Helmut Newton portrait noir et blanc dans sa maison

Helmut Newton, une influence mise à nu

Comment aborder l’art de Helmut Newton en 2021, alors même, que nous sommes en plein dans l’ère post #METOO et que son œuvre repose essentiellement sur des portraits de femmes nues et mises en scène de façon très théâtrale ? Misogyne pour certains, provocateur pour d’autres, Newton continue de faire débat, et ce, plus de 50 ans après l’apogée de sa carrière et 17 ans après sa mort – dûe à un arrêt cardiaque alors, qu’il était au volant de sa Cadillac. Mais ce qui est sûr, c’est que le photographe aura, indéniablement, su marquer au fer rouge la façon dont on aborde, encore aujourd’hui, le portrait de mode et le nu dans la photographie.

Portrait noir & blanc réalisé par le photographe australien et d'origine allemande Helmut Newton.

De son enfance sous le régime nazi à la nationalité australienne

Helmut Newton, de son vrai nom Helmut Neustädter, est né le 30 octobre 1920. Fils d’une mère d’origine américaine et d’un père juif et fabricant de boutons, le jeune Helmut grandit, sans le savoir, dans un pays aux portes d’un tournant de son Histoire. De fait, alors qu’il n’a que treize ans, le futur photographe voit Hitler arriver au pouvoir. S’ensuivra une adolescence passée dans une Allemagne submergée par une imagerie nazie – les visuels de Leni Riefenstahl en tête – qui vont irrémédiablement influer sur le développement esthétique de Neustädter. “Il n’existait rien d’autreJ’étais un enfant fou d’images qui voulait toujours en voir plus et je n’étais entouré que de cette imagerie nazie, avec toute la glorification autour d’eux” se rappelait-il.

Fasciné par la photographie, et peu motivé par les études, Helmut Neustädter décide de quitter le lycée dès ses 16 ans pour entrer, en tant qu’apprenti, dans le studio d’Yva, de son vrai nom Else Neulander-Simon, une précurseuse de la photographie de mode. Le jeune Helmut va se saisir de cette incroyable opportunité pour s’améliorer. Alors que, jusqu’ici, il prenait ses clichés de manière mécanique et peu minutieuse, Helmut Neustädter a “appris à apprécier chaque centimètre de la pellicule… 

Portrait noir & blanc réalisé par Helmut Newton.

Durant ces deux années passées aux côtés de Else Neulander-Simon, le jeune photographe va se forger une technique chirurgicale et une véritable sensibilité artistique. Seulement, cet apprentissage va vite être stoppé dans son élan. Nous sommes, alors, en 1938 et Else Neulander-Simon est dans l’obligation de subitement fermer son studio. Pourquoi ? Car le régime nazi fait pression sur elle. Hélas, la photographe berlinoise ne leur échappera pas et finira par être déportée en camp de concentration, avant d’y être exécutée.

De son côté, Helmut Neustädter voit aussi sa situation – et celle de sa famille – gravement s’empirer. Il est, ainsi, obligé de fuir le pays la même année. Il a, alors, seulement 18 ans et, tandis que ses parents fuient en Amérique du Sud, lui décide de rejoindre la Chine. Son périple s’arrêtera, néanmoins, à Singapour, où Helmut Neustädter devient photographe pour le journal quotidien Strait Times. Seulement, Helmut est à nouveau obligé de changer de pays en 1940, quand les autorités britanniques l’envoient en Australie. Il y troquera son habit de photographe, durant la Seconde Guerre Mondiale, pour celui de chauffeur de poids lourds dans l’armée. Avant de, finalement, obtenir la nationalité australienne et changer son nom de famille en Newton à la fin du conflit. Il y rencontrera même, en 1948, la femme de sa vie, à savoir, la photographe et actrice June Brown, avec qui il se mariera et vivra jusqu’à sa mort en 2004.

Portrait réalisé par le photographe d'origine allemande Helmut Newton.
Photo de mode réalisée par le photographe australien Helmut Newton.

Les années 70, l’apogée du style Newtonien

Nous arrivons aux années 60 et Helmut Newton décide mettre fin à son épisode australien pour partir s’installer à Paris avec pour objectif d’y vivre en tant que photographe indépendant. Newton commence, alors, à se faire remarquer par de grands magazines, Vogue par exemple, mais c’est surtout durant cette période que le photographe va développer ce style si reconnaissable qui va le propulser vers la prospérité. Plus que de simples portraits de femmes dénudées, les clichés d’Helmut Newton viennent questionner notre rapport à la féminité d’une manière plus qu’ambivalente. L’érotisme ambiant de ses photos n’est pas gratuit, mais se veut l’amorce d’une histoire à part entière, où les modèles tiennent le premier rôle. De plus, il prônait la vulgarité de son travail. “Le bon goût est aux antipodes de la mode, de la photo, des femmes et de l’érotisme. La vulgarité, au contraire, c’est la vie, l’amusement, le désir, les réactions extrêmes !» L’artiste se savait pertinemment aux antipodes des canons en vigueur à l’époque et n’a cessé de se délecter de cette marginalité.

Nappés systématiquement d’un noir & blanc épais et jamais retouchés, ses portraits mettent en scène les plus grandes stars, de Catherine Deneuve à Jack Nicholson, comme les modèles les plus prisés de l’époque, de Claudia Schiffer à Grace Jones, en passant par Sylvia Gobbel. La relation professionnelle qu’a entretenue cette dernière avec l’artiste d’origine allemande symbolise, justement, à la perfection ce que pouvait être Newton. Sylvia Gobbel a, en effet, été choisie à l’occasion d’un shooting pour Vogue Homme par le photographe lui-même, et ce, parmi une centaine de candidates. Alors qu’elle n’avait que 19 ans et qu’elle arrivait juste sur Paris, la jeune mannequin va faire totalement confiance en la “réputation” de l’artiste – il sera même, au final, le seul photographe pour lequel Sylvia Gobbel aura posé nue. Le fameux shooting se déroule et vient confirmer ce que la modèle pressentait : la vision de Helmut Newton est bel et bien unique. « Dans ses photos, les femmes sont dominantes et jamais dans la séduction, explique-t-elle. Helmut aimait les femmes puissantes, il pensait qu’elles portaient le poids du monde. Selon lui, c’était le sexe fort. Les hommes existent peu dans ses images et quand ils sont présents, ce sont des accessoires. Sa femme June l’influençait beaucoup. Ils étaient très fusionnels. »

Portrait noir & blanc réalisé par le photographe australien et d'origine allemande Helmut Newton.
Portrait noir & blanc de l'acteur hollywoodien Jack Nicholson et réalisé par Helmut Newton.

Cette collaboration, et le succès qui en découla, propulse la carrière de Sylvia Gobbel vers d’autre sphères. Pourtant, Newton ne veut pas laisser filer sa muse et réalise quelque chose d’inédit dans son agence de l’époque : il pose une option d’une durée d’un an sur elle. Si les séances étaient difficiles – notamment de par la minutie et l’exigence du photographe – Sylvia Gobbel en garde encore aujourd’hui, de très bons souvenirs de cette collaboration et se déclare chanceuse d’avoir pu vivre cette expérience. Seulement, comme dit en préambule, Helmut Newton n’aura pas laissé que de bons souvenirs aux nombreux modèles ayant collaboré avec lui. La romancière new yorkaise Susan Sontag en fait partie et l’a, directement, fait savoir au photographe en 1979, sur le plateau de l’émission télé Apostrophes.

Elle pointe à cette, occasion, le caractère très “misogyne” qu’elle entrevoit à travers l’œuvre de Helmut Newton – tout en faisant bien le distinguo entre l’homme et l’artiste en rappelant qu’elle n’a “jamais pensé que l’homme va ressembler à l’œuvre, c’est plutôt le contraire, on se vide dans l’œuvre.” Newton répond alors qu’il adore les femmes. Ce que la romancière va nuancer en faisant remarquer qu“énormément d’hommes misogynes disent ça…” Seulement, il est impossible d’en vouloir à Susan Sontag pour son avis tranché car l’œuvre de Newton cultive cet aspect clivant. Certains l’érigent au rang de monument de la photographie, tandis que d’autres ne cesseront de conspuer un travail qu’ils trouvent obscène et pervers. Finalement, le travail de Helmut Newton est et restera toujours à double tranchant car, après tout l’art ne reste que la proposition d’un artiste à ses contemporains. On est, donc, libre d’y adhérer ou non.

Portrait noir & blanc de l'actrice française Catherine Deneuve et réalisé par le photographe d'origine allemande Helmut Newton.
Portrait du cinéaste David Lynch, réalisé par le photographe australien et d'origine allemande Helmut Newton.
Portrait du cinéaste David Lynch.
Portrait noir & blanc réalisé par Helmut Newton.

Pour prolonger la découverte du travail de Helmut Newton, jetez un coup d’œil au documentaire réalisé par Gero Von Boehm, Helmut Newton, l’effronté, qui donne la parole aux nombreuses modèles qui ont eu l’occasion de se retrouver face à l’objectif du photographe berlinois et lisez notre entretien avec le photographe, éditeur et directeur artistique londonien Brendan Freeman.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.