Eliza Ivanova

Eliza Ivanova, d’un petit atelier en Bulgarie au studio Pixar

“Les deux personnes les plus influents dans mon développement artistique ont été Garo Muradyan, qui m’a enseigné les principes fondamentaux du dessin, de la peinture et de l’anatomie, et E. Michael Mitchell de Calarts, qui m’a montré comment enfreindre les règles de manière à améliorer la forme d’art et à atteindre le niveau supérieur en matière de technique et d’idées. Mon travail est un jeu constant entre ces deux mentalités, où l’application et le non-respect des règles se complètent.”

Quand on s’intéresse à la carrière d’Eliza Ivanova, on remarque assez vite que cet état d’esprit était, en fait, déjà en elle bien avant qu’elle ne rencontre ses deux professeurs. Comme si cette volonté de tenter l’inconnu et de ne pas se restreindre au conventionnel était, en quelque sorte, innée chez elle. Sinon, comment expliquer que cette jeune bulgare de douze ans passionnée de dessins se retrouve, plusieurs années plus tard, à San Francisco pour travailler chez l’un des studios d’animation les plus prestigieux au monde ?

Illustration réalisée par Eliza Ivanova

Tout commence dans sa Bulgarie natale où, à l’âge de douze ans donc, Eliza Ivanova débute son éducation à l’art. La future animatrice suit, alors, la formation classique des dessinateurs et peintres. Une formation qui lui ouvre, rapidement, les portes de l’Académie des arts bulgare. Seulement, c’est aussi à cette époque qu’Eliza Ivanova se passionne pour le Cinéma. Un revirement qui ne va pourtant pas la pousser à abandonner l’illustration. Au contraire, elle compte bien réussir à conjuguer ces deux univers, à savoir le dessin et le Cinéma. Ce qui va, irrémédiablement, donner naissance à un profond amour pour l’univers de l’animation.

Eliza Ivanova prend, alors, une décision risquée mais qui peut (et va) potentiellement changer sa vie. Savoir, tenter sa chance à l’autre bout du monde et, plus particulièrement, au California Institute of the Arts, plus connu sous le diminutif de Calarts. Un établissement reconnu à l’international pour la qualité de son enseignement (Tim Burton et Brad Bird en sont notamment sortis) et dont le fondateur est un certain… Walt Disney. Dès la fin de son cursus, ce pari ressemble de plus en plus à une véritable réussite. De fait, Eliza Ivanova intègre en tant qu’animatrice l’un des studios d’animation les plus prestigieux au monde : Pixar. Elle y travaillera notamment sur de nombreux films et aura même la chance de s’essayer à des projets d’envergures complètement différentes, des succès internationaux Vice-Versa ou Coco, en passant par Brave, à des projets plus intimistes comme le court-métrage Bao.

Savoir profiter de l’essentiel

Là où de nombreux esprits créatifs serait absorbés par une mégastructure de l’envergure de Pixar, Eliza Ivanova, elle, a réussi à se faire reconnaitre comme une artiste à part entière. Eliza Ivanova profite de cette expérience exceptionnelle qu’est de travailler chez Pixar pour développer ses compétences, mais aussi sa sensibilité artistique. Plus d’une dizaine d’années après son arrivée à Calarts, ce melting-pot, entre classicisme des beaux-arts et dynamisme de l’animation, suit encore et toujours Eliza Ivanova dans son œuvre. Entre romantisme noir et féerie, son style arrive à convoquer en nous un sentiment d’étrangeté apaisante. Si la palette principale de ses créations penchent vers le sombre, il est impossible de ne pas ressentir une justesse, une poésie à leur contact. Elle a, ainsi, eu l’opportunité de publier plusieurs ouvrages, d’être au centre d’expositions et, même, de concevoir plusieurs courts-métrages.

Recueil d'illustrations réalisée par l'artiste bulgare et animatrice chez Pixar Eliza Ivanova
dessin noir et blanc

Pourtant, il émane d’elle un sentiment de simplicité. Eliza Ivanova garde une approche de l’art qui est humble, en plus d’accorder une grande importance à ces moments insignifiants, mais pourtant, si importants du quotidien. Son processus créatif laisse donc, sans surprise, la priorité à sa fille, dont elle s’occupe la journée avant de se mettre au travail au coucher du soleil. Pareil, quand lors d’une interview, elle évoque sa jeunesse en Bulgarie : “Mes souvenirs d’enfance les plus marquants sont ceux de la ville et de la maison où vivaient mes grands-parents. C’est là que je passais mes étés insouciants, que je dessinais le plus et toute la ville était notre terrain de jeu. Les voitures étaient rares à cette époque, nos jeux étaient donc toujours à l’extérieur et avec ce que nous trouvions… je suis attirée par les cultures qui préfèrent réellement un style de vie plus simple et plus tranquille.”

Illustration réalisée par l'artiste bulgare et animatrice chez Pixar Eliza Ivanova
Illustration réalisée par l'animatrice chez Pixar Eliza Ivanova
Illustration réalisée par l'artiste bulgare Eliza Ivanova
Illustration réalisée par l'artiste bulgare Eliza Ivanova
Illustration réalisée par l'artiste bulgare et animatrice chez Pixar Eliza Ivanova
Illustration au crayon réalisée par Eliza Ivanova
Illustration teintée de bleu réalisée par Eliza Ivanova

Retrouvez tout le travail d’Eliza Ivanova sur son site et découvrez le travail du peintre MADSAKI, un savant mélange de peinture à la bombe aérosol présentant des scènes de la pop culture dans un format historique. 

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
Everynone : Losers