Joe Pettet-Smith : Anarchy Tamed
Joe Pettet-Smith : Anarchy Tamed

Joe Pettet-Smith : Anarchy Tamed plongée dans un festival post-apocalyptique

Chaque année se tient dans le désert de Mojave le Wasteland Weekend. Il s’agit d’un festival post-apocalyptique qui rassemble environ 4000 passionnés dans la chaleur et la poussière pour rendre hommage à l’univers de Mad Max imaginé par George Miller. Les festivaliers s’habillent à la manière des personnages des films et profitent de ce week-end pour vivre une apocalypse imaginée. Le photographe Joe Pettet-Smith, à travers sa série “Anarchy Tamed”, souligne que la popularité croissante du Wasteland Weekend est corrélée à une forte inquiétude face à un avenir compromis.

Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, deux festivaliers déguisés.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, groupe de festivaliers sur des voiture pour une parade.

«Au cours de mes recherches pour une série plus large intitulée “Preparations of the Worst-Case Scenario” – une série qui examine la paranoïa et les angoisses induites par les médias dans le futur – j’ai repéré le festival», explique Joe Pettet-Smith. «Je voulais y assister et en faire une photo ou deux pour la série principale, mais une fois arrivé, j’ai fini par tourner quelques boîtes de film. Une grande partie de ce que j’y ai trouvé semblait plus immédiate et réactionnaire que la série à laquelle les photos était destinées, alors c’est devenu un projet autonome. »

Joe Pettet-Smith
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, festivalière avec des inscription sur tout le corps et le visage.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, Paysage de tentes des festivaliers.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, gros plan sur le masque porté d'un festivalier.

La rencontre entre Joe Pettet-Smith et la photographie se fait au moment de son passage à l’université. Avant cela, l’artiste connait une enfance moyenne, rien ne le passionne réellement et il ne brille dans aucun domaine. Après un passage sur un chantier avec son frère, ses notes ont été publiées et il a découvert qu’il avait tout juste de quoi passer à l’université. Pure coïncidence, le collège local avait une chambre noire, une salle vidéo bien équipée et un technicien passionné. Il l’a pris sous son aile, et a été la première personne à vraiment prendre la mesure de son potentiel. Joe Pettet-Smith avait un talent pour le côté pratique et technique de la photographie et il est devenu totalement obsédé par la chambre noire où il ne cessait d’expérimenter de nouvelles choses.

Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, installation en tôle du festival.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, gros plan sur le buste d'un festivalier portant un masque.

Au cours de ces dernières années, le langage visuel de Joe Pettet-Smith s’est développé. Il utilise la photographie pour donner du sens au monde qui l’entoure et il souhaite traduire des idées complexes sous une forme visuelle. Les meilleures histoires de science-fiction sont basées sur des réalités plausibles, de mondes proches du nôtre qui exagèrent l’état actuel des choses. Il utilise les prophéties de l’avenir pour agir comme un questionnement actif du présent.

De Star Wars à Mad Max, les récits imaginés s’inspirent toujours du réel. En tant qu’artiste travaillant sur ces temps postfactuels et contrefactuels, la science-fiction offre de nombreuses possibilités. c’est ainsi que Joe Pettet-Smith a commencé à penser aux représentations post-apocalyptiques de l’avenir comme une réponse directe au nouveau cycle pessimiste qui s’annonce sans fin.

Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, visage d'un festivalier dans un masque fait à base de pneu.

«Nous sommes au bout du monde, nous devons prendre soin de nos semblables, nous sommes maintenant une espèce en voie de disparition» lui a déclaré l’un des festivaliers.

Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, gros plan sur l'inscription sur une voiture : "to shock and awe".

“Malgré les costumes intimidants, les véhicules blindés, les “fuckyous” comme salutations, ce qui m’a le plus surpris, c’est le sens de l’inclusion absolue, de la communauté et du sens de chacun qui veille les uns sur les autres. “

Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, festivalier de profil portant un masque.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, un festivalier à moto.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, structure en métal en forme de cercle.

Joe Pettet-Smith a commencé à travailler sur des récits post-apocalyptiques comme dans sa série “Anarchy Tamed” afin de comprendre la raison de la popularité de ces histoires. L’original de Mad Max sorti en 1979 a été le film le plus rentable de tous les temps. Cela en dit long sur la condition humaine et la société que nous avons nous-même construite. Ces histoires devenues courantes, offrent non seulement une fenêtre d’évasion de notre vie quotidienne mais également un moyen de faire face à un avenir devenu incertain.

Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, festivalier déguisé à genoux.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, festivalier déguisé pris de manière frontale.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, voitures de festivaliers garées.
Joe Pettet-Smith, Anarchy Tamed, Une festivalière déguisée.

SI vous avez été sensible au travail de Joe Pettet-Smith, nous vous proposons de découvrir une série consacrée au Wall of Death.

Site du photographe