Dour, l’expérience festive et musicale

Il y a Coachella outre-Atlantique, Les Vieilles Charrues chez nous, Glastonbury chez nos voisins anglais… puis il y a Dour, le festival belge de référence qui brille autant par sa programmation éclectique que pour son ambiance réputée électrique.

Tout a commencé en 1989 sur le site de la Machine à Feu, lorsque Bernard Lavilliers, Gamine, Les Gangsters d’Amour, Les Innocents et Les Tricheurs se disputaient l’affiche devant quelques 1500 festivaliers. Le festival est né de l’initiative de Carlo Di Antoni aujourd’hui devenu ministre, qui voulait faire rayonner la ville dont il était habitant en organisant un événement musical. Depuis, le festival basé dans la ville de Dour en région wallonne a pris un telle ampleur qu’il a remporté en 2010 le prix du meilleur festival d’Europe et voit sa fréquentation avoisiner les 250 000 participants. Parmi les grands noms qui ont foulé le sol de Dour, on peut citer Iggy Pop, Blur, Noir Désir, Motorhead, Bjork, Carl Craig, Destiny’s Child ou même Johnny Halliday !

Dour à présent c’est pas moins de cinq jours de festival, plus de 200 artistes, huit scènes et un énorme camping où l’on vit tout autant d’histoires délirantes que sur le site. On rencontre toujours quelqu’un qui nous raconte qu’il a passé plus de temps au camping qu’aux concerts. Dour c’est aussi l’un des festivals les plus sportifs qu’on puisse faire, il en faut de l’endurance pour tenir ces cinq jours de fête intenses ! La programmation est l’une des plus pointues au monde, mêlant têtes d’affiche, étoiles montantes et talents à découvrir, du rock passant par le rap, l’électro, le reggae ou même la variété. L’affiche est chaque année audacieuse et toujours cohérente, les débuts du festival ont d’ailleurs été marqués par la volonté du staff de faire ce que les autres festivals ne faisaient pas, en tentant de programmer de nouveaux artistes, de nouveaux genres musicaux, Dour s’est construit ainsi en explorant des terrains inexploités.

Puis il y a l’ambiance, une ambiance festive bien sûr mais aussi chaleureuse, avec des festivaliers ouverts d’esprit et bienveillants. Quiconque se rend à Dour, en revient presque tel un nouvel adhérent d’une secte à hurler à tout va DOUREEUUUUH une fois revenue à la vie normale. On s’y fait de nouveaux copains aussi facilement qu’on descend sa pinte de Jupiler et on suit son voisin de tente voir le concert du nouvel artiste hip-hop au nom chelou sans y réfléchir à deux fois. On ne va pas à Dour pour aller applaudir le dernier dj en vogue, on va à Dour pour aller à Dour, parce que l’ambiance y est unique et inimitable.

La fête a commencé hier mercredi 11 juillet déjà avec les lives de Mr Oizo, Diplo, Juicy ou encore Mr Oizo et se profilera jusqu’à dimanche 15 juillet au soir avec parmi les shows les plus attendus ceux d’Alt-J, Angele, Amelie Lens, Polo & Pan, Paul Kalkebrenner, Beth Ditto, Joey Bada$$, Booba, Lomepal, Daniel Avery, The Chemical Brothers, Nils Frahm, Tyler the Creator, Nekfeu, MHD, Mura Masa ou encore Fakear. La grande nouveauté de cette 30e édition, c’est le site, Dour traverse la grande route en 2018 pour aller s’installer au pied des éoliennes afin de s’adapter aux attentes des spectateurs et des campeurs. Deux nouveaux chapiteaux, du nouveau plancher, davantage de sanitaires, des campings plus proches des concerts, de nouvelles zones de détente, un nouvel espace foodtrucks, de nouveaux décors et du mobilier tout neuf attendent les festivaliers qui seront encore bien nombreux cette année.

Le site du festival

Dour Festival 2018, du mercredi 11 au dimanche 15 juillet à Dour (Wallonie)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.