Obey et sa Marianne à la larme symbolique

Obey et sa Marianne à la larme symbolique

Le 14 décembre dernier, des activistes avaient “vandalisé” la Marianne de Obey en remplaçant la devise par des larmes rouges sang avec un simple message inscrit : Marianne pleure. Deux mois après, Obey restaure sa fresque en y ajoutant une larme discrète à son œil gauche.

Une larme en plus pour Marianne, une œuvre pour les Restos du cœur

Le 14 février, la fresque représentant Marianne est aussi belle qu’en 2015. La peinture est fraîche et les traits sont propres et neufs. Seule chose qui a été ajoutée : une simple larme bleutée discrète au coin de l’œil gauche de Marianne, une modification qui ne passe pas inaperçue.

La nouvelle version de la fresque Marianne par Obey
La nouvelle version de la fresque Marianne restaurée le 14 février 2021 © Galerie Itinerrance

Pour la nouvelle Marianne, ce sont 600 sérigraphies qui ont été tirées en édition limitée afin de les commercialiser et dont la totalité des profits seront reversés à l’association des Restos du cœur. À travers cette aide et l’ajout symbolique d’une larme, Obey prouve que “l’action vaut bien plus que les mots”.

Sa Marianne vandalisée, Obey réagit avec compréhension

La fresque dessinée par Shepard Fairey – allias Obey – avait été réalisée dans le XIIIe arrondissement de Paris au lendemain des attentats de 2015. Elle représentait le symbole personnifié de la France, la Marianne accompagnée de la devise Liberté, Égalité, Fraternité. Cinq ans après, dans la nuit du 13 au 14 décembre 2020, des activistes appartenants au collectif LRM-NRV vandalisent la fresque alors que les lois séparatistes et sur la sécurité globale font débat. Les traits de la peinture nette sont effacés et remplacés par le message “Marianne pleure” alors qu’ils avaient en effet ajouter des larmes rouges vives au profit de son visage intact

Fresque Marianne détournée par des activistes
La fresque détournée le 14 décembre 2020 © Christophe Ena/AP

“Je suis du côté des gens qui protestent contre les injustices, donc si l’intention était celle-ci, je la comprends” avait réagi l’artiste américain avec délicatesse alors qu’il était de l’autre côté de la planète, à Los Angeles. Obey en avait profité pour remettre les choses aux clairs quant à l’objectif de cette fresque : “Ce sont des principes que je mets clairement, et depuis longtemps, en avant, à travers mon travail et mon engagement avec des messages de paix et d’harmonie, mais aussi de respect pour la planète et pour les personnes de toutes origines”.

Exactement deux mois après les faits, Obey est finalement revenu sur les lieux pour restaurer sa fresque.

Une fresque reconnue par la Nation française

Une chose est sûre, la restauration de la fresque ne peut être qu’une bonne nouvelle pour la métropole. Sa réalisation au lendemain des attentats avait touché la France entière, donnant une signification particulière à la fresque. Emmanuel Macron en possède lui-même un exemplaire que nous pouvons apercevoir derrière lui lors de ses allocutions télévisées.

Emmanuel Macron avec au fond accroché au mur la fresque Marianne d'Obey
La fresque d’Obey présente dans le bureau d’Emmanuel Macron © Abaca

Pour la deuxième fois depuis 2015, Obey a de nouveau touché en plein cœur les citoyens français. Il espère maintenant que sa Marianne adorée restera intacte.

Pour en savoir plus sur le travail d’Obey, n’hésitez pas à découvrir son idée du street art.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
Patrick Swirc : Portrait d’un portraitiste.