KAS:ST hell on earh

Hell On Earth : l’ennui sous sa forme la plus terrifiante.

Image d'avatar de SolalSolal - Le 4 octobre 2019

Rappelez-vous de vos après-midi d’été passées à traîner. Traîner quand on n’a rien à faire, et qu’il y’a plus que le noyau dur de notre cercle social pour partager notre ennui. Pour beaucoup d’entre nous, ça fini par passer, mais d’autres n’ont pas cette chance.

Ceux sont sont eux que Louis Herbeuval à choisi d’illustrer dans le nouveau clip de Hell On Earth, morceau issu du nouvel (et premier !) album de KAS:ST.

Le tube de l’été du groupe, sur HATE

Si les présentations s’imposent, KAS:ST sont deux français notamment connus pour être des habitués de la désormais mythique Concrete. Ils font partie de cette vague Techno qui parvient à atteindre une grande partie du public nocturne et contribue à faire sortir le genre de l’ombre.

Tout comme chez leur pairs (SNTS, I Hate Models, Räar, 999999999, tout ça tout ça) leur musique est sombre. Elle se démarque par des kicks qui résonnent et vous donneront l’impression d’être dans une gigantesque warehouse. A l’inverse de sa version popularisée outre-rhin qu’on retrouve chez des Richie Hawtin et autres Pan-Pot, la techno à la française a plutôt tendance à être mélodique, et ses instruments occupent l’espace presque autant que les percussions (on généralise pour les besoins scénaristiques, mais c’est pas complètement des bêtises, ndlr).

L’autre tube de l’été, toujours sur HATE

Revenons à notre clip. Il faut dire qu’il est surprenant, et pour être complètement transparent, ça ne partait pas bien. Ok, on a du son, ok, les gens dansent. On se dit que c’est un autre de ces clips où les gens font la fête, et ça donne envie d’y être.

Ici, on se rend rapidement compte que ça n’est pas un sentiment positif qui est illustré. Ils fêtent par ennui, et vous n’avez pas du tout envie d’y être. Et quand l’ivresse de la fête s’estompe et qu’il n’y a toujours rien à faire, que fait-on ? De bien mauvais choix. On a fini absorbé par le film, se demandant jusqu’ou ces pauvres gens iraient pour retrouver les sensations fortes qui donnent le goût de la vie. C’est l’ennui sous sa forme la plus terrifiante.

Pour rappel, tout ça se déroule dans le cadre de la sortie de Road To Nowhere, le premier album de KAS:ST. Tendez l’oreille le 25 octobre.

Partagez avec vos amis :)
A voir aussi !
Aakash Nihalani, l’art au bout du rouleau

Aakash Nihalani, l’art au bout du rouleau

Armé de ses rouleaux de ruban adhésif, Aakash Nihalani s’attaque…

19 avril 2024

L’explosion nucléaire du film Oppenheimer recréée par un macro vidéaste

L’explosion nucléaire du film Oppenheimer recréée par un macro vidéaste

Thomas Blanchard, un cinéaste français, a fait de la macro…

19 avril 2024

A la rencontre de MIMOSA

A la rencontre de MIMOSA

Mimosa est un trio composé de Noé Choblet, Théo Diguet…

18 avril 2024

Solal
Article écrit par :
Rédacteur en chef musique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.