Brendan Freeman Photography
© Brendan Freeman

Sous la lumière diffuse de Brendan Freeman

Campagne enneigée, dans les vallées anglaises, sans contraste et tout doucement. Des humains nus, ou enveloppés de couleurs pastels, l’océan à travers un cadre de fenêtre ou les touristes à la plage. Voici les tableaux que nous propose le photographe Brendan Freeman. Interview.

Brendan Freeman est photographe, éditeur et directeur artistique, basé à Londres. À travers ses travaux tant commerciaux qu’artistiques, son objectif saisit avec justesse et passion les intimités de ses sujets. Il est notamment à l’origine du magazine Family Portrait Magazine, et du True Photo Journal. Une caméra vérité photographique à l’ambiance feutrée intemporelle, subtil portrait d’une génération anglaise qu’il rend universelle.

Brendan Freeman

Quelles sont tes intentions lors d’un shooting ?

BF – Mes intentions sont généralement d’essayer de créer une image intéressante, avec une espèce de vérité transcendante. Ma passion principale est la photographie documentaire, mais je pense que mes influences viennent de la photo de mode. Et mes projets favoris sont lorsque les deux se rencontrent.

photographie portrait
Brendan Freeman Photography

As-tu des inspirations ? Et plus généralement, comment en es-tu venu à devenir photographe, éditeur et directeur artistique ?

BF – Comme la plupart des gens, mes inspirations viennent de partout : films, télévision, art, radio, regarder les gens passer dans la rue, l’actualité, la musique, bref partout. La plupart du temps, tu ne te rends même pas compte que ce sont des inspirations. Parfois j’ai une idée qui me reste en tête pendant des années, puis je vois quelque chose qui la fait resurgir et elle finit par devenir un projet.

J’aime rencontrer des gens et tire beaucoup d’inspiration des interactions avec les sujets que je photographie. C’est de là que vient mon approche plus documentaire. Avec Family Portrait Magazine, l’inspiration vient de ma vie personnelle : j’étais à l’aube de devenir père et l’idée de famille m’est apparue très intéressante. La perception de la famille diffère d’une personne à l’autre : ça peut être ton ou ta partenaire, les êtres qui te sont chers, les amis, une communauté ou une équipe de foot, il y a tellement à explorer !

photo de fanfare
portrait

D’après toi, qu’est-ce qui fait une belle image?

BF – Ça dépend toujours, mais j’aime voir les moments off, ceux qu’on ne peut pas mettre en scène. J’aime les images qui font preuve d’humour aussi. C’est peut-être ce pourquoi je suis attiré par les travaux de photo documentaire de Tom Wood, Chris Killip, Rineke Dijkstra, Nick Waplington, ou William Eggleston. Je n’ai jamais été bon en photographie de rue, mais j’admire le processus et la détermination à capture le moment parfait.

Brendan Freeman Photography

Son site

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.