Graphismes et figures colorés à l’allure psychédélique. Voyage spatial aux couleurs éclatantes, ou comment Bang Sangho nous transporte sur sa planète, expression d’un monde qui n’évoque que l’inconscient et où transparaît l’imaginaire de l’artiste ; représentation de son art s’animant lors d’un court métrage : “Planet”.

Bang Sangho est un illustrateur coréen au style très marqué, n’hésitant pas à mêler travail digital et jeu d’encre, nous emmenant à coup sûr, dans un voyage psychédélique aux allures de nouvelles planètes. Fraichement diplômé depuis 2016, il travaille brièvement en tant que pigiste pendant plusieurs mois avant de se concentrer sur le développement de ses mondes fabuleusement surréalistes. Son travail vise à créer un univers de planètes, à décrire des paysages ou des êtres vivants, au travers de diverses voies créatives, tout en développant des projets commerciaux et travaillant en parallèle pour des campagnes publicitaires. Les projets s’enchaînent. Il réalise des pochettes d’album pour le groupe de K-pop NCT 127, production d’un style en opposition directe avec celui de ses œuvres, jugé par l’artiste comme bon pour la stimulation créative. Bang Sangho travaille en partenariat avec la boutique Threadless et sort des articles affichant le style psychédélique de l’artiste applicable sur divers produits allant du linge et de la décoration d’intérieur, à la mode. Il en est de même avec les marques Adidas ou Fender, ou le style Sangho est très demandé.

Humanoïdes aux visages fait de volcans par Bang Sangho
NYC psychédélique par Bang Sangho
Baisé dans l'espace cellulaire de Bang Sangho

Il ne renie pas son art pour autant, un monde immédiatement identifiable. Ainsi, au contact des œuvres de Bang Sangho, nos yeux et notre esprit plongent dans les profondeurs imaginaires de la mer, de la terre et du ciel parsemé de planètes lointaines imaginées par l’artiste. Les visages de Bang Sangho sont des cratères qui n’hésitent pas à rentrer en éruption comme des volcans. Fait de trous béants, il nous révèle un nouveau monde telles des galaxies fait d’humanoïdes maritimes ou robotiques aux couleurs dominantes de vert et de rose. Le rose devient facilement la couleur de l’ambivalence, de l’entre-deux, du double. Cette couleur donne lieu à des interrogations sur l’identité et le genre des êtres mis en avant par Bang Sangho. L’artiste nous explique “qu’il existe une beauté essentielle dans des lieux complexes tels que l’univers, la jungle et la cellule. À l’intérieur, nous faisons partie d’un tout, du chaos et de l’harmonie, de la nature et de l’univers”. Bang Sangho crée donc l’art de combiner le “look” d’un monde microscopique avec l’ampleur mystique des planètes extraterrestres qui n’est qu’imaginaire. Il donne vie à des molécules de la taille de planètes faites de trous, ces trous qui jouent le rôle de passage d’un monde à l’autre, “créant une circulation infinie entre ses œuvres tel l’univers infini”, reflet certain d’images mystiques.

Humanoïdes robotiques
Psychédélique maritime de l'artiste Bang Sangho
Croisement entre une planète et une cellule
Humanoïdes dans un bain de volcans
Guerrière de l'espace composé de trous

Vous retrouvez ses œuvres sur Instagram, ou sur son site web.