Pyromane Kalika et Shaga clip

Dans “Pyromane”, Kalika et Shaga racontent la peur de la passion

Kalika, artiste girly assurée, et Shaga, rappeur qui clame les maux de la jeunesse, nous racontent le rapport à l’amour d’une génération. 

Kalika et Shaga, clip de "Pyromane", Youtube
Kalika et Shaga, clip de “Pyromane”, Youtube

L’amour : destruction ou passion ?

Une typo rouge sang, Shaga plongé dans le noir, la nuit, en pleine forêt : le décor est celui d’un début de film d’horreur. On perçoit, dès le départ, le danger d’un scénario sombre.

« J’vois les flammes grandissantes, je sens qu’j’en ai pour des années » chantent en coeur les deux artistes. Face-à-face, sous un filet rouge, ils se regardent et mêlent leurs voix sur un refrain hip-hop. Mais alors, parlent-ils de la flamme de l’amour ou de celle de la douleur ? 

Kalika et Shaga, clip de "Pyromane", Youtube
Kalika et Shaga, clip de “Pyromane”, Youtube

L’ambiguïté est justement au coeur de ce morceau, suggérant que, quand on aime, on peut soit vivre l’idylle, soit « cramer ». Et là, Kalika et Shaga confient qu’ils ont peur, justement, de « cramer » alors qu’ils aiment. La voiture rouge au bord de laquelle ils chantent, et leurs costumes sombres, symbolisent la sensualité, l’amour, mais aussi la violence. 

Ces « règles du jeu de la passion » qu’évoque Shaga, beaucoup de jeunes avouent qu’ils les redoutent, aujourd’hui, alors que les traditions sont cassées. Le mariage n’est plus le fondement des relations.

Un plaisir consommé

« On l’fait comme si on se connaissait depuis des années, sauf que j’connais pas encore ton prénom » avoue Shaga. Des sucettes, des gâteaux, des rires ou un jeu vidéo sont dévoilés dans le clip, à travers des plans de quelques secondes. Ce sont bien les ingrédients d’une rencontre éphémère. Le maquillage prononcé ou la belle voiture, eux, montrent que l’apparence est une parade.

Jeu vidéo, clip de "Pyromane", Youtube
Jeu vidéo, clip de “Pyromane”, Youtube

Mais si les jeunes consomment, ce n’est pas seulement pour profiter de ce que proposent les applications. C’est peut-être aussi, parfois, pour échapper à la douleur de l’amour. Il ne s’agit pas d’abus de plaisir, mais de sensibilité. Il n’y a qu’à regarder le plan qui capture le souffle de Shaga et écouter la voix aiguë de la polyphonie du refrain.

 Shaga, clip de "Pyromane", Youtube
Shaga, clip de “Pyromane”, Youtube

Nous voilà donc embarqués dans une introspection jeune et moderne, qui dévoile ce qui se cache derrière certains soirs sans lendemain. Pour les amateurs d’une plus grande douceur, le duo propose aussi une version live acoustique du morceau(à voir plus loin dans l’article).

La version acoustique du morceau

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.