Beyond Walls Project saype

SAYPE, le land artiste au projet de chaîne humaine planétaire

Les artistes aiment défier leurs compétences. C’est le cas de SAYPE, un land artiste qui veut créer la plus grande chaîne humaine au monde “en peignant des mains qui s’entrelacent”. Le projet se veut symbolique : pour lui, il s’agit d’une manière de rapprocher les peuples et les cultures à travers une vingtaine pays. C’est le Beyond Walls Project.

Beyond Walls Project : le land art à l’échelle planétaire

Le land art s’étend maintenant à une échelle jamais entreprise avant. SAYPE souhaite en effet que son projet soit lié entre une vingtaine de pays. Le land artiste est actuellement au Bénin, la dixième étape de cette œuvre dite monumentale.

Voilà les étapes – dans l’ordre – des arrêts de SAYPE dans le monde entier :

  • Paris (France) : c’était le point de départ de SAYPE. Il a choisi le Champ-De-Mars pour commencer à dessiner son projet, au pied de la Tour Eiffel. L’œuvre fait 630 mètres de long – soit plus de deux fois la hauteur de la Tour Eiffel. Pour cette première étape, l’artiste a décide de soutenir l’association SOS Méditerranée, très représentative de Beyond Walls Project qui soutient l’entraide, la bienveillance et l’ouverture à l’autre.
Les mains entrelacées de SAYPE à Paris au pied de la Tour Eiffel
Step 1 : Paris (15,000 m²)
  • Andorre : après Paris, première escale de SAYPE à Andorre pour la Biennale Internationale de Land Art. Il désirait un lieu calme, naturel et lyrique. L’artiste a trouvé le lieu parfait au niveau du lac d’Engolaster. Ce lieu atypique était parfait pour le symbole de son projet, Andorre étant une principauté indépendante entre la France et l’Espagne enclavée dans l’Union Européenne sans en être membre.
Beyond Walls Project à Andorre dans les montagnes
Step 2 : Andorre (3,500 m²)
  • Genève (Suisse) : avec son siège de l’ONU, cette ville est un symbole fort de la défense des droits de l’Homme. Elle véhicule une image de paix et apparaît alors comme une évidence pour SAYPE. Deux parcs ont été les lieux parfaits pour exprimer son art : le Parc La Grange et le Parc des Bastions aux paysages emblématiques et merveilleux.
Le projet de SAYPE dessiné dans deux parcs de Genève
Step 3 : Genève (5,000 m²)
  • Berlin (Allemagne) : SAYPE a choisi cette ville pour la quatrième étape à l’occasion du 30e anniversaire de la chute du Mur de Berlin. Deux fresques ont été réalisées de part et d’autre de l’ancien mur : le premier à l’est au niveau de Treptower et le second à l’ouest au cœur du No-Man’s Land à Schlesischer Busch. Pour la deuxième fois dans l’Histoire, l’artiste fait tomber les murs pour réunir les peuples.
Fresque géante à Berlin au niveau e l'ancien mur avant la chute
Step 4 : Berlin (4,000 m²)
  • Ouagadougou (Burkina Faso) : il s’agit de la première étape du projet sur un autre continent, l’Afrique. Changement de décor pour SAYPE et son équipe dans un contexte majoritairement dangereux et alarmiste. La culture du pays est actuellement menacée, mais l’artiste a décidé de prôner l’art au pied de l’édifice célébrant l’indépendance, la république, la révolution et la démocratie. Un moyen d’également mettre en lumière les héros nationaux.
Première étape en Afrique pour son projet au Burkina Faso
Step 5 : Ouagadougou (5,000 m²)
  • Yamoussoukro (Côte-d’Ivoire) : toujours en Afrique, SAYPE a réalisé sa plus grande fresque et sans doute la plus grande peinture au monde en hommage à la paix. Ses mains entrelacées ont été réalisées autour de la Basilique Notre-Dame de la Paix qui fêtait ses 30 ans cette année. Constituée uniquement de vitraux, la basilique mettait à l’honneur son œuvre par les reflets.
Plus grande fresque réalisée en Côte-d'Ivoire
Step 6 : Yamoussoukro (18,000 m²)
  • Turin (Italie) : retour en Europe pour traverser la porte Palatine, un ancien monument de Turin. SAYPE mêle les ancêtres aux enfants du présent qui se tendent les mains. Cette porte faisant partie des quatre portes de la ville romaine antique, il s’agissait de réunir les frontières afin de mettre en avant la fraternité humaine.
Projet à la porte Palatine à Turin en Italie
Step 7 : Turin (6,400 m²)
  • Istanbul (Turquie) : c’est une étape essentielle pour SAYPE. Pour un projet qui se veut être un pont qui rejoint les cultures, Istanbul est la ville parfaite pour symboliser cette volonté alors qu’elle se mélange dans la mer Méditerranée et la mer Noire. Cette fois-ci, le projet passe par la rive européenne du Bosphore et elle traverse le détroit pour arriver sur la côte asiatique : voilà alors sa première étape qui passera par l’Asie. Les mains entrelacent désormais l’Occident et l’Orient.
Mains peintes sur un plateau flottant sur la rive d'Istanbul
Step 8 : Istanbul (6,300 m²)
  • Le Cap (Afrique du Sud) : malgré la situation sanitaire actuelle et les difficultés que rencontrent l’Afrique du Sud, la cité mère constitue une étape importante dans le projet Beyond Walls. Les gigantesques mains peintes au sol représentent la réconciliation, une notion forte pour l’idéologie de Nelson Mandela. Les mains se rejoignent malgré les inégalités. SAYPE espère que cet art permettra d’apporter une modeste contribution à la réunification de la ville qui n’a pas encore guéri de ses cicatrices historiques.
Les mains dessinées sur l'herbe à Le Cap
Step 9 : Cape Town (6,000 m²)

Après ces neuf étapes précédentes, SAYPE s’arrête alors au Bénin, un pays représentatif de l’histoire tragique de l’esclavage. La prochaine étape devrait atteindre un nouveau continent. Les 37 poignées de mains ont déjà traversé trois continents différents : l’Europe, l’Afrique et l’Asie. Pour le moment, son projet représente une fresque de 70 450 m², du jamais vu auparavant.

Un projet symbolique et humain

L’idée c’est de créer symboliquement la plus grande chaîne au monde en peignant des mains qui s’entrelacent qui, pour moi, est un symbole d’entraide et de bienveillance entre les peuples. L’idée, c’est de créer des ponts entre les gens et les cultures.

SAYPE

Pour la dixième étape du projet, SAYPE a d’abord esquissé ses mains entrelacées à Ouidah, une petite commune du Bénin. Ce lieu a été un jour une des “principales portes de la traite négrière” explique l’artiste. Ensuite, il s’est rendu à Ganvié, autre cité au sud du pays africain “où trouvèrent refuge les populations fuyant les razzias esclavagistes“.

Mains entrelacées sur une plage de Ouidah au Bénin
Step 10 : Ouidah (1,000 m²)

Selon ce créateur, ces deux lieux sont devenus tristement célèbres et symboliques par “une histoire tragiquement marquée par l’esclavage“. SAYPE détaille : “Les gigantesques mains de Beyond Walls relient ces deux lieux, comme si ceux qui échappèrent à l’esclavage s’efforçaient de retenir ceux qui allaient partir pour ne jamais revenir“.

Projet sur une mini-île de Ganvié
Step 10 : Ganvié (250 m²)

Parmi tous ces pays traversés, SAYPE a toujours souhaité mettre en lumière un événement fort qui caractérise une ville particulière. À chaque fois, l’artiste cherche à souligner la richesse des populations locales et transmettre un message optimiste porté sur l’humanité où tous les peuples sont rassemblés vers un avenir commun.

SAYCET : entre technique et avènement du land art

SAYPE a toujours eu cet amour pour l’art de rue. Après la pratique du graffiti, il s’attaque maintenant au land art qui se voit connaître une évolution avec le drone dont les modèles deviennent de plus en plus performants. Il est sans aucun doute un artiste très engagé. À travers ses œuvres, il nous partage les sujets qui lui tiennent à cœur.

Photographie de SAYPE
SAYPE

Pour son projet planétaire, ses nombreuses mains entrelacées en noir et blanc sont faites à base de craie, de charbon et de la peinture biodégradable.
Les matériaux utilisés et la nature même du land art font que ses fresques sont éphémères – d’où l’importance du drone.
SAYPE espère compléter sa chaîne humaine planétaire dans dix autres pays. En attendant l’aboutissement final, nous pouvons tous profiter d’images exceptionnelles de la chaîne qu’il a déjà réalisé.

Pays déjà fait et à faire pour le projet de SAYPE dans le monde

Pour suivre les réalisations de Beyond Walls Project, il suffit de suivre SAYPE sur son site.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
Citizens : Reptile