ERRANCES SUR LES VAGUES AVEC BENJAMIN ARTOLA

Benjamin Artola

 

Benjamin Artola utilise feutres et stylos-plume pour construire des représentations de territoires extraordinaires.

Se passionnant pour les espaces « en dehors de tout » et perdus au milieu d’une immensité, le paysage insulaire revient souvent dans ses dessins. Il part de l’idée que l’île est un lieu de vide, «prisonnier de lui-même», pour exhaler son imaginaire enrichi de références multiples (Joaquim Mogarra, Camille Laurelli, Stéphane Bérard…), ou encore le surfeur baroudeur Fred Compagnon, créateur de la web serie Surf is Life ; le jeune artiste bayonnais a comme une sensibilité particulière pour le monde aquatique… (L’air de la Côte Basque ?!)

 

 

La série La Mer présente des narrations tropicalement exaltantes qui se trament à quelques brassées de « l’Archipel du rêve ». Dans l’esprit ça sent bon l’exotisme, le gros sel, les douces joies paradisiaques… Et il y rajoute un filtre d’étrangeté et de mystère.

L’étendue d’eau vibrante est devenue un énorme spot de fête sur lequel flotte un disco dancefloor ultra-émoustillant : À la tombée de la nuit les dalles lumineuses offrent le spectacle de couples plutôt super à l’aise, pratiquant joyeusement le Kamasutra. Aaah quand les ondes nous emmènent, parfois..!

 

L'Aube

Le matin

Soirée

Benjamin Artola

 

Une collab’ avec les djs parisiens GRAND SOLEIL :

Par bonheur, tout ça a été prolongé dans l’objectif de frétiller au son électro de GRAND SOLEIL  (Misfits) et au rythme de l’animation acrobatique du studio Brunch.
Sur surfaces planes, les cocotiers n’en pouvaient plus de se retenir d’agiter leurs palmes, « les gymnastes des flots » attendaient impatiemment d’être propulsés dans les airs, les coquins tout nus commençaient à se trouver un peu cons.

Dans le clip : un mec bloqué dans les embouteillages quotidiens de la grosse ville est subitement transporté dans une virée hallucinatoire. Dès sa première apparition bizarre (une silhouette avec le masque de Scream), les décors arides, glacés, marins ou galactiques donnent une très, très très stimulante jouissance visuelle dans l’esthétique d’un jeu vidéo 8-bit revisité nouvelle génération, se mariant parfaitement avec les influences Nintendo des djs. L’univers entier brille de mille néons…

Et, ça fait quelque chose de magique :

Pochette EP Grand Soleil
La jolie pochette du premier EP de GRAND SOLEIL réalisée par B. Artola

 

Une partie des dessins ayant servi au clip a été présentée à l’expo Drawings’ Independence Day à l’école d’art de l’agglomération Côte Basque-Adour.
Et en dehors du projet collaboratif, cette fois figés et indépendants les uns des autres, les originaux dégagent un rendu beaucoup plus abstrait grâce auquel on peut se fabriquer mentalement son road trip, accompagné de petits dauphins et de nageurs galbés en pleine choré nautique, ou simplement à partir des touches de couleur dispersées sur le papier. Nos yeux se remettent des clignotements frénétiques et des étoiles filantes qui fusent, et il est bon aussi de pouvoir admirer plus en détail le trait et les textures, sans métamorphose digitale : pour un plaisir différent !

 

Benjamin Artola

Benjamin Artola

Vous l’aurez compris Benjamin Artola aime le voyage sous tous ses aspects (…), et pour en découvrir plus c’est sur cette route que ça se passe : http://benjaminartola.com/