Stacey Rozich

Stacey Rozich, l’héritière des muralistes mexicains

Stacey Rozich est une artiste, illustratrice et muraliste. Elle construit des images à la gouache et l’aquarelle pour combiner des éléments du folklore international, de l’iconographie religieuse médiévale et de la culture pop américaine. Son univers prend vie grâce à des motifs et couleurs luxuriants. Le symbolisme et la nostalgie sont au centre de son art.

Stacey Rozich, bestiaire autour d'un lit.
Stacey Rozich, “Every 3am This Happens”, 2018

L’artiste-peintre Stacey Rozich est née à Seattle et travaille depuis une dizaine d’années à Los Angeles en Californie. Ayant travaillé avec des magazines et marques tels que le New Yorker, Starbucks et Playboy. Elle travaille avec un système de commande pour des illustrations commerciales et des peintures muralistes.

L’intérêt de Rozich pour le folklore a commencé dans sa propre arrière-cour à Magnolia. Fille d’un enseignant et artiste du tableau noir, les peintures murales de son père peuvent être vues sur d’innombrables tableaux de menu dans les cafés et restaurants locaux, ses origines paternelles sont croates, et après la guerre d’indépendance de ce pays, Rozich a commencé à s’intéresser davantage à son héritage, interrogeant son père sur les traditions yougoslaves. Sa curiosité s’est rapidement étendue aux rites traditionnels de toute la planète.

Stacey Rozich, bestiaire sous une tente dominée par une tête de diable.
Stacey Rozich, “Behind the Seen”, 2018
Stacey Rozich, bestiaire sous une sorte de Pergola.
Stacey Rozich, “Behind the Seen II”, 2018

Les contes populaires sont souvent transmis via la pratique séculaire de l’illustration, une tradition qui s’est enracinée avec les premières aptitudes de Rozich pour le dessin. Elle plaisante en disant qu’elle a fait le chemin à l’envers, en allant d’abord au prestigieux California College of arts, puis abandonner, passer du temps intensif à dessiner dans son studio et finalement fréquenter le Seattle Central Community College, où elle est diplômée de la Creative Academy. C’était peut-être une voie non conventionnelle, mais toutes les preuves suggèrent que Rozich va bien de l’avant.

Stacey Rozich, Ours sur une serviette de plage avec une bière à la main.
Stacey Rozich, “Lenny Takes a 15”, 2018

«J’étais tellement séduite par l’idée du dessin comme mode d’expression », déclare Stacey Rozich, «que je me suis lancée dans l’illustration et obtenu les fondations dont j’avais besoin.»

Stacey Rozich
Stacey Rozich, Singe assis sur une sculpture en marbre représentant à la fois Mickey, un pharaon etc.
Stacey Rozich, “Relics Of My Own Eras”, 2018
Stacey Rozich, deux ballons gonflés à l'helium dans les mains d'un personnages inquiétant et accroupi.
Stacey Rozich, “Take a Look at My Dolphins”, 2018

En plus de montrer son travail dans des galeries, Rozich a été acclamée pour ses couvertures de livres et d’albums, et en particulier pour les illustrations bestiales qu’elle a créées pour le clip de Fleet Foxes 2011, «The Shrine / An Argument», qui l’ont inspirée à trouver plus de façons de traduire son travail dans différentes dimensions, comme la sculpture et les médias numériques. Au printemps dernier, elle a reçu le prix Neddy qui lui a accordé 25 000 $ et une forme de prestige. Elle utilise cet argent pour financer un voyage d’un mois à travers la Croatie, la Bulgarie et la Pologne pour explorer la culture, la spiritualité et les traditions locales.

Stacey Rozich, un personnage avec une tenue traditionnelle bleu, noir et rouge.
Stacey Rozich, “Pleased to Meet You”, 2018
Stacey Rozich, Un âne qui pleure en pyjama.
Stacey Rozich, “Beast Of Emotional Burden”, 2019

Floutant la frontière entre les beaux-arts et l’illustration, Rozich, 33 ans, utilise l’aquarelle et la gouache pour créer des mélanges folkloriques en mélangeant des images et des légendes à partir d’un mélange mondial de cultures, du slave au natif du nord-ouest du Pacifique. Elle s’intéresse à la façon dont les histoires et les traditions anciennes se croisent et se font écho.

Stacey Rozich, 4 personnages donc un à cheval, un autre avec un crâne.
Stacey Rozich, “Wrong Place Wrong Time”, 2019

“Les contes populaires ont un fil conducteur”, dit Rozich, “des histoires de moralité et des histoires culturelles racontées à travers des bêtes fantastiques.”

Stacey Rozich, personnage étrange avec une tenue faite d'étoiles.
Stacey Rozich, “Big Cape Mood”, 2018
Stacey Rozich, un personage féminin qu fume devant un cocktail et une boîte de chocolats.
Stacey Rozich, “The Gorgeous Hussy”, 2016

Stacey Rozich appelle affectueusement ses personnages “des humains super-augmentés”. Dans le monde de Rozich, les bêtes ont souvent des mains humaines, et parfois même un visage humain jaillit de derrière un déguisement. D’énormes crinières bouclées sont représentées, tout comme les cornes d’antilope, les têtes d’oiseaux et les sabots fendus. Les créatures portent une explosion de vêtements traditionnels multicolores (foulards balkaniques, longs gilets russes, costumes bulgares de Koukeri, textiles amérindiens, etc.) et presque toujours, des masques d’animaux. Ils manient des arcs et des flèches, ils se mélangent avec des crânes, ils se combattent. Comme les plus célèbres contes de fées, les images sont à la fois enfantines et sinistres.

Stacey Rozich, Trois personnage sur une table de pic-nique.
Stacey Rozich, “Nothing Good Happens After Midnight”, 2017
Stacey Rozich, un personnage assis sur un piédestal avec une tenue médiéval/ Renaissance avec une rose à la main.
Stacey Rozich, “Don’t cry for me”, 2016

Rozich a incorporé au fur et à mesure une nouvelle culture à ses dessins : la culture pop américaine. Comme si elle avait jeté les bases de son esthétique, elle dit : « Maintenant, je veux m’amuser avec (mon art). Rendez-le plus moderne et détendez-le avec humour. » D’où les bêtes portant des hautes Converse, portant des fusils de chasse et buvant beaucoup de bière Rainier. « C’est encore sombre et menaçant, mais drôle », dit-elle. “C’est le genre de ma personnalité.”

Si vous avez apprécié le travail de Stacey Rozich, retrouvez la sur son site, nous vous proposons aussi de découvrir l’oeuvre de l’illustrateur Sangho Bang.

  1. Vraiment désolée mais je ne suis pas du tout d’accord avec le titre de cet article, mettre cette artiste contemporaine, je veux dire son style au niveau des muralistes mexicains, semble complètement hors contexte.
    V. Zuniga

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.