Un carnavalier à cheval lors de Mardi Gras

David Simpson, l’homme derrière les Mardi Gras

Image d'avatar de Aurelie CordonnierAurelie Cordonnier - Le 23 mai 2024

Le photographe David Simpson a récemment publié son premier ouvrage ‘Courir’ dans lequel il ouvre son archive vieille de plus de 30 années sur les traditions de Mardi Gras ruraux de Louisiane.

Un cavalier du Courir

Un courir de Mardi Gras implique des carnavaliers costumés parcourant la campagne à pied, avec d’autres à cheval, comme bouffons et mendiants. Les costumes traditionnels comprennent un grand chapeau pointu appelé le capuchon, ainsi qu’un masque qui couvre complètement le visage, et un costume orné de tissu à froufrous. Le groupe, communément appelé le mardi gras, va de maison en maison afin de quémander des ingrédients, souvent un poulet, à ses voisins pour faire un gombo en fin de journée. Dans de nombreux événements, il ya un chant commun : Donnez quelque chose pour le mardi gras.

C’est dans cette culture que s’est immergé David Simpson.

La révélation

En 1974, après avoir accepté un poste de professeur d’anglais dans un campus de deux ans de l’université d’État de Louisiane situé à Eunice, une petite ville située à environ 80 miles à l’ouest de Baton Rouge, au cœur de la Louisiane où les colons français se sont installés après avoir été expulsés par les Britanniques de l’Acadie, au Canada.

« Je ne me souviens pas avoir entendu parler de cajuns francophones pendant mon enfance à Baton Rouge. J’ai donc été surpris de rencontrer des gens parlant le français cajun partout où j’allais à Eunice, mais à l’époque, j’étais trop occupé à commencer à enseigner à l’université pour m’impliquer dans une culture très différente de celle que j’avais connue dans le passé », explique-t-il.

Des cavaliers masqués et à cheval lors d'un courir
Food truck photographié par David Simpson

En 1996, dans le cadre d’un projet secondaire, il décide de développer des pages web sur le tourisme pour les villes de la région qui, à l’époque, n’étaient pas très présentes sur internet. C’est à cette époque qu’il s’intéresse aux courirs. « Je savais que les activités rurales du Mardi Gras, en particulier les courirs, attiraient les touristes. En 1996, j’ai donc pris mes premières photos du Courir de Mardi Gras d’Eunice arrivant au centre-ville après sa course à travers la campagne. »

De là, ils sont devenus son sujet de prédilection.

Arlequin du Mardi Gras
Un carnavalier déguisé et à cheval

« En 1997, le jour du Mardi Gras, je n’avais pas encore décidé si je devais essayer de rattraper le Courir d’Eunice dans la campagne, se souvient-il. Vers 9 heures du matin, je faisais mon jogging pour rentrer chez moi quand j’ai vu le Courir s’approcher de moi. Il était sur le point de s’engager sur une route qui mène à la communauté rurale connue sous le nom de Patasa (nom cajun pour perche, une espèce de poisson). Quelques Mardi Gras à cheval m’ont crié des commentaires moqueurs. (Je ne me souviens pas des détails, mais l’un d’entre eux m’a semblé très intelligent. Cela m’a donné envie d’aller voir le Mardi Gras en action. Lorsque je suis rentré chez moi quelques minutes plus tard, j’ai pris mon appareil photo et je me suis rendu à Patasa. J’ai pris une route secondaire pour arriver au moment où les Mardi Gras approchaient de Patasa. Ils se déchaînaient, dansaient, criaient, s’amusaient. J’ai fouillé dans ma poche pour trouver « cinq sous » à donner aux Mardi Gras qui mendiaient. »

Convoi de carnavaliers
Des carnavaliers qui s'amusent

« J’ai été captivé par les accents presque médiévaux de « La chanson de Mardi Gras » jouée par des musiciens montés dans une charrette. Assis à cheval, le Capitaine Godeaux lance un poulet que les Mardi Gras poursuivent. Une douzaine de Mardi Gras, vêtus de costumes brillants et colorés et portant des masques d’écran artistiquement confectionnés, se lancent à sa poursuite. Le poulet se déplaçait rapidement d’avant en arrière, échappant à leur emprise, jusqu’à ce qu’un Mardi Gras plonge dans les airs et l’attrape. Il le brandit fièrement au-dessus de sa tête avant de le donner à l’un des co-capitaines. Les poulets attrapés ce jour-là par les Mardi Gras allaient devenir l’ingrédient principal du gumbo communautaire servi à la fin du cours. Lorsque je suis parti pour rentrer chez moi, les Mardi Gras se sont rendus à des arrêts prévus dans des maisons où ils dansaient et continuaient jusqu’à ce que le propriétaire lance un poulet ou propose un autre ingrédient pour le gombo. À ce moment-là, je savais que j’étais accro. Je n’avais jamais rien vu de tel auparavant. Je voulais photographier d’autres courirs. »

Image qui montre les détails d'un masque de Mardi Gras

A l’instant T des festivités

Derrière le travail de David Simpson, il n’y a pas de grandes mises en scène, pas de jeu de lumière, juste un moment saisi sur le vif. Il n’y a pas vraiment d’histoire qui se cache au cœur des clichés mais l’envie d’immortaliser une tradition bien ancrée.

« Je suppose que la façon dont j’ai abordé la photographie des courirs a commencé avec mon intention initiale d’utiliser des photos individuelles pour aider à promouvoir le tourisme. Passer une journée entière à suivre un coursier serait une approche plus journalistique, mais je ne l’ai jamais fait. Plus tard, au fur et à mesure que j’apprenais à connaître la culture unique des cours, j’ai pris conscience que ma présence était, à des degrés divers, intrusive et, à moins que les dirigeants des courirs ne publient eux-mêmes des détails sur les itinéraires pour aider les touristes et autres « étrangers » à les suivre, je n’ai pas inclus ces détails dans les photographies que j’ai prises. »

La sécurité aussi est déguisée
un attroupement de carnavaliers

Et la vie bat son plein

Au sein de cette célébration animée, probablement encouragée par la consommation d’alcool, les fêtards de Mardi Gras se libèrent des restrictions de la vie de tous les jours. Ils donnent vie à une fête éclatante, à la fois tumultueuse et réjouissante, enracinée dans des traditions rurales datant du Moyen Âge.

C’est ce que David Simpson veut voir derrière chaque photo, le caractère à la fois éphémère mais jubilatoire de la fête : « j’espère que mes photographies de Mardi Gras traduisent l’exaltation et la joie brèves de pouvoir échapper aux routines quotidiennes, de défier les limites définies par les normes sociales et de se joindre à d’autres personnes pour célébrer les plaisirs brefs de la vie. »

Des carnavaliers qui boivent

Son livre Courir est paru aux éditions FLEE project en avril 2024.

Acheter le sur Amazon (sponsorisé) ou sur le site de l’éditeur

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Notre sélection des festivals français du mois de juillet 2024

Notre sélection des festivals français du mois de juillet 2024

L'été approche à grands pas, amenant avec lui le retour…

18 juin 2024

Le mouvement Shin Hanga, c’est quoi ?

Le mouvement Shin Hanga, c’est quoi ?

Shin Hanga, est-ce que ce terme vous dit quelque chose…

12 juin 2024

TOP 10 des séries ayant marqué l’histoire de la télévision

TOP 10 des séries ayant marqué l’histoire de la télévision

À travers ce dyptique d'articles sur les séries les plus…

10 juin 2024

Aurelie Cordonnier
Article écrit par :
Après des études d’histoire, Aurélie s'est tournée vers des études de journalisme. Férue de musique (notamment de hard rock, glam metal et heavy metal), de littérature et de cinéma, il était tout naturel pour elle que d’orienter son choix de carrière vers le journalisme culturel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.