Petit cadeau que nous réserve la venue prochaine de l’été : le nouvel album de Para One, « Club ». Préparez-vous, ça devrait secouer, puisque l’artiste le clame, c’est un album fait pour danser et suer. Les vrais savent que l’un ne va pas sans l’autre.

Para_One_Live_Club

Crédit photo : Franck.Mo

Nous avons eu la belle opportunité de poser quelques questions à Jean-Baptiste, et nous le remercions pour ses réponses.

Beware : Tu sais faire danser les gens, c’est indéniable, on imagine bien que tu adores faire ça. Est ce que CLUB est un projet que tu as en tête depuis longtemps ?

Para One : Non, le projet s’est fait tout seul, presque malgré moi. En remodelant les morceaux de « Passion » pour le live et le club, je me suis retrouvé à faire des versions tellement différentes qu’il m’a semblé qu’elles méritaient d’exister par elles-mêmes. C’est devenu un projet, de les sortir comme un album, qui m’a tout de suite excité. J’ai réalisé que je n’avais jamais fait d’album axé dancefloor alors que ça fait plus de dix ans que, en effet, je fais danser les gens tous les week ends ! Et oui, j’adore ça…

 

Beware : On connait ta capacité à être sur tous les fronts, est ce qu’il y a eu un élément déclencheur spécifique qui t’as donné l’impulsion de faire ce disque et renouer avec le dancefloor ? Tu disais « j’avais envie de me défouler -en parlant de Wake me Up- et de sortir du côté dancefloor dans lequel j’avais beaucoup été, à cause des remix qui étaient fait pour faire danser les gens, avec tout ce que ça a de glorieux et de beau. » 

Para One : C’est un aller-retour permanent, et ça résume bien ma vie ces dernières années : passer du temps en studio à chercher la sophistication, la précision, puis aller sur scène et rendre ça plus concis et lisible, en se concentrant sur l’énergie. Je ne considère pas avoir perdu de vue le dancefloor, mais j’ai eu d’un coup envie d’officialiser mon rapport à ça en lui dédiant un disque entier.

Beware : Ton album va certainement nous faire danser pas mal de soirées pendant cet été, et certainement longtemps. Peux tu nous expliquer ton approche vis à vis de la dance music et plus particulièrement cet album ? As tu appliqué la même recette que tes mix en club ?

Para One : Je pense que la dance music doit être très puissante mais ça ne veut pas forcément dire bruyante. Il faut trouver le bon équilibre entre la violence et la sensualité. On a beaucoup fait varier les curseurs ces dix dernières années, en passant par le trashy et ensuite en revenant à des choses très propres, voire sérieuses. Pour moi ce qui est intemporel, c’est ce qui trouve la bonne balance. Prince ou Rick James par exemple, ne vieillissent pas. Leur musique fait encore danser les gens dans les clubs aujourd’hui partout sur Terre.

 

Beware : Certains artistes développent des alias, plus orientés dance, je pense à Toro y Moi qui devient Les Sins, ou Four Tet avec Percussions… Est il possible que nous retrouvons un jour un Para One 2.0 ?

Para One : Tout peut arriver, mais je n’en éprouve pas le besoin. Mon nom n’est pas associé à un style en particulier, j’ai tellement pratiqué le contrepied au cours de ma carrière que les gens ne savent pas à quoi s’attendre quand je sors quelque chose, et ça me plaît. Par contre je travaille sur un projet de film que je signerai probablement de mon vrai nom.

Para_One_portrait

Beware : J’ai parfois des instants de nostalgie quand je repense à toute l’époque TTC, Epiphanie… Comment pourrais-tu décrire ton évolution depuis ce temps ? D’où tires-tu toute cette énergie ?

Para One : La nostalgie est excellente pour l’auditeur mais c’est un piège pour l’artiste. J’ai toujours cherché à aller de l’avant et ne jamais refaire deux fois la même chose. La musique est un terrain d’expression tellement large, on n’en fera jamais le tour. La curiosité me fait tenir debout, l’envie d’apprendre aussi.

 

Beware : Où est ce qu’on va te retrouver bientôt ? Où sont tes priorités ? Cinéma, production, un nouveau duo (FuckALoop ♡)…

Para One : Là tout de suite je suis concentré sur la sortie de « Club » et la tournée DJ qui va avec. Mais je suis en train de travailler sur un autre projet, plus ambitieux, qui réunira musique et cinéma. Enfin !

 

On l’aura compris, on ne sait jamais à quoi s’attendre avec Para One et cela contribue pleinement à tout l’amour qu’on lui porte. En attendant les prochains projets, on vous laisse découvrir cet album plein de beat qui font remuer nos petits corps fragiles.