Johnny Miller unequal scenes

Johnny Miller, s’envoler pour mieux contempler les inégalités de ce monde

Dans sa série «unequal scenes», Johnny Miller a photographié la ligne architecturale qui marque la division des personnes dans les métropoles du monde entier. Ce qui a commencé comme le désir de documenter la manière dont l’Afrique du Sud reste injustement divisée après l’apartheid, est devenu un examen mondial des inégalités vues du ciel. À l’aide d’un drone, Miller a photographié les frontières sociales et géographiques à travers les villes d’Afrique du Sud, d’Inde, de Tanzanie, du Mexique, des États-Unis et du Kenya, ces photographies rendent le fossé croissant entre les gens impossible à ignorer.

Johnny Miller, bidonville contre maisons d'habitation.
Johnny Miller, bidonville contre parc arboré.
Johnny Miller, bidonvilles contre maisons d'habitation et institutions.

Johnny Miller a débuté sa série “Unequal scenes” lors de son déménagement à Cape Town en Afrique du Sud. Les conséquences de l’apartheid sur l’urbanisme a frappé son oeil et son âme d’anthropologue. Si la série commence à Cape Town, elle s’est rapidement étendue à d’autres métropoles dans le but de “provoquer un dialogue qui puisse commencer à s’attaquer aux problèmes de l’inégalité et la privation de droits de manière constructive et pacifique.”

Selon Johnny Miller, “les routes, les rivières, les «zones tampons» de terres vides, et d’autres obstacles ont été construits et modifiés pour garder les gens séparés.”

Johnny Miller, bidonvilles contre quartiers résidentiels.
Johnny Miller, maisons décrépies contre appartements modernes et entretenus.
Johnny Miller, bidonvilles contre quartiers résidentiels ordonnés.

«Les différences dans la façon dont les gens vivent sont parfois difficiles à voir depuis le sol», explique Johnny Miller. «La beauté de pouvoir voler, c’est de voir les choses sous un nouvel angle, de voir les choses telles qu’elles sont réellement.»

Johnny Miller, bidonvilles contre quartier résidentiel avec davantage d'espace.
Johnny Miller, bidonvilles contre quartier résidentiel et champs.

L’apartheid est une création politique du Parti national qui date de 1948. L’apartheid définit des zones géographiques précises d’affectation de population en fonction du statut racial de ces dernières. Abolie en 1991, les stigmates de cette politique sont encore bien présentes dans la société sud-africaine. Avec cette série, Johnny Miller voulait” dépeindre les scènes les plus inégalitaires en Afrique du Sud aussi objectivement que possible ».

Ses photographies réalisées dans 16 métropoles autour du globe racontent toujours les même inégalités illustrées par l’urbanisation. Les quartiers luxueux et verdoyants côtoient les zones de bidonvilles arides à la terre sèche. À Mumbai les gratte-ciels coexistent avec de vastes bidonvilles recouverts de bâches bleues contre les pluies de mousson. Au Mexique les nouveaux quartiers ont des cours de tennis flambants neufs tandis que les favelas possèdent de vieux terrains de foot dont les marquages sont effacés depuis longtemps.

Johnny Miller, bidonvilles sur la côte à la terre sèche contre immeubles arborés.
Johnny Miller, bidonvilles gris contre quartiers résidentiels aux toits rouges.

Certaines communautés ont été expressément conçues avec la séparation en tête, et certaines se sont développées plus ou moins organiquement.(…) En offrant une nouvelle perspective sur un vieux problème, j’espère provoquer un dialogue qui peut commencer à aborder les questions d’inégalité et de marginalisation d’une manière constructive et pacifique

Johnny Miller, bidonvilles au premier plan contre gratte-ciels à l'arrière plan.

Le travail de Johnny Miller est disponible sur son site, et nous vous proposons de découvrir les photographies aériennes de Tom Hegen.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.