projet venus

Projet Vénus : l’art au service de la lutte contre le cancer du sein

Comment toucher et faire passer un message de manière universelle ? Dépasser les frontières linguistiques et culturelles pour faire bouger les lignes et créer le déclic autour d’un sujet aussi sensible que celui du cancer du sein ?

Pour SpaceJunk la réponse était évidente. Voilà aujourd’hui 11 ans que l’association mène le projet Vénus, une action qui mêle art et sensibilisation autour d’un sujet de santé publique encore trop tabou.

Focus sur cette initiative dont l’importance s’est accrue en cette année si particulière où le nombre de dépistages de cancer du sein est en forte baisse et les diagnostics sont retardées à cause de la crise sanitaire.

La naissance du projet Vénus

C’est en 2009 que Jérôme Catz, fondateur du réseau de SpaceJunk, décidait de créer un projet dans le but de lutter contre le cancer du sein. Ainsi naissait cette action au nom symbolique faisant référence à la déesse de la beauté féminine, le « Projet Vénus.

Réalisant qu’il existait des « poches territoriales », lieux où le nombre de femmes qui se font dépister pour cette maladie est au-dessous de la moyenne, que les objectifs du projet et la manière dont il allait être mené se précisaient. Il se destinerait aux femmes résidant dans les quartiers dits « défavorisés » ou dans les zones rurales isolées et l’art serait le support autour duquel l’action se déploierait. Il serait un moyen de prévention, d’expression et permettrait d’instaurer un dialogue sur des thèmes parfois compliqués à aborder tant ils touchent l’intime et angoissent : le corps, la maladie, la féminité, …

Projet Vénus Florina Aledo
Projet Vénus Emy Blacksheep
Projet Vénus Flore Henocque
Projet Vénus Richard Dupray

Un projet « délibérément du côté de la vie »

Pour se construire, le projet se découpe en plusieurs étapes et se déploie sur une année.

Il débute avec des femmes qui, seins nus, posent lors d’une séance photo. Certaines d’entre elles ont lutté contre la maladie, tandis que d’autres participent sans avoir été touchées et dévoilent leurs corps par solidarité et soutien.

Les photographies sont ensuite confiées aux artistes qui ont fait le choix de s’engager aux côtés du Projet Vénus. Plasticien.ne.s, Street-artistes (Toki, Magritte Street art), peintres (Julie Buibui, Anne Pivot, Florina Aledo Perez), graphistes (Tu casa es mi casa) reprennent alors les clichés obtenus et se les approprient. Ils les travaillent comme des toiles avec pour toute consigne« être délibérément du côté de la vie et du côté de la résilience »ligne conductrice du projet Vénus. Les corps des modèles deviennent source de créativité et s’animent sous les coups de pinceaux, un nouvel univers se créant autour d’elles.

Ces artistes sont majoritairement issus du paysage de la ville dans laquelle les actions sont menées (Lyon et Grenoble) afin de pouvoir donner un coup de projecteur sur les artistes locaux.

Parallèlement au travail effectué par ces artistes confirmés, les équipes de SpaceJunk recrutent des acteurs sociaux qui vont aider à créer un lien avec des femmes issues de zones où les soins sont moins accessibles pour leur proposer des ateliers de création. Au cours de ces derniers, les consignes données sont les mêmes que celles données aux artistes.

Projet Vénus Magritte Street Art

L’association leur fournit le matériel nécessaire et les photographies leur sont distribuées afin qu’elles puissent y exprimer leur créativité. La démarche n’est pas anodine et dessert un but bien précis : celui de pouvoir instaurer un dialogue autour de la question du rapport au corps et à la maladie notamment. Sont d’ailleurs présents un professionnel de santé – venu répondre aux questions et aux préjugés qui subsistent quant à cette maladie – et un artiste – là pour les accompagner dans la démarche artistique. Pour celles qui n’ont jamais tenu un pinceau de leur vie, ces ateliers sont une véritable expérience.

L’art devient ainsi un facilitateur d’échanges autour d’un sujet qui touche toutes les femmes (mais aussi les hommes, bien qu’ils soient moins nombreux) et qui cependant reste tabou et délicat.

Des sessions qui abordent la représentation du corps à travers l’histoire de l’art sont également proposées. Émergent ainsi des débats et discussions suscités par certaines œuvres dont la nudité des personnages choque, dérange, bouleverse selon la culture et l’histoire de chacune des spectatrices, tout comme les séances de maquillage organisées.

Projet Vénus Melody Nelson No soucy
Projet Vénus Guti
Projet Vénus Anne Pivot

Des œuvres qui ouvrent le dialogue autour du cancer du sein

Vient alors le temps des expositions où se mêlent œuvres d’artistes et celles provenant des ateliers. Celles-ci sont effectuées au sein de lieux à vocation sociale ou liés au domaine de la santé (des hôpitaux par exemple). En l’occurrence, cette année à Grenoble les lieux d’exposition seront la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, l’espace SpaceJunk, le CHU de Grenoble Alpes (site Voiron) ainsi que la Maison du Département de l’Agglomération grenobloise.

Comme l’indique Sophie Cizaire de SpaceJunk Grenoble, l’objectif est de sensibiliser un public qui réside en des zones faisant partie des « poches territoriales ». Exposer ces créations a pour but de mettre en lumière l’importance du dépistage du cancer du sein et de créer le déclic chez celles et ceux qui ne prennent pas le temps de le faire, pour diverses raisons (économiques, environnementales, …).

Tous ceux qui ont participé à la réalisation de cette exposition (artistes, modèles, artistes « néophytes », …) sont invités à se rendre sur les lieux d’exposition pour pouvoir discuter avec les spectateurs qui découvrent les œuvres.

C’est enfin à la fin de l’année que les tableaux sont finalement vendus à l’occasion de ventes aux enchères ouvertes à tous. Il est ainsi possible de se procurer les œuvres réalisées par les artistes. Par ailleurs, chaque année une œuvre issue des ateliers de création est également mise à la vente. Les dons sont ensuite reversés à des associations qui participent à la lutte contre le cancer du sein et soutiennent les femmes qui en sont atteintes (Europa Donna et la ligue contre le cancer).

Le Projet Vénus, c’est un projet qui exploite l’art comme outil de communication privilégié et dont le but va au-delà de lutter contre le cancer du sein. Il permet de développer les liens sociaux, de poser des questions fondamentales, tout en faisant prendre conscience des risques encourus lorsque le corps n’est pas considéré et préservé comme il le devrait.

Projet Vénus Julie Buibui

À voir aussi pour aller plus loin, notre article dédié au street art et l’art urbain. Vous en apprendrez plus sur ce qu’est l’art de rue et ses origines.

Projet Vénus miss me art
Projet Vénus tu casa es mi casa
Projet Vénus Arepo art
Projet Vénus Toki

Nous vous invitons à retrouver le talentueux travail des artistes qui s’engagent pour ce projet sur Instagram ( Lyon ou Grenoble).

Et pour toutes informations relatives aux lieux d’expositions et aux soirées caritatives, c’est par ici !