Pelle Cass photographe

La vision du monde chaotique et humoristique de Pelle Cass : Du détail à la fourmilière

Dernière mise à jour:

Âgé de 67 ans, le photographe Pelle Cass est né à Brooklyn, et y vit encore aujourd’hui. Depuis 2002, il enchaîne les projets photographiques, tous plus éclectiques les uns que les autres :  du huis-clos à la photographie de rue, du détail à la foule, du chaos à l’humour, ses idées fusent.

Série photo Selected People
Série Selected People

Avec sa série Selected People (2011-2018), Pelle Cass considère qu’il ordonne le monde en exagérant son chaos. Il utilise un trépied, pose son appareil photo dans des lieux de passages, et prend quelques dizaines de photographies. Ensuite, il fait sa sélection, sans rien modifier selon lui : il ne déplace aucune personne, mais décide seulement d’en ajouter ou d’en enlever de l’image. Il utilise Photoshop pour augmenter les imperfections, et non pas dans le but de les supprimer ou les diminuer. Le photographe explique que les gens ont tendance à s’agglutiner : il tente alors parfois de trouver des enfants et des oiseaux afin de combler les hauts et les bas des photos.

Série photo Selected People
Série Selected People
Série photo Selected People par Pelle Cass
Série Selected People
Série photo Selected People
Série Selected People
Série Crowded Fields
Série Selected People
Série photo Selected People
Selected People

Son but est de représenter l’étrangeté du temps, l’apparence exacte des gens, un monde surprenant visible seulement à travers le prisme de l’objectif d’un appareil photo. Adepte des blagues visuelles, il s’amuse avec ce qu’il a immortalisé : il dit dans une interview pour Vice : « Si des jumeaux se promènent dans le cadre, je les laisse toujours à l’intérieur pour que les gens pensent que c’est une astuce Photoshop. ».

En 2020, la série Selected People devient Social Distance. Temps de pandémie oblige, le photographe s’adapte et ré-imagine l’espace des villes vides, des même lieux, entre temps victimes de cette distance sociale imposée. Le résultat fait froid dans le dos : l’observer en photo, de manière fixe, figée, est encore plus terrifiant qu’en réalité.

imager la série Social Distance
Série Social Distance, 2020
imager la série Social Distance
Série Social Distance, 2020
imager la série Social Distance
Série Social Distance, 2020

Sa série Crowded Fields née 2017 reprend le même principe, mais avec pour sujet le sport, qui, selon le photographe, annule le sujet de compétition. Le nombre de sujets fait davantage ressortir l’importance du jeu à proprement parler, thème cher à l’artiste.

Image à la une
Série Crowded Fields

Vous l’aurez compris, Pelle Cass aime montrer un monde fourmillant, afin de dépeindre à quel point tout se passe partout à la fois. Son but est de condenser des milliers de photos en une seule. Il explique être Inspiré par les peintures de Pollock, ou encore les sculptures de Michel-Ange.

D’ailleurs ces photographies vous feront peut-être penser à celles d’Andreas Gursky

Série Crowded Fields
Série Crowded Fields
Série Crowded Fields
Série Crowded Fields
Série Crowded Fields
Série Crowded Fields

S’il semble obnubilé par les foules et les humains, Pelle Cass perçoit aussi certains détails du quotidien. Ses premières photographies sont celles d’objets de la vie de tous les jours en noir et blanc (notamment dans sa série Figuratives). Avec sa série Messes, de 2008 à 2010, il immortalise le résidu heureux et désordonné de la vie familiale.

imager la série Messes
Série Messes
imager la série Messes
Série Messes

Si les détails confus et désordonnés ne l’effraient pas, les visages d’inconnus ne lui font pas peur non plus. Dans sa série Strangers de 2018, chaque portrait est composé de nombreux plans très rapprochés d’une personne en particulier, rassemblés en un visage entier. À ces détails minutieusement observés s’ajoute une dimension nouvelle, étrange : il s’agit de portraits énigmatiques qui en disent peu sur le caractère, la personnalité ou l’identité de leurs sujets. La série montre, en somme, que les parties ne font pas toujours un tout.

imager la série Strangers
Série Strangers, 2008
imager la série Strangers
Série Strangers, 2008
La vision du monde chaotique et humoristique de Pelle Cass : Du détail à la fourmilière 1
Série Strangers, 2008

Le photographe a réalisé une multitude d’autres projets comme ses séries Poems, Figuratives, de nombreux autoportraits… Le tout à retrouver sur son site web.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.