Good Sick, Jordan Baumgarten

Avec Good Sick, Jordan Baumgarten photographie un quartier consumé par la crise des opioïdes

Good Sick : voilà deux mots familiers pour Jordan Baumgarten, des mots souvent employés par les habitants de la Philadelphie. Ce terme anglophone désigne certains effets secondaires de la prise d’héroïne, et notamment la nausée. Cette ville américaine est actuellement ravagée par la crise des opioïdes, un fléau sanitaire qui touche tout le pays américain. Acclimaté avec la ville et les quartiers touchés directement par cette épidémie, le photographe a décidé de capturer cette atmosphère malsaine et anéantie d’un lieu accro à des antalgiques puissants à base d’opium.

Homme marchant dans les fougères
Matelas sale
Femme yeux fermés dans un quartier de Philadelphie

Good Sick : une épidémie mise en image

Il n’y a rien de plus concret que de mettre en image une situation. C’était là le but de Jordan Baumgarten d’utiliser sa profession artistique pour afficher aux yeux de tous la situation actuelle a Philadelphie. À travers les photographies, l’artiste nous présente son quartier Kensington et ses habitants avec un angle précis, où l’ambiance traduit une importante pauvreté liée à l’augmentation de la vente de drogues.

Employé travaillant dans la terre
Fumée derrière des habitations de Philadelphie
Peinture murale abîmée photographiée par Jordan Baumgarten

Un environnement désolé, une nature polluée, des maisons abandonnées, des personnes aux pupilles dilatées.. Philadelphie se transforme peu à peu en cauchemar. Tout semble avoir été laissé à l’abandon.

Chien errant dans des rues vides et sales
Maison abandonnée à vendre
Femme enceinte nue se rhabillant
Femme cigarette à la maison, tête en arrière, yeux fermés et bouche ouverte
Flaque de sang

Le chaos… la représentation de Philadelphie selon Jordan Baumgarten

À Kensington, la crise économique a eu des effets néfastes sur le quartier et ses résidents. Les problèmes financiers ont laissé des maisons abandonnées qui sont devenues de véritables “marchés de drogues à ciel ouvert”.

Dans les années 80, il y a eu une épidémie de crack. Dans les années 90, c’était l’héroïne. Autour de ça, des prescriptions d’opioïdes très fortes sont arrivées sur le marché et leurs ventes étaient largement poussées par les docteurs et les compagnies pharmaceutiques, ce qui a créé une génération d’addicts. Désormais, nous sommes en 2018 et l’héroïne n’a jamais été aussi peu chère et aussi facile à se faire prescrire comme médicament.

Jordan Baumgarten pour Feature Shoot.
Une maison en feu
Homme tête en arrière et yeux fermés
Premier plan d'un rue avec en arrière plan de la fumée

C’est en voyant son quartier sombrer dans la dépendance qu’il a eu l’idée de sortir son livre de photographies, Good Sick. “Je veux que le cœur des gens soit brisé” : il y a une réelle volonté et surtout une nécessité de représenter la vérité que vivent les habitants de Kensington et le reste de la population de Philly.

Porte d'entrée avec des écriteaux insultants
Serviettes sales par terre
Homme à terre derrière une voiture

Dans son livre, nous retrouvons littéralement des images du chaos prises entre 2012 et 2017. Il écrit lui-même que “les photographies dans ce livre dépeignent le chaos, la nature qui prend le pas sur le décline urbain, une certaine ambiguïté entre la magie et l’obscurité”.

Deux personnes ayant un rapport dans les champs
Nature écrasée
Graffitis sur des murs et escaliers

Pour parcourir le portfolio de Jordan Baumgarten, il suffit d’aller visiter son site et son Instagram. Et si vous avez apprécié son engagement artistique, vous aimerez sans aucun doute celui de Michel Gantner et sa série Museal.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
Lucie & Simon, scènes de vie