Candice Roger illustratrice

Candice Roger illustratrice de l’absurde

Image d'avatar de Noémie ArensmaNoémie Arensma - Le 6 mai 2021

Nous vous avions évoqué brièvement son nom, à l’occasion de sa présence lors du Marché de l’Illustration Impertinente à Paris en 2020. Mais une présentation en bonne et due forme s’impose pour découvrir l’univers décalé et adorable de la talentueuse Candice Roger.

Candice Roger Les fumeurs
Candice Roger homme bretzel

Pratique 1, Théorie 0

Candice Roger nait et grandit à Angers. Très jeune déjà, elle s’intéresse à l’art et s’oriente sur des études en spécialisation du marché de l’art à Bordeaux. Elle dessine pour elle, sur son temps libre et enchaîne les jobs dans ce domaine, d’assistante commissaire-priseur à assistante galerie, les expériences sont nombreuses. Mais si elle a déjà un pied dans le domaine de l’art, elle a aussi la tête ailleurs et l’envie de mettre les mains à la pâte, elle aussi. Elle expliquait ainsi pour le magazine Kostar : « Je préférais dessiner que vendre les dessins des autres ». Logique imparable, clair, net et précis. Exit les écoles d’arts appliqués, non merci les beaux-arts, voici Candice Roger qui se lance dans l’illustration de façon autodidacte.

Candice Roger blues socks
Candice Roger film d'horreur

Couleurs franches et humour noir

Huit années plus tard, 2020 donc, le style de l’artiste s’enrobe d’une vraie identité, d’un trait reconnaissable d’un coup d’œil, la marque des grands en somme. Si les influences sont nombreuses, elle s’attarde particulièrement dans l’univers de la bande dessinée et du film d’horreur. Un mélange que l’on devine emplit de cynisme et on ne s’y trompe pas. L’humour noir teinte toutes ses illustrations, entre petites choses mignonnes et situations déroutantes. Elle l’affirme elle-même, ses images proposent à nos yeux des « situations souvent absurdes« .

Candice Roger, chien et chair à pâtée
Candice Roger scier la chaise

Il ne serait pas malvenu de rapprocher cela au surréalisme, on peut notamment penser à un esprit Salvador Dali, rassemblant des éléments qui n’auraient pas dû se rencontrer, mais dont l’association pousse à l’imaginaire, mais Candice Roger reste modeste et grâce à sa connaissance de l’art, ne s’y trompe pas : « J’ai un côté naïf, mais j’aime qu’il y ait quelque chose qui gêne et dérange, du cynisme et un peu humour noir. ». Vous avez dit identité marquée ? C’est un oui.

Candice Roger The Ignorants
Candice Roger hommes a cheval

Ses productions mêlent avec brio la couleur et le noir et blanc, qu’elle utilise à la manière du pointillisme. Des humains, des animaux, des robots, des hybrides de tout ça aussi, tout se mélange, pourtant l’harmonie entre ses œuvres n’est pas minime. L’inspiration du monde de la BD s’en ressent dans les compositions, parfois découpées en plusieurs cases sur une même page, une manière pour l’artiste de multiplier le point de vue sur une scène, ou de créer une narration dans l’image. Ces découpages à l’intérieur du dessin amènent un côté rétro au contenu, contrebalancé par des choix modernes de sujets. Parfois vulgaire, souvent poétique, toujours inventif et percutant, voici le travail bien fait de Candice Roger.

Candice Roger Horror face
Candice Roger la balle et le chien
Candice Roger hot dog et orange
Candice Roger poupées russes
Portrait de Candice Roger par Nicolas Meurillon
photo : Nicolas Meurillon

Retrouvez-la sur Instagram

Partagez avec vos amis :)
A voir aussi !
La photographe Marie Tomanova brise tous les stéréotypes

La photographe Marie Tomanova brise tous les stéréotypes

Stéréotypes de beauté, de genre, de classe, Marie Tomanova fait…

28 septembre 2023

Circonstances et Conséquences : coup d’oeil sur le métrage Lynchéen de Gabin Vissouze

Circonstances et Conséquences : coup d’oeil sur le métrage Lynchéen de Gabin Vissouze

Coup d'oeil sur un court-métrage au caractère hybride et expérimental.

27 septembre 2023

Justin Buisson, le motion designer qui se mue en youtubeur vulgarisateur

Justin Buisson, le motion designer qui se mue en youtubeur vulgarisateur

Focus sur Justin Buisson, ce jeune lyonnais passionné d’art 3D,…

26 septembre 2023

Noémie Arensma
Article écrit par :
Noémie Arensma
Je m’appelle Noémie, ce qui fait de moi, d’après prénoms.com , une personne “sensible, intelligente et communicative”. Me connaissant, j’aurai peut-être ajouté deux ou trois adjectifs séduisants mais non moins réalistes, cependant, écrire requiert une certaine impartialité paraît-il. J’ai grandi à Toulon sous les chants des cigales et du Pilou-Pilou, côtoyant les cagoles en tong et le mistral. Sentant naître un léger décalage avec mon environnement (j’étais finalement plus intéressée par la culture générale que par celle des vignes), j’ai pris la direction de Montpellier. J’aime lire tout ce qui me passe sous les yeux, écrire, aller au cinéma, danser en concert et la bonne bière. En résumé et pour citer un grand homme je dirais que "je chante la vie, je danse la vie et je ne suis qu'amour". Et parfois, je suis sérieuse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.