Tom Hegen arrive à leur rendre une forme d’harmonie esthétique, et en sort des clichés fascinants.

Il vogue alors autour du monde, d’un espace lourdement modifié à un autre. On le retrouve au-dessus de carrières, de mines de charbon, de marais salants, d’espaces de culture aquatique et de culture agricole, ou encore dernièrement d’aéroports désertés. De L’Australie à l’Islande, en passant par les Alpes Suisses, la Namibie, et bien sûr l’Allemagne, l’artiste mitraille de son objectif les résultats d’une économie mondiale tout sauf écologique et compte bien éveiller les consciences.

Des champs d’huîtres pour une perle

C’est cette fois sur la côte Atlantique française que Tom Hegen jette son dévolu. Au-dessus de la plus grande zone “inter-marée”, particulièrement propice à la culture d’huîtres, le monde semble bien paisible. Il transforme savamment ces grandes étendues agricoles en paysages abstraits, jouant des nuances de turquoise offertes par les marées. Avec la découverte des bancs d’huîtres, la mer dévoile des nuances de bleu digne des paysages idylliques de plages exotiques.

Ces terrains triviaux se transforment alors en instants de magie. “Vu du ciel et visible uniquement à marée basse, ces fermes révèlent un élément abstrait sublime, comme une manifestation laissée par un langage surnaturel. Ce paysage modifié par l’homme se donne comme conséquence du lien unique et complexe entre le développement humain et les environnements naturels“, raconte le photographe.

Avec douceur et poésie, Tom Hegen invite donc à la réflexion sur les habitudes industrielles, sur le système mondial et sur l’impact environnemental de la civilisation actuelle. En rappelant la supériorité de la nature, dont la beauté transparaît malgré tout, il ouvre la porte à un monde nouveau où l’activité humaine arriverait à se faire dans le respect du reste de son environnement.

Vaste étendue marine, marée descendante, nuance de blanc à droite vert le turquoise à gauche. Au milieu des lignes de culture d'huitres font des espaces géométriques noirs.
Marée descendante sur espaces d'ostréiculture, angle différent, fait ressortir la qualité graphique de ces bancs de mer.
Lignes espacées d'ostréiculture, avec bras de mer donnant sur une plage sauvage. Jeu du blanc du sable, en contraste avec le bleu de la mer et la texture des pans arborés.
Double marée, avec un centre qui se dégarni, plus clair, et les bords haut et bas d'un bleu plus marqué. Toujours le jeu géométrique des bancs d'huitres.
Bancs d'huitres espacés, ordonnés, dégradé très léger du bleu de la mer. Espace paisible, avec seulement le passage d'un bateau qui crée du mouvement en laissant de l'écume blanche derrière lui.
Bancs plus découverts, presque terreux, passage de tracteurs. En haut à gauche la mer se fait encore percevoir et crée un contraste.
Grande plaine de sable avec une végétation vert kaki, bancs d'huitres découverts gris clairs, quelques cours d'eau persistent et font une jolie ligne bleue.
The Oyster Farm Series
Contraste d'une plage au sable noir et beige, en volume, et des pans d'eau bleue qui persistent. Effet de matière.
Effet de matière entre le gris du sable et des bancs, plus monotones, et des vagues de la marée d'un bleu léger.
Prédominance de vert. Courts d'eau sinueux qui rejoignent la mer, quelques bancs d'huitres font un contraste, très droit.
Bras de mers successifs qui passent entre des champs d'huitres ordonnés en rang d'oignons. Tons beige clair, vert foncé et bleu turquoise.
Mer laiteuse, en contraste avec les lignes d'huitres noires, et une île de sable beige clair qui se distingue, minoritaire dans l'espace.
Pan de sable à droite, bancs d'huitres à gauche, en effet presque miroir, sur fond de mer laiteuse.

Retrouvez le travail de Tom Hegen sur Instagram et sur son site.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
Une école à Chernobyl photographiée par Sergey Ponomarev
Visite au cœur des villes radioactives avec Sergey Ponomarev