déjà view, le livre qui réunit martin parr et anonymous project

Martin Parr et The Anonymous Project réunis pour “déjà view”

Fruit d’un savant mélange des photographies d’inconnu.e.s mêlées aux clichés saturés de Martin Parr, “Déjà View” est l’ouvrage de la dualité et des drôles de coïncidences.

couverture du livre déjà view de Martin Parr et Lee Shulman (the anonymous project), sur fond uni jaune, deux clichés similaires de personnes âgées installées dans des transats en train de prendre le soleil.
Martin Parr & The Anonymous Project (Textuel, 2021)

La confrontation de deux réalités

Sorti le 20 octobre 2021, Déjà View associe le travail de deux artistes : Martin Parr et Lee Shulman (The Anonymous Project). En proposant une confrontation de différents clichés proposés par les deux artistes, l’ouvrage met en lien des similitudes égarées et autres coïncidences troublantes.

Le secret de la confection de cet ouvrage est simple, mais percutante. En juxtaposant des clichés similaires mais tout de même distincts, le lecteur se retrouve à jouer aux 7 différences entre les deux. La juxtaposition étonne et ironise les situations, si bien qu’on en vient à se demander comment un tel recensement n’a pas pu être fait auparavant. La similitude est frappante, et pourtant, les photographies auraient pu ne jamais être réunies sans le travail de Martin Parr et de Lee Shulman.

La mise à l’honneur de la vie anonyme

Avec The Anonymous project, Lee Shulman se présente en tant que collectionneur de clichés d’anonymes. Depuis 2017, l’artiste recueille des diapositives couleur venues du monde entier. Les sujets sont variés : vacances à la plage, dîners de famille, anniversaires ou encore mariages, l’artiste les sélectionne consciencieusement pour les mettre en forme dans sa collection d’anonymes.

C’est lors de l’exposition The House, aux Rencontres de la photographie d’Arles en 2019, que son patchwork d’album photo familial fait sensation. On est bien loin de la mise en scène et de la photo de studio, avec The Anonymous Project, ce sont des gens ordinaires qu’on retrouve comme sujets des clichés.

J’ai un côté maniaque, j’aime que tout concorde.

Lee Shulman

Des gens tout aussi lambdas les uns que les autres, c’est sûrement ce qui peut le rapprocher du travail de Martin Parr. Tous deux abordent la photographie sous une approche vernaculaire : une photographie “banale, authentique et sans prétention artistique“.

martin parr et lee shulman dans un selfie pris à arles en 2019
Lee Shulman et Martin Parr, Arles, 2019

Martin Parr et la banalité sublimée

Né en 1952, Martin Parr offre depuis de nombreuses années ses clichés aux couleurs criardes et aux émotions exacerbées. L’outrance, le photographe en fera une critique, en blâmant une société de la consommation démesurée et des excès banalisés. De la magie créée par l’union de son œuvre et de celle de Lee Shulman, Martin Parr l’expliquera par une citation figurant sur la quatrième de couverture de l’ouvrage :

J’apprécie la photo amateur car ses motivations sont pures.

Martin Parr

De son œil acéré et avisé, Martin Parr arrive à capter l’attrait de la plus banale des situations. En réussissant même à rendre esthétique le kitsch, notamment avec sa série d’autoportraits ou l’artiste se met en scène dans des visions qui frôlent le ridicule et le too much.

En réunissant le travail de ces deux artistes, “Déjà View” permet la confrontation de deux mondes : l’intentionnel et le hasard, le fortuit et le coup de chance.

lee shulman. trois bodybuilders à la plage montrent leurs muscles saillants
© The Anonymous Project
martin parr. deux hommes musclés en maillot de bain posent devant le paysage.
© Martin Parr (Magnum Photos)

Ce goût de “déjà view”

Avec une confrontation quasi symétrique, les clichés se ressemblent et déroutent. Le nouveau Martin Parr pourrait-il résider dans la figure de l’oncle qui prend constamment les photos de famille ? Combien de clichés de nos albums personnels pourraient ainsi être exposés en tant qu’œuvres ? Célébrer la beauté d’un quotidien, savourer les petits dérapages et en apprécier l’alignement parfait de certaines scènes de vies, voici ce qu’offre Déjà View.

Des situations cocasses et d’ironiques ratés de la vie, cela peut se trouver dans une glace à peine entamée qui coule inexorablement au sol. Curieux hasard, il se trouve qu’il s’agit là d’un des clichés les plus connus de Martin Parr, couplé d’une photographie extrêmement similaire provenant de la collection de clichés anonymes de Lee Shulman. Côte à côte, les images se ressemblent, se complètent et se reflètent.

martin parr déja view, deux enfants dégustent saugavement des glaces
© Martin Parr (Magnum Photos)
lee shulman anonymous project, petite fille au manteau orange qui déguste une glace en bord de mer
© The Anonymous Project

Pour se procurer l’ouvrage : Déjà View, aux éditions Textuel

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.