On dit que ce sont les photojournalistes qui font l’histoire. Un événement dont aucune image ne serait tirée équivaut à ces arbres qui tombent dans la forêt sans personne pour les écouter. Poussière. L’image, plus que les écrits, plus que les paroles, immortalise et fédère ; elle est une nécessité. Que voulez-vous, on est tous des Saint-Thomas du pauvre, on ne croit que ce qu’on voit ; et surement que sans photographie des épaves de Pearl Harbor à mettre en presse, Roosevelt n’aurait pas pu amener son peuple à la guerre, et surement que sans Robert Cappa, on aurait eu que le Guernica de Picasso pour nous sensibiliser sur ce qu’était devenu l’Espagne.

Donc oui Ozier Muhammad, originaire de Chicago, fait l’histoire en nous la montrant. Il a couvert le monde, et est chouchouté par le New York Time.

Ozier Muhammad
Ozier Muhammad

Son site affiche fièrement :

« Being parts of events that changed The world. »

OK, mais on en parle comment de l’événement?
Il y a plusieurs écoles. Le plus sensationnel est le photojournalisme grandiloquent qui cherche les grands éclats, et l’émotion vive, et le « prendre à la gorge ». Puis on a l’intimiste qui a deviné que tout grand changement débute dans des bureaux, après un projet de loi signé ou une poignée de main refusée. Et puis il y a Ozier Muhammad dont l’objectif ne cesse de nous représenter la foule. Vous savez la foule ? Celle qui milite, attend le long des trottoirs banderoles en main, qui marche silencieusement ou s’évertue au vacarme. Celle que Edgard Allan Poe décrivait comme un « tumultueux océan de têtes humaines ». La foule éternelle spectatrice de ce que des plus grands décident, et évidente victime première.

Est ce qu’on peut deviner l’événement à travers son regard?

Capture d’écran 2015-11-07 à 15.53.36

shite_muharram-2

Chez Ozier Muhammad tout se confond. Il nous montre la foule pour les 95 ans de Mandela, et celle pour commémorer sa mort, la foule qui occupait alors Wall Street et celle du Nigeria qui célèbre ses premières élections démocratiques, la foule qui entoure Obama. Colère, revendication, scène de liesse, deuil national. Tout se confond sur les visages ; tout s’accumule.
Si le changement est un volcan, la foule est son magma. En elle est concentrée la force de l’action, les valeurs et les vertus, et aussi les vices, et la colère, et la joie. Qui a dit qu’une foule était anonyme ?
La majorité des événements ont surement pour origine les bureaux des gouvernements de par le monde, mais c’est dans la masse informe de la foule qu’ils se plaisent et éclatent, et s’immortalisent à travers les âges. On devine la force de l’explosion au bruit qu’elle fait ensuite. La foule est ce bruit.

Screen-Shot-2015-05-22-at-12.40.51-958x559

Ozier Muhammad depuis trente ans les observe, de l’Afrique aux États-Unis, et on ne peut s’empêcher de penser qu’il a raison, que c’est bien de ce coter la qu’il faut regarder.

Capture d’écran 2015-11-07 à 15.53.29

11dems.xlarge1

19mandela-articleLarge

drunkenzulu-1

01-26-10 Haiti - Deskl: FOR - Slug: - PREVAL-FOOD - The government of Rene Preval handed out 10,000 bags of food, worth $50 each. Six thousand of those food bags were handed out here at the Cite de Soleil police headquarters. . - Ozier Muhammad/The New York Times

Caption: 25 Fe.99/Victoria Island, Nigeria..Paid supporters of Presidential hopeful, Chief Olu Falae of the All Peoples Party, stood outside the gate of his home, awaiting the orders of his campaign organizers to give these young men their campaign assignment today./NYT Ozier Muhammad Object Name: essayOM19 Date Created: 19990225 City: essayOM19 Category: R Time Created: 095554-0500

09-28-11 New York, NY- Desk: MET - Slug: PROTEST - The protest against Wall Street continued today. The protesters circled the area without incident.- Photo by Ozier Muhammad/The New York Times NYTCREDIT: Ozier Muhammad/The New York Times

haiti

irak

[http://oziermuhammad.com/]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.