Stéphanie Ledoux

Stéphanie Ledoux, du voyage esquissé au portrait sublimé

Image d'avatar de Flora EtienneFlora Etienne - Le 27 mars 2023

Stéphanie Ledoux a réussi à concilier ses deux passions : le voyage et le dessin. De ses voyages partout à travers le monde, elle rapporte des carnets où sont esquissés les portraits de ses rencontres. C’est une fois rentrée dans son atelier toulousain que la magie opère.

Stéphanie Ledoux pose devant des portraits qu'elle a dessiné.
© Julien Rougny/Oxytanie

De la passion rêvée jusqu’au métier concrétisé

Née à Toulouse en 1983, Stéphanie Ledoux dessine depuis l’enfance. Sa passion du voyage arrive plus “tardivement” à l’adolescence suite à des voyages vécus aux côtés de ses parents. La conciliation de ses deux passions se réalise naturellement dès lors que la jeune fille se sent assez confiante pour dessiner en étant observée. Comme beaucoup d’adolescents, la jeune dessinatrice commence par tenir des carnets, d’abord pauvres en dessins qui progressivement s’enrichissent au fil des années par des peintures, des dessins, des collectes de matériaux, des collages, etc.

Carnet de voyage du 13e jours à Manakara de Stéphanie Ledoux avec du sable, des feuillesde niaouli, de la citronnelle et de dessins d'une fillette et d'une maison.
Carnet de voyage de Stéphanie Ledoux
Carnet de voyage avec des dessins d'orang-outans de Sumatra.
Carnet de voyage de Stéphanie Ledoux

Au lycée déjà, elle projette de faire de sa passion son métier. Poussée par ses parents à embrasser un métier plus conventionnel, elle suit des études de biologie et d’écologie. Rapidement, elle réalise qu’elle n’est pas faite pour la vie d’entreprise, ses 35h/semaines et ses quelques jours de congés par an. Dans l’espoir de gagner un peu de liberté, Stéphanie Ledoux fait le choix de privilégier les CDD.

Portrait de Zanny-Janny de Madagascar
Zanny-Janny, Madagascar

Un dur retour à la réalité après trois mois de voyages à l’étranger lui fait prendre conscience de son mal-être. C’est seulement quelques années plus tard que s’opère le déclic de son changement de vie lorsqu’elle prend conscience du succès de ses dessins lors d’une exposition. Dynamisée par cette reconnaissance, la jeune femme prend confiance et décide de bouleverser son avenir. En juin 2010, lorsque se pose la question de renouveler son CDD ou de partir trois semaines pour un voyage artistique au Yémen, elle ose à 28 ans abandonner son métier pour se consacrer à ses carnets de voyage.

Il n’y a rien de pire dans une vie que de se sentir malheureux. L’argent ne devrait pas être un frein. À ne pas vivre aligné avec ses valeurs, on s’étiole rapidement […] Aux personnes qui s’étiolent dans leur travail et rêvent à une reconversion : osez !

Interview de Stéphanie Ledoux pour Celles qui osent
Portrait de "Mamie Akha au sourire ravageur" (Kengtung, Birmanie).
“Mamie Akha au sourire ravageur” (Kengtung, Birmanie)

Les carnets de voyage de Stéphanie Ledoux : des recueils de souvenirs et d’émotions

Qu’importe le bout de terre sur lequel on naît et où l’on vit, le dessin est un mode d’expression universel qui permet de surmonter la barrière de la langue. Ces rencontres, même éphémères, sont la motivation principale de Stéphanie Ledoux. Gravés sur le papier, ces moments volés deviennent indélébiles.

Portrait d'une petite fille berbère avec un voile jaune.
“Berbère au voile jaune” (Maroc)

Pour ne pas immobiliser ses modèles trop longtemps, l’illustratrice dessine “seulement” une esquisse prise sur le vif. À son retour en France, c’est dans son atelier toulousain et à partir des ses carnets de terrain que Stéphanie Ledoux donne vie à ses portraits sur de plus grands formats. Le dessin lui permet de fixer ce qu’elle a vu et de rendre compte de l’ambiance sonore, de l’ambiance olfactive, de la température, de l’humeur, de l’échange avec le sujet etc. Ce moment suspendu lui permet de prolonger le souvenir du voyage.

Portrait de Norkipani Teleku de l'ethnie Maasai en Tanzanie
“Norkipani Teleku” (Ethnie Maasai – Tanzanie)

Son atelier, elle le voit un peu comme un “cocon” où se mêlent souvenirs des ses voyages, portraits qui lui rappellent des moments échangés et objets provenant de divers endroits à travers le monde. Bien qu’ayant une prédilection pour l’Asie du Sud-Est, c’est la diversité des ethnies de ce monde et de leurs cultures qui inspirent Stéphanie Ledoux. Pendant un instant, elle se sent comme la porte-parole d’une culture.

En raison de cette attachement au vécu partagé, la dessinatrice ne jette jamais son matériel. Bouts de crayons usés et tubes de peinture vides sont immortalisés dans ce qu’elle appelle ses “boîtes à trésors”.

Boite à trésor avec un dessin de Baobab, un bout de bois, du sable et des outils pour dessiner.
Boite à trésor de Madagascar
Boite à trésor avec le dessin d'un bébé chinois du Yunnan avec un bonnet traditionnel, brodé tigre pour faire fuir les mauvais esprits, des bouts de crayons, le dessin d'une divinité, des outils, etc.
Boite à trésor, bébé chinois du Yunnan avec un bonnet traditionnel, brodé tigre pour faire fuir les mauvais esprits

Souvent les visages qu’elle dessine sont en noir et blanc, la couleur, elle, est périphérique. Cela lui permet de se rappeler la sincérité avec laquelle elle a esquissé ces traits lors de son voyage.

Portrait de "Bilal de Stonetown" de Zanzibar.
“Bilal de Stonetown” (Zanzibar)

Stéphanie Ledoux s’essaye aussi aux dessins naturalistes. Son ouvrage réalisé collectivement Au premier matin du monde retrace une expédition en Papouasie menée en 2017 sur les traces de l’explorateur Alfred Russel Wallace. Une partie de l’expédition s’étant déroulée en plongée sous-marine, la carnettiste a expérimenté le dessin sous-marin. Avec une tablette, un papier spécialisé et des crayons accrochés à sa combinaison, elle a réalisé ses esquisses sous l’eau.

Stéphanie Ledoux en plongée sous-marine
Photo prise par Jonathan Hullot
En plongée sous-marine entourée de méduses
Photo prise par Jonathan Hullot

Son dernier ouvrage Cactus & succulentes est aussi un retour aux origines de son amour pour le dessin : la nature. Les portraits mis de côté le temps d’un leporello (autrement dit un livre accordéon), la carnettiste s’est inspirée des plantes grasses du Muséum d’histoire naturelle de Toulouse pour compléter un travail de terrain réalisé dans différents endroits du monde.

Dessins de succulentes et de cactus

Retrouvez Stéphanie Ledoux sur son site et sur son instagram. Très active, vous pourrez suivre ses aventures en temps réel. Après plusieurs semaines au Bénin, la globe-trotteuse se trouve actuellement au Cambodge.

Découvrez aussi les carnets de vie du photographe Nicolas Quinette.

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Metronomy dévoile son nouveau clip With Balance

Metronomy dévoile son nouveau clip With Balance

En collaboration avec Naima Bock et Joshua Idehen, le clip…

24 avril 2024

Hermes Volker : l’artiste qui met un masque aux classiques

Hermes Volker : l’artiste qui met un masque aux classiques

Hermes Volker s'est fait connaître pendant la pandémie avec des…

24 avril 2024

La petite histoire du graffiti

La petite histoire du graffiti

Élément originel et central du street art, vous avez sans…

23 avril 2024

Flora Etienne
Article écrit par :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.