Rien ne le prédestinait à la photographie. Serge Najjar, né en 1973 à Beyrouth, est avocat de formation. Mais depuis quelques années, ses photographies architecturales font le tour du monde.

Photographie de Serge Najjar

Pour Serge Najjar tout a commencé en 2012 sur Instagram. Celui qui se dit photographe autodidacte passionné d’art moderne et contemporain a commencé par publier des photographies exclusivement sous format carré sous le pseudo ” Serjios “. Le succès est immédiat, à sa grande stupéfaction. Deux ans plus tard, en 2014, il gagne le prix Photomed, aujourd’hui il cumule plusieurs expositions collectives et individuelles.

" Soul of the Visible " de Serge Najjar

L’approche de Serge Najjar est intuitive. Le photographe ne prévoit rien ” chaque samedi, je conduis ma voiture vers une destination, encore inconnue, et je me laisse guider par mon instinct, par la lumière et par tout ce qui attire mon attention. A un moment donné, je m’arrête. Je me positionne. Et alors tout ce que j’ai à faire est d’attendre que quelque chose se produise “.

Ses images ancrent ceux qui les regardent dans un monde où la réalité et l’imaginaire se côtoient, ” il ne s’agit pas de ce que vous voyez, mais comment vous le voyez “. Celui qui photographie encore à l’argentique aime jouer sur les couleurs, les ombres, les lignes. Il traque les architectures, les surfaces, les volumes ” ordinaires “. Il traque la vie, parmi les blocs de béton de la capitale libanaise.

" The Wave " de Serge Najjar

Serge Najjar aime se laisser porter, emporter, par la multitudes de façades urbaines qu’il découvre lors de ses pérégrinations. Par ses photographies il leur donne de nouvelles couleurs. Il sillonne les rues de Beyrouth, les rues du pays en quête de nouveaux clichés, de nouveaux instants de vie capturés. Il attend une ombre, un mouvement, une lumière pour photographier. L’artiste explique ” ce n’est pas vraiment l’architecture qui m’intéresse. J’aime la géométrie, les formes, les angles, les lignes, les ombres. L’architecture est mon meilleur terrain de jeu. En prenant quelque chose de méconnu, en le transformant, je sens que je fais quelque chose d’utile “.

" Voyageur " de Serge Najjar

Serge Najjar capture l’essence de la ville, de ses habitants. Il nous offre une autre vision des architectures urbaines. Il donne vie à la ville.

" Tribute to Agnes Martin " de Serge Najjar, photographie datant de 2016.
" Cubic Composition" de Serge Najjar
" Pink and lines " de Serge Najjar
" Road to power " du photographe libanais Serge Najjar
" Rythm Interrupted " du photographe libanais Serge Najjar
" Peeps as Staws " de Serge Najjar
" Red Swipe " de Serge Najjar
" U " de Serge Najjar
" Blue escape " de Serge Najjar

Retrouvez Serge Najjar sur son Instagram !

Découvrez également Markus Lehr et Markus Hartel, deux photographes qui donnent également vie aux paysages urbains.