Un casque de motocross avec des cartouches

Camille Rouzaud, la soif de liberté

Image d'avatar de Quentin GuédratQuentin Guédrat - Le 18 mars 2024

Camille Rouzaud est un·e artist·e originaire de Narbonne basé·e à New York. Ses créations contemporaines prennent racine dans son passé, période marquée par de grands moments de liberté.

Un jeune homme mystérieux en noir et blanc
Camille Rouzaud, RAÚL 2, Hunter East Harlem Gallery

Raúl : une exposition fondamentale

La rencontre de deux êtres

En 2018, Camille Rouzaud réalise sa première exposition new-yorkaise intitulée Raúl. Au cours de cette exposition, l’artiste a dévoilé une série de clichés encrés dans des pierres, mettant en scène un jeune homme portoricain qu’iel avait rencontré en 2015 dans la ville du Vieux San Juan. Les photographies du jeune homme étaient en réalité des images extraites d’un enregistrement vidéo réalisé par Camille Rouzaud. Cette exposition a permis de mettre en lumière les réflexions profondes de l’artiste concernant la liberté.

Un jeune homme portoricain semble regarder le sol
Camille Rouzaud, RAÚL 4, Hunter East Harlem Gallery

Le mouvement comme source d’inspiration

Une histoire se cache derrière ces photographies ayant pour sujet Raúl. Un jour, depuis son balcon, Camille observe ce jeune homme qui engage une conversation avec une autre personne. Captivé·e par cette scène, iel décide de filmer le jeune homme. L’énergie et le mouvement de Raúl ont profondément marqué l’artiste puisqu’il s’agit de l’expression d’une grande liberté que Camille Rouzaud admire immensément. 

« Dans mes débuts dans la photographie je cherchais inconsciemment à représenter le mouvement du corps, et en réalité, la liberté du corps. »

Camille Rouzaud
Une brique blanche avec du plexiglass
Camille Rouzaud, RAÚL SCULPTURE 1, Hunter East Harlem Gallery

Liberté et genre 

Raúl est libre comme en témoignent ses mouvements, ses attitudes, son énergie. Il cristallise cette notion de liberté, si chère à Camille Rouzaud. Cependant, il est important de noter que cette exposition n’est pas véritablement centrée sur Raúl, mais plutôt sur l’artiste. Camille Rouzaud exprime sa perception de la liberté à travers l’image de cet homme. 

La représentation de ce jeune homme ne se limite pas à symboliser une simple liberté. Elle permet une interprétation plus profonde des œuvres de Camille Rouzaud. En effet, le choix d’élaborer une exposition sur cet homme d’origine portoricaine révèle l’admiration particulière de l’artiste pour les figures masculines et pour la liberté sociale qui y est associée. Il ne s’agit donc pas seulement d’une liberté de corps, mais d’une liberté de genre.

« Comment moi, je peux me libérer dans mon corps et être pleinement moi ? »

Camille Rouzaud
Raúl est la figure centrale de l'exposition new-yorkaise de Camille Rouzaud
Camille Rouzaud, RAÚL SCULPTURE 2, Hunter East Harlem Gallery

Écho au passé de Camille Rouzaud

Cette quête de liberté totale entre en écho avec le passé de l’artiste. Lors de son enfance, iel pouvait faire toutes sortes de choses torse-nu sans se soucier des conventions. Cependant, à mesure que l’artiste grandissait, Camille Rouzaud a été confronté·e à des normes sociales restrictives basées sur son genre assigné. Sa liberté de mouvement en a été entravée. Raúl incarne cette liberté perdue par l’artiste, mais qui se retrouve au cœur de sa recherche, notamment artistique. 

Des photographies imprimées sur des pierres
Camille Rouzaud, RAÚL SCULPTURE 3, Hunter East Harlem Gallery

L’exposition Carcasse

Les jeux de l’enfance : la liberté 

Dans sa dernière exposition intitulée Carcasse, l’artiste cherche à retrouver cet état de pure liberté incarné par le jeu. Selon Rouzaud, la liberté que le jeu offre est ce que la vie devrait être. C’est un idéal qu’iel recherche avec ardeur. Cette quête incessante de liberté se traduit dans l’exposition par des créations intégrant des objets divers. Les guidons de vélo et casques de motocross sont autant d’éléments qui évoquent directement l’enfance et l’adolescence de Camille Rouzaud. Ils incarnent, tels des artefacts, les grands moments d’insouciance expérimentés entre sa jeune enfance dans le Minervois et toute son adolescence dans la cité du Pastouret à Narbonne.

Un casque de motocross avec des cartouches
Camille Rouzaud, Au Terrain, Swivel Gallery de New York
Un guidon de vélo avec des éléments provenant de Narbonne
Camille Rouzaud, La Rue II, Swivel Gallery de New York

L’importance des matériaux

L’exposition Carcasse ne présente pas seulement des pierres, mais aussi des assemblages d’objets avec, par exemple, des cartouches. Il s’agit d’une nouveauté puisque les expositions précédentes de Camille Rouzaud étaient essentiellement composées de pierres et de parpaings sur lesquels étaient incrustées des photographies. Ce choix reflétait alors une réflexion de l’artiste, celle d’une recherche de solidité. Certaines de ces pierres proviennent de sa terre natale. Ces pierres ont vu défiler les siècles. Ces dernières prennent donc une autre signification. Elles représentent tous les changements, transformations et transitions. Ces pierres suivent donc l’évolution de l’artiste. 

Un jeune adolescent semble regarder le sol
Camille Rouzaud, Untitled, Swivel Gallery de New York

Où retrouver les travaux de Camille Rouzaud ?

Sur son compte Instagram : juste ici !

Sur son site : juste ici !

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Dans ce deuxième article, Beware vous propose ses recommandations personnelles,…

3 juillet 2024

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Quelques jours avant les élections législatives britanniques, Banksy a profité…

1 juillet 2024

Visages multiples de Iain Macarthur

Visages multiples de Iain Macarthur

Ses coups de crayon dessinent des visages à n’en plus…

27 juin 2024

Quentin Guédrat
Article écrit par :
Toutes les formes d'art m'attirent. C’est dans leur complexité que je trouve un attrait accru. Plus elles révèlent une signification profonde, plus elles exercent sur moi une certaine fascination.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.