Rencontre avec Monstr, artiste illustrateur de l'existence. 1

Rencontre avec Monstr, artiste illustrateur de l’existence.

Un après midi d’automne à Montréal, dans l’atelier de Benjamin Tran, cigarettes, café et questionnement autour de son expérience et de sa production artistique.

DSC_0322

ORIGINE. Fils de peintre, Benjamin Tran baigne dans le milieu artistique depuis toujours et s’en est inspiré. Originaire de la ville d’Annecy, dans l’est de la France, Benjamin Tran ou Monstr vit depuis début 2012 à Montréal. Riche de ces deux cultures, canadienne et française, il multiplie les expositions dans ces deux contrées. Diplômé d’une école de design graphique, La Fontaine en Haute Savoie, il poursuit ensuite ses études d’art à Paris à l’école Condé. Ses inspirations viennent de la rue, de la vie en elle même et ses dessins racontent des histoires.

Monstr, son nom d’artiste, est un nom qu’il adopte à l’adolescence. ”A l’époque j’imagine que c’était pas mal plus un trip de jeune et c’est resté…” cependant il admet aimer l’idée même du monstre selon sa définition, à savoir, ”un individu ou une créature dont l’apparence voire le comportement surprend par son écart avec les normes d’une société.” Souhaitant également brouiller les pistes il insiste pour préciser qu’il n’est pas attaché particulièrement à son nom d’artiste et qu’il peut aussi signer ses toiles de son vrai nom, Benjamin Tran.

DSC_0326

DSC_0333

En arrivant à Montréal, Benjamin Tran rencontre assez vite l’équipe de la galerie d’art Fresh Paint, et produit une première exposition. L’artiste réalise par la suite des  expositions collectives sur Montréal à l’espace public en 2014, ou expose au musée d’art de Joliette en 2013.

Le style de Benjamin Tran se remarque au premier coup d’oeil ; un style au dessin précis, aux personnages innocents et espiègles, qui amusent. L’effet donné par ses murales est immédiat. L’artiste propose une grande partie de ses toiles en monochrome ”Mon art est effectivement fondé sur le monochrome, ce qui me permet de jouer sur les contrastes et la composition.” Le monochrome est d’ailleurs arrivé naturellement dans l’art de Benjamin Tran, le travail en couleur lui est moins pertinent et plus complexe. Ses dessins rappellent ceux d’un certain Joan Sfar, illustrateur reconnu, pour lequel il ne cache pas son admiration. Comme l’illustrateur, l’image du chat est très présente dans ses dessins, et dans son atelier, le sien, apparaît sans se faire prier.

13JOLIETTE

Contrairement à Joan Sfar et d’autres artistes illustrateurs il s’inspire de la vie quotidienne mais son travail s’éloigne de toute vocation d’observateur politique ou sociétal ” j’aime m’inspirer de la vie de tout les jours mais je n’aime pas trop donner une cause à mes dessins, une cause dans le sens de cause à défendre, j’ai l’impression que la cause prends alors le dessus sur le dessin lui-même.”

Ce qui anime Benjamin Tran c’est se consacrer à son travail artistique. Afin de pouvoir accomplir son art et ses projets sans pression temporelle, Benjamin Tran dispose de temps libre en semaine et n’accorde que ses week-end à un travail en restauration. Toutes ses journées sont alors rythmées par des pensées créatrices, des écritures, de la peinture et autres projets. L’artiste n’est pas dans la recherche d’une production famélique, quitte à en perdre son style, mais il avance au grès de ses inspirations. N’ayant aucune envie de s’associer à des marques publicitaires à outrance, l’artiste refuse parfois des projets qui ”renieraient” en quelque sorte son identité.

Son atelier est un réel attrait de curiosité pour les amateurs d’art, il dispose de nombreux dessins accrochés aux murs, de ses sculptures en papier mâchés, de ses carnets à dessin… Plus récemment il a même conçu une machine à sérigraphier, et une chambre noire, ce qui lui permet de réaliser ses propres sérigraphies pour lui même et ses amis artistes.

DSC_0320

“Je ne souhaite pas être jugé, reconnu sur mes graffitis car ils font partis de mon développement”

Comme la plupart des artistes d’aujourd’hui et de sa génération, il utilise les réseaux sociaux pour partager son travail, et l’utilise dans ses recherches artistiques mais de son point de vue, il est préférable de ne pas trop s’y référer. ” Je suis un peu lassé du surplus présent sur internet… J’essaie de ne pas trop regarder, cela me décourage, voir m’énerve.”  De la même manière, Monstr est aussi intéressé par le graffiti, qu’il exerce de temps à autre sur des murs ou wagons de trains. En revanche, Benjamin Tran ne souhaite pas partager ses graffs sur les réseaux ”Je réalise des graffitis parce que c’est un plaisir, je ne souhaite pas être particulièrement reconnu dans le milieu.”

Sa démarche lui parait plus cohérente sans afficher ses graffitis sur sa page personnelle. ”Je ne souhaite pas être jugé, reconnu sur mes graffitis car ils font partis de mon développement, de mon ”work in progress”. Les graffitis font partis de mon travail de recherche, de mes expérimentations. Tous ces éléments là, comme par exemple la spontanéité que demande cet art urbain, vont donner ce qui sera visible en galerie ou dans mes peintures, que ce soit au niveau de la composition, ou du dessin. J’ai besoin de toucher à plusieurs domaines dans mon processus de création. ”

7FoufounesElectriques

8FoufounesElectriques

L’agence Ldmrk l’a contacté récemment afin de réaliser une fresque éphémère pour l’ouverture de la boutique Frank&Oak ce mois-ci, sur le thème de Montréal. Une expérience intéressante qui lui a permis d’accroître sa visibilité tout en participant à un projet qu’il appréciait. Et pour 2016 ? L’artiste prends le temps d’y penser, ce qu’il souhaite dans un premier temps, c’est se focaliser sur sa recherche et son développement artistique, en restant fidèle à sa ligne directrice. Au vue de certains projets restés secrets, il est certain que Montréal n’a pas fini de voir, de lire et d’observer le travail surprenant de Benjamin Tran.

IMG_0810

 

1NUITNOIRE 9FRESHPAINT

4NUITNOIRE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.