Laurent Monnet, illustrateur

Image d'avatar de Antoine DuchampAntoine Duchamp - Le 7 septembre 2012

Laurent Monnet, illustrateur 17

Suite à la mise à jour de son site, plein de nouveaux travaux tous aussi réussi les uns que les autres, nous avons décidé de vous en faire découvrir plus sur le jeune artiste qu’est Laurent Monnet. Il a accepté de répondre à quelques questions, et de nous dévoiler son processus créatif.

Salut Laurent, peux-tu commencer par te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, Laurent Monnet, 20 ans. J’ai commencé mes études dans le milieu du graphisme il y a 5 ans. Tout d’abord par un cursus de 4 ans en communication graphique à Grenoble, après le collège. J’ai commencé l’illustration pendant cette période, car je m’intéressais à différents domaines artistiques, notamment à l’art digital. Après ce cursus de 4 ans, j’ai passé un an à l’Atelier de Sèvres à Paris. J’ai pu prendre mon temps pour réfléchir et m’ouvrir sur différents domaines, notamment la photographie et le collage, qui constituent mes dernières créations.

Tu viens de finir une année préparatoire à l’Atelier de Sèvres. Qu’entames-tu l’année prochaine?

J’entame un Bachelor à Genève, à la HEAD dans le domaine de la communication visuelle/arts appliqués.

“Cette création interprète l’altération de la perception ou de l’expérience du monde extérieur.”

Tes travaux sont très abstraits, surréalistes parfois. D’où vient ton inspiration & comment définirais-tu ton style ?

Je ne pense pas pouvoir me qualifier. Je fais ce qu’il me plait, sans me poser de questions. Je puise mon inspiration dans les magazines de mode, la psychanalyse, divers matériaux que j’observe et d’autres intérêts peu commun comme la coiffure, les liquides, les poils …

Peux-tu analyser ta dernière création pour nous ?

Parlons de Derealization. Cette création, mélangeant formes et matières, interprête l’altération de la perception ou de l’expérience du monde extérieur, qui apparaît étrange ou irréel. Le visage découpé symbolise l’altération, englobé de formes abstraites sous diverses teintes qui, elles, signifient la perception et l’expérience. Tout est déformé autour du personnage pour montrer l’étrange, l’irréel.

Quels sont tes projets pour l’avenir ? Sur quoi travailles-tu actuellement ?

Dans peu de temps j’ai ma rentrée, à la HEAD donc. Ensuite, je vais me mettre en indépendant et commencer à travailler sur divers projets, pour divers clients. Je compte bien entendu continuer mes recherches et créations personnelles car, il y a, je pense encore beaucoup de chemin à faire.
En ce moment, je travaille sur diverses illustrations et sur un projet de costumes pour un futur shoot photo.

As-tu des collaborations en vue ?

A la sortie de mon portfolio, on m’a proposé de participer à la prochaine expérience du collectif Espadon 21. Sinon non, rien de prévu, mais je suis ouvert à toutes propositions intéressante.

Qui sont les artistes qui t’impressionnent et t’inspirent le plus (de tout temps) ?

La liste est longue mais je pourrais retenir le studio KXX, André Kertész, Charlie le Mindu , Ernesto Neto, Lanvin, Mandy Greer, Philippe Schmidiger, Daniel Firman et j’en passe…

Tes favoris du moment (films, musique, lieux, …) ?

Un lot : Marquis (film), Espace Kiliwatch (boutique), Caravan Palace, Tape five, Gossip, The walking dead, Eraserhead (film), Die Antwood, Montmartre,…

Des trucs et astuces à conseiller ?

Mis à part se lancer ?

Quel est ton processus créatif ?

Pour commencer, je m’entoure de plusieurs photos, images, que je recueille dans des magazines ou que je fais, de vieilles photos trouvées dans les vides greniers et d’une boite de peinture.
Ensuite, je sélectionne des parties, des matières, des formes que j’assemble sur un carnet plus ou moins grand (A5 à A2). Je passe au collage puis à quelques coups de peinture vivement placés.
Quand le résultat et l’axe de composition me plait, je scan ou photographie le tout. Puis pour finir, la partie photoshop: je modifie/change ce qui ne me plait pas.

Quels sont tes outils favoris (traditionnellement comme digitalement) ?

Mes propres mains, un bon paquet de colle, divers marqueurs et posca, ainsi qu’une tablette WACOM Intuos 4 A5. N’oublions pas un outil sur photoshop très intéressant: fluidité.

Laurent Monnet, illustrateur 18

Laurent Monnet, illustrateur 19

Laurent Monnet

Laurent Monnet, illustrateur 20

Laurent Monnet, illustrateur 21

Laurent Monnet, illustrateur 22

Laurent Monnet

Laurent Monnet, illustrateur 23

Laurent Monnet, illustrateur 24

Laurent Monnet, illustrateur 25

Laurent Monnet, illustrateur 26

Laurent Monnet, illustrateur 27

Laurent Monnet, illustrateur 28

Laurent Monnet, illustrateur 29

Laurent Monnet

Laurent Monnet, illustrateur 30

Laurent Monnet, illustrateur 31

Laurent Monnet, illustrateur 32

Laurent Monnet

beautifulreal.com/

 

Partagez avec vos amis :)
A voir aussi !
A la rencontre de The Soul Twins

A la rencontre de The Soul Twins

The Twin Souls, formé par les frères Guilhem et Martin…

27 février 2024

Invaders – un 1500ème Space Invader se pose sur le Centre Pompidou

Invaders – un 1500ème Space Invader se pose sur le Centre Pompidou

Un Nouveau Jalon pour le Street Art Parisien Dans le…

23 février 2024

A la rencontre de Whim Therapy

A la rencontre de Whim Therapy

Porté par une envie de se libérer des carcans de…

14 février 2024

Antoine Duchamp
Article écrit par :
Photographe de mode, Ancien étudiant en design interactif et ancien rédacteur en chef de la section Beware Editorial dédiée à la photographie de mode.

Laisser un commentaire

1 commentaire

  • très bon!
    j’aime particulièrement la série heart, angry et perception :)
    goodluck!

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.