Rencontre avec Mount Kimbie

Image d'avatar de Alice ColasAlice Colas - Le 19 juin 2014

mount 2

Le 6 juin en plein après-midi, la scène s’élève sur la place Mohammed V quand on s’apprête à rencontrer Mount Kimbie, sur les toits du Beaubourg arabe quelques heures avant leur concert, lors du Weather Festival. Kai, Dominic et Tony reviennent du Japon, repartent le lendemain pour l’Angleterre et apprennent à l’instant qu’ils jouaient avant Underground Resistance, faute au décalage horaire et au rythme soutenu de leurs nombreux périples. Petite question con en passant, obtenir l’essence du nom Mount Kimbie (“some bullshit” qu’ils ont dit), on a élucidé le mystère à moitié (Mount Eerie, chanson de The Microphones, on a pas l’impression qu’ils s’en félicitent aujourd’hui…)

Si le premier album Crooks & Lovers, sorti en 2010, les a propulsé aux devants de la scène dubstep londonienne, les artistes n’envisagent plus leur musique de la même façon. Ils évoquent des difficultés à l’écouter aujourd’hui ou alors avec une oreille très (très) critique.

Dominic Maker insiste : “C’est dans nos lives qu’on a pu saisir des éléments de guitare, de batterie et les appliquer en studio, une façon de créer quelque chose de moins chiadé, plus spontané

Cette énergie déployée durant leurs lives a profondément nourri le deuxième album Cold Spring Fault Less Youth qui a été pensé et conçu “comme une réaction contre le premier, je peux plus l’écouter, je l’ai aimé, je ne changerai pas nécessairement des choses dedans même si je pouvais. Je ne veux plus en entendre parler, il a fait son temps” dixit Kai Campos.

mount kimbie live institut du monde arabe

Cette rébellion, ce désir de souiller le “surfait”, ils l’ont cultivé au moyen de collaborations. On pense évidemment à la voix grave et éraillée de King Krule, jeune musicien de la scène new wave londonienne. Justement, ces rencontres sont ressenties comme une réelle bouffée d’oxygène :

“A vouloir faire trop de choses on s’est trouvés face à un mur : on peut pas tout faire en n’étant que 2 dans le groupe. Quand on joue on peut se retrouver à 3, 4, 5, ou même 6 personnes et si ça pouvait être comme ça à chaque fois, ce serait bien. Moi j’aimerais bien qu’on soit 20 tu vois… un jour peut-être ! En attendant on est 3, et c’est toujours mieux que 2.”

La révolution Mount Kimbie 2013 a justement opérée dans cette poésie mutante, des mots qui fument et répondent poétiquement à la partie instrumentale  “Every word is linked to the next one”. L’écriture est cérébrale, réfléchie : la créativité de Mount Kimbie s’est longtemps censurée, ils ont passé un cap :

Et puis, c’est juste un petit quelque chose … il y avait une chanson,  j’ai pensé “ah cela pourrait fonctionner comme une piste vocale”. Parfois,  je m’enregistre dans l’idée que quelqu’un d’autre vienne le faire correctement par la suite, vous savez, à ma place. Et je me répétais “Fais-le” parce que si nous ne le faisions pas jusqu’au bout, ce serait comme un mauvaise chose, vécu comme un échec mais j’avais peur de ça, de me lancer”

Finalement, la partie vocale est traitée d’égale à égale à la partie instrumentale. Et cette prise de risque a ouvert de nombreuses portes. Et surtout, apprécier les échos d’une foule qui connaît les paroles de tes chansons sur le bout des doigts.

Avec le sourire aux lèvres, Kai & Dominic laissent deviner leur prochaine collaboration pour le 3ème album avec Micachu & The Shapes dont ils ont toujours été de grands fans. Fin de la tournée prévue pour Septembre, ils fanfaronnent “ça nous laisse deux mois tranquille pour finir le 3ème”.

mk

Puisqu’ils participaient à l’opening du Weather Festival, on les interroge sur le concept de la teuf techno, ils répondent :

“Les gens ont tendance à croire que la musique que tu fais a quelque chose à voir avec ce que tu aimes… Mais en réalité, on n’écoute pas notre propre musique et on n’achète pas nos propres albums. Ce qui nous intéresse et nous plaît le plus, c’est ce qui est différent de ce qu’on fait.”

Considérés comme les leader de la post-dubstep, on demande justement aux principaux intéressés. Moue boudeuse et quelques balbutiements. Aussi compliqués pour eux de définir leur musique avec des mots, on leur demande timidement de prendre le bic et le moleskine.

Et Mount Kimbie dessina Mount Kimbie :

SCAN0051
Page de droite : Kai Campos, gauche : Dominic Maker.

Texte : Alice Colas

Illustration & photos : Victoria Roussel

Partagez avec vos amis :)
A voir aussi !
Notre sélection des festivals français du mois de juillet 2024

Notre sélection des festivals français du mois de juillet 2024

L'été approche à grands pas, amenant avec lui le retour…

18 juin 2024

Le mouvement Shin Hanga, c’est quoi ?

Le mouvement Shin Hanga, c’est quoi ?

Shin Hanga, est-ce que ce terme vous dit quelque chose…

12 juin 2024

TOP 10 des séries ayant marqué l’histoire de la télévision

TOP 10 des séries ayant marqué l’histoire de la télévision

À travers ce dyptique d'articles sur les séries les plus…

10 juin 2024

Alice Colas
Article écrit par :
Après avoir obtenu une licence en arts appliqués et un master en création-conception en communication visuelle, Alice Colas a travaillé en tant que directrice artistique dans les domaines des médias et de la culture. Par la suite, elle est devenue indépendante en tant que free-lance chez BETC. Sa passion réside dans la composition d'images et la création d'identités visuelles. En tant qu'illustratrice, elle aspire à mettre en avant sa créativité et sa technique pour donner vie à vos projets d'identité, de packaging et d'impression. Son objectif est de créer du sens et de l'esthétique en se basant sur l'essence de votre marque. Dotée d'une approche rigoureuse, précise et ponctuelle, elle s'efforcera toujours de répondre au mieux à vos attentes dans les délais les plus adaptés.

Laisser un commentaire

2 commentaires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.