marche de l'illustration impertinente

Troisième édition du Marché de l’Illustration impertinente : chaud devant !

Image d'avatar de Noémie ArensmaNoémie Arensma - Le 22 septembre 2020

Marché de l'Illustration n3 Affiche publicitaire par Cépé

Samedi 3 et dimanche 4 octobre prochain, Le Hasard Ludique accueille pour la troisième année consécutive le Marché de l’Illustration impertinente, un rendez-vous (dé)culotté.

Ca va claquer

Stand Marché de l'Illustration Impertinente

Qu’il soit pudique ou érotique, lubrique ou artistique, le sexe est présent partout, tout le temps, sur toutes les lèvres. Alors tous·tes en selle et embarquez dans le carrousel du plaisir !

Candice Roger illustration
Candice Roger

Retour du festival le plus osé du monde de l’illustration, le Marché de l’Illustration Impertinente nous parle de sexe tout un week-end, et ça fait du bien ! Deux jours sur l’échange, le partage, la découverte et surtout énormément de bienveillance. On y débat, on désacralise, on apprend, on voit des gens nus et des poils sur les corps (dessinés bien sûr).

CEPE illustration
CéPé
Camille Deschiens illustration
Camille Deschiens

Au rendez-vous, une trentaine d’artistes, illustrateurs·trices, tatoueurs·euses et “auteurs·ices chauds.es du crayon” pour aborder tous les genres, toutes les sexualités et mettre au placard clichés et norme. Des habitués de l’évènement (comme Camille Deschiens, Féros, Louise de Crozals ou Daniel Amdemichael entre autres) et des de tout nouveaux invités se partagerons les 30 stands au total, pour nous faire vibrer de plaisir. Au programme un tattoo corner fripon, une fresque en live d”Ida Bimbola, une dictée drag par Catherine Pine O’Noir, un dj set comme on en fait trop peu en ce moment …

Daniel Amdemichael illustration
Daniel Amdemichael
Jouissance club illustration
Jouissance Club

Cerise sur la crème fouettée, le collectif Lusted men, qui présentera une table ronde, exposera son incroyable collection d’images érotiques masculines, fruit d’ “un appel à contribution photographique ouvert à tous·tes, professionnel·le·s et amateur·trice·s – indépendamment de leur genre ou de leur orientation sexuelle.”. Au total 230 clichés reçus et autant d’identités pour souffler très fort sur le préjugés et la représentation en image du corps masculin.

Studio Bara illustration
Studio Bara
illustration Louise de Crozals Marché de l'illustration impertinente
Louise de Crozals

Alors on se fait beau, on branche le cerveau, et on ouvre grand les yeux au court de ce Marché de l’Illustration Impertinente. On ose aller sur la petite ceinture, on ose le dire, on invite sa mère, et on prend son pied.

Darren Aasu illustration
Daren Aasu

Entrée libre, les 3 et 4 octobre 2020, au Hasard Ludique

Plus d’informations

Elodie Lascar illustration
Elodie Lascar

Tous les artistes et collectifs en présence :
Camille Deschiens ♦ Hyperbaudet ♦ Louise de Crozals ♦ Anna Maria Riccobono ♦ Claire Courdavault ♦ Darren Aasu ♦ Cépé ♦ La Fleuj ♦ Candice Roger ♦ Monika Moll ♦ Johanne Licard ♦ Estine Coquerelle ♦ Anna Uru ♦ Nygel Panasco ♦ Elodie Lascar ♦ Marie Casaÿs ♦ Noémie ♦ Studio Bara ♦ Adèle Tronchet ♦ Marie Boiseau ♦ Daniel Amdemichael ♦ Anais Marmonier ♦ Jouissance Club ♦ Féros ♦ Anna Wanga Goguse

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Dans ce deuxième article, Beware vous propose ses recommandations personnelles,…

3 juillet 2024

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Quelques jours avant les élections législatives britanniques, Banksy a profité…

1 juillet 2024

Visages multiples de Iain Macarthur

Visages multiples de Iain Macarthur

Ses coups de crayon dessinent des visages à n’en plus…

27 juin 2024

Noémie Arensma
Article écrit par :
Je m’appelle Noémie, ce qui fait de moi, d’après prénoms.com , une personne “sensible, intelligente et communicative”. Me connaissant, j’aurai peut-être ajouté deux ou trois adjectifs séduisants mais non moins réalistes, cependant, écrire requiert une certaine impartialité paraît-il. J’ai grandi à Toulon sous les chants des cigales et du Pilou-Pilou, côtoyant les cagoles en tong et le mistral. Sentant naître un léger décalage avec mon environnement (j’étais finalement plus intéressée par la culture générale que par celle des vignes), j’ai pris la direction de Montpellier. J’aime lire tout ce qui me passe sous les yeux, écrire, aller au cinéma, danser en concert et la bonne bière. En résumé et pour citer un grand homme je dirais que "je chante la vie, je danse la vie et je ne suis qu'amour". Et parfois, je suis sérieuse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.