jace street art

« Around the World », le carnet de voyage d’un « Gouzou » par Jace

Un graffeur, un modèle et une partie du monde Gouzou-graffés !

Jace Martinique

Jace et le Street art

Artiste peintre et graffeur, originaire du Havre, Jace est aujourd’hui reconnu comme un artiste de rue accompli. Son pseudo (anagramme de ses prénoms et de son nom de famille) a été trouvé en 1988-89 lorsqu’il commençait à graffer à la Ravine des Cabris sur l’Île de la Réunion (974). Comme geste protestataire et une envie de se sentir vivant, Jace débute le graffiti et créé en 1992 le Gouzou signifiant les « gens ». Personnages sans visage mais non moins expressif, ces petits protagonistes mixtes et métissés sont aujourd’hui disséminés aux quatre coins du monde et cela depuis 1996. À la manière de « l’Homme en blanc » de Jérôme Mesnager et des œuvres de Keith Haring, le Gouzou à une identité nourrie par sa mise en scène et animé par un style BD teinté de Street art.

En presque trente ans le Gouzou a évolué en s’affirmant sur certaines thématiques et dénonce nos modes de vie sans jamais oublier les sentiments tels que l’amour et la joie comme le stipule l’artiste :

 Il est plus à l’aise avec son corps, et il a mûri ! Il est encore assez naïf, mais il s’intéresse à des sujets un peu plus sérieux, comme l’écologie, le passé colonial et l’exploitation humaine, qui étaient là dès le début, mais se sont affirmés.

Jace

Dénonciateur de notre monde, humoristique mais aussi rêveur, Jace tente par ses créations de faire passer de nombreux messages. S’adaptant à son environnement aux grés de son imagination et de ses petits carnets de croquis, Jace produit des graffittis à travers le monde dans des lieux insolites ou en fonction des commandes comme dans la ville du Havre :

Gouzou île de la réunion - le port
Île de la réunion – le port
Gouzou Alfortville
Val-de-Marne – Alfortville
Gouzou Tchernobyl
Ukraine – Tchernobyl

« Around the World »

« Around the World » n’est pas le fameux titre des Daft Punk sorti en 1997 mais un planisphère regroupant tous les Gouzous de Jace. En effet, le street art n’étant pas tout à fait légal, de nombreuses œuvres de l’artiste restent dans des lieux plus ou moins caché :

C’est vrai que pendant mon enfance à la Réunion, trouver les gouzous graffés un peu partout sur notre île était un jeu que nous adorions faire

Charline Duprey

Ce jeu à la manière de « où est Charlie ? » a été organisé à plus grande echelle par l’artiste via des jeux-concours afin de débusquer les Gouzous disséminés dans les villes et pays à l’instar de son hashtag : #catchmeifyouspraycan qui a regroupé plus de 4500 photos sur Instagram. De Brookline à Djerba en passant par Mumbai, l’artiste a su s’implanter à travers le monde et vous êtes probablement déjà passé à côté d’un Gouzou ! Même Édouard Philippe a été initier au street art par Jace lors d’une commande pour les 500 ans de la ville du Havre en 2017 dont il était maire :

édouard Philippe et Jace street art
jace street art
Normandie – Le Havre

Au-delà du street art, Jace produit aussi des tableaux avec ses Gouzous. L’un de est devenu viral ses derniers jours grâce au très controversé professeur Raoult qui a dans son bureau une création de Jace :

Gouzou profeseur Raoult

Jace a aussi d’autres cordes à son arc puisqu’il est entre autres connu pour ses détournements publicitaires. Tournée en ridicule où juste pour s’amuser ses détournements reflètent généralement les vices de l’être humain :

on est tous pas net
bouillon toxic
street art
jace street art