Game of Shrooms
© Dima Drjuchin

Game of Shrooms, découverte d’une chasse au trésor artistique mondiale !

L’artiste Daniel Attaboy a lancé en 2019 Game of Shrooms, une chasse au trésor internationale qui vise à trouver des… champignons.

Une fois que les artistes ont caché leurs champi, à vous de les trouver !

Champignons multicolores dans un décor naturel
Attaboy, Shroombots

À la chasse aux champignons

Pas besoin d’être un fin spécialiste et de connaître les mille poisons pour vous lancer dans cette quête aux champignons. Vous n’aurez nulle envie de croquer dans ceux que vous trouverez ! L’initiative de cette chasse mondiale est lancée en 2019 par l’artiste fantaisiste Attaboy. Champignons de toutes tailles, de toutes couleurs, de toutes formes, sculptés ou peints, peu importe : le but est de créer chaque année un mouvement artistique international autour de sa représentation.

Peinture d'un gros champignon vert
© Dave Correia
Petits champignons roses dessinés qui sont au milieu d'une vraie photo de champignons
© Lobster Squirrel

Game of Shrooms est autant fait pour les artistes que pour les amateurs d’art. Chacun peut créer son propre champignon et le cacher. Et chacun est libre de chercher ces petites œuvres dissimulées à l’extérieur ! Une carte de géolocalisation est disponible sur le site Yum Factory d’Attaboy pour vous faciliter la tâche (qui serait bien ardue sinon) ! Cet événement annuel est décrit par son créateur comme étant une sorte de chasse aux œufs de Pâques… version art !

Petit champignon jaune et rouge qui pleure, caché dans l'herbe pour le Game of shrooms
© Dima Drjuchin
Dessin d'un champignon rouge et blanc vénéneux
© Madalyn McLeod

Une chasse respectueuse !

Pas de frontière, pas de contrainte si ce n’est de créer un ou plusieurs champignons, comestibles, venimeux ou hallucinogènes. Toutefois, même s’ils ne sont pas naturels, ces champignon doivent être cachés dans le respect de la nature et de l’environnement. Pour Attaboy c’est impensable que ces champignons soient une source de pollution et les artistes doivent bien y prêter attention. Le but est d’ailleurs qu’ils soient tous “cueillis” !

Petit champignon rouge dans la main de son créateur
© Joshua Witham
Tableau d'un champignon/maison
© Sam

Game of Shrooms a pu avoir lieu presque normalement en 2020 et est déjà prévu pour le 12 juin 2021 notamment parce que l’événement s’accorde plutôt bien avec la crise sanitaire. D’abord, les différents champignons sont cachés au grand air, mais leur quête est aussi possible sur les réseaux sociaux ! Un hashtag (#gamofshrooms) a été crée en même temps que la première édition pour que les artistes puissent aussi “cacher” numériquement leurs créations. Et les heureux chercheurs peuvent ainsi poster leurs trouvailles !

Deux champignons dont sortir des billes de couleurs de leur tête
© Angela Ho
Champignons bleus sculptés sur une boît de conserve
© Stephanie Kilgast
Champignon rouge peint sur fond très coloré tournoyant
© lillycat

Les champi d’Attaboy

Évidemment, Attaboy, créateur de l’événement, y participe aussi, dissimulant ses propres champignons. Avant même qu’il ne se lance dans l’aventure de Game of Shrooms, des champis peuplent déjà ses créations. À la manière de La Chenille de Lewis Carroll, Attaboy crée un univers complètement fantasmagorique dans ses œuvres.

Branche recouverte de champignons colorés
Attaboy, Decomposition Wreath
Gros champignon coloré sur lequel poussent d'autres petits
Attaboy, Royal shroom cap

Attaboy mélange peinture et sculpture pour ses champi pour comme le reste de ses créations. Avec son attrait pour la mort, on comprend vite pourquoi il a choisi ce symbole particulier du champignon. Hallucinatoires, meurtriers, les champi d’Attaboy sont dangereusement attrayants.

Une sorte de personnage fait de branchage et de champignons
Attaboy, Cataclysm miczygote
Gros champignon violet
Attaboy, Shroom cluster 2

Découvrez aussi les hallucinations du photographe Aaron Feaver qui vous feront elles aussi plonger dans un monde fantastique où vous ne saurez pas distinguer le rêve de la réalité.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
Gabriele Viertel : la photographie à fleur d’eau