99 nights », Charlotte Cardin

[Interview] Avec l’album « 99 nights », Charlotte Cardin se dévoile nature-peinture

Image d'avatar de Kenza LalouniKenza Lalouni - Le 4 septembre 2023


Il y a quelques semaines, Charlotte Cardin nous accueillait dans les locaux de Warner music pour nous conter l’histoire de son second album 99 nights, paru le 25 août dernier, récit d’une reconnexion à soi.

Charlotte Cardin © Instagram @charlottecardin
@charlottecardin

Nous l’avions rencontrée en 2017. Charlotte Cardin est une chanteuse québécoise de pop indé aux inspirations soul, jazz et hip-hop. Elle séduit par le mariage d’une voix angélique et d’un bon groove tranchant. En 2017, son premier EP Main girl la propulsait sur la scène musicale internationale. En 2022, la jeune québécoise remportait 4 Juno – l’équivalent des Grammy au Canada – pour son premier album Phoenix, dans lequel elle chante avec ardeur ses tourments amoureux. Un succès qui s’est étendu au-delà de l’Amérique.

Par comparaison avec ses premiers morceaux, l’album 99 nights est marqué par davantage d’apaisement. Une voix délicatement déposée sur l’instrumentation, des cordes, de l’écho, des fonds de chœurs. Charlotte Cardin revient pour Beware sur l’histoire de ces presque 99 nuits qui ont vu naître cet album introspectif.
 

Pochette de l'album de Charlotte Cardin « 99 nights
Pochette de l’album de Charlotte Cardin « 99 nights »

B : Dans plusieurs interviews, tu racontes que tes parents ont toujours écouté beaucoup de musique. Quand as-tu commencé à en faire ?


Charlotte Cardin : Oui, j’ai grandi avec la musique. Ma mère jouait du piano, ma grand-mère était prof de musique à l’école primaire. On chantait dans les fêtes de famille. J’ai commencé par des cours de xylophone à 5 ans, et après j’ai pris des cours de piano pendant 2 ans mais je n’aimais pas trop ça. Un an ou deux plus tard, j’ai commencé les cours de chant et j’ai vraiment adoré. Je pouvais travailler un truc qui m’appartenait, comme si c’était un instrument extérieur alors que c’était mon cœur. Je n’ai jamais arrêté.

Tous les visuels de l’album, ce sont des photos que mon amoureux a prises sans savoir qu’on allait les utiliser.

Charlotte Cardin

Tu as participé à la version canadienne de The Voice, en 2013. C’est à partir de là que tu as vraiment voulu faire de la musique ton métier ?


J’en avais aucune idée avant d’y participer. En plus je me suis retrouvée là un peu par hasard. C’est la première fois que j’auditionnais pour quelque chose. Je ne pensais vraiment pas que j’avais des chances de faire l’émission, c’était vraiment plus un défi personnel. Je me suis rendu compte qu’il y avait des gens qui avaient envie d’entendre ma musique, qui étaient touchés par ce que je faisais au-delà de mon cercle proche.

[Interview] Avec l’album « 99 nights », Charlotte Cardin se dévoile nature-peinture 1

Plusieurs de tes morceaux sont dansants alors qu’ils abordent des émotions négatives. C’est une façon de célébrer les faiblesses ?


La musique a toujours été ma façon d’extérioriser ces choses que je n’aborde pas autrement. J’ai appris beaucoup de choses sur moi-même, sur les gens qui m’entourent. Ça a toujours été très thérapeutique pour moi. C’est vrai que souvent je touche à des sujets un peu tristes, ou en tout cas profonds et très connectés à l’émotion parce que c’est ma façon de mieux me comprendre.

On va parler de ton nouvel album 99 nights. Sur Instagram, tu racontes qu’il a été écrit pendant un été. Tu peux nous en parler ?


L’écriture a pris plus d’un été, mais la direction de l’album a vraiment été trouvée cet été-là. A un niveau personnel je traversais plein de trucs, je me sentais un peu à la croisée des chemins. Mon ami Mathieu qui a co produit certaines des chansons venait d’emménager dans un petit appartement à Montréal. Il n’y avait aucun meuble sauf un bureau, quelques guitares, son ordi et un micro. Tous les matins on se rejoignait chez lui, on laissait la musique  agir en tant qu’échappatoire. C’est le seul moment où je ne pensais pas à tout ce qui me pesait vraiment sur le cœur. C’est un peu un journal d’un été.

Dans ton premier album Phoenix, on a vraiment l’impression que tu prends ton envol, est-ce qu’on peut dire que dans cet album tu dévoiles ce que tu es aujourd’hui ?


Oui je pense que je dévoile une partie de moi au moment où j’ai écrit cet album-là. C’est vraiment un album qui pour moi est encapsulé dans le temps, très honnête, très libre, assez dur parce que je traversais plein de trucs mais en même temps c’étaient des moments de bonheur en studio. Et effectivement, pour revenir à cette photo d’album, il y avait vraiment pour moi quelque chose d’important dans le fait d’y associer des visuels qui étaient eux aussi très ancrés dans le temps, vrais, vulnérables, à l’image de la façon dont j’ai écrit cet album. Tous les visuels de l’album, ce sont des photos que mon amoureux a prises sans savoir qu’on allait les utiliser. La cover, c’est une photo de voyage, on était en Grèce ensemble.

Tu viens de publier une version en français de Confetti, pourquoi une traduction de ce morceau spécifiquement ?


Je trouvais que ça s’appliquait bien aux deux langues, tous les morceaux ne sont pas bien dans toutes les langues. Je trouvais ça chouette d’offrir une version alternative pour mon public francophone.

Est-ce que le choix entre le français et l’anglais, quand tu écris un morceau, vient naturellement


C’est assez naturel, ça dépend aussi des sujets que je veux aborder. Après c’est plus facile pour moi d’écrire en anglais. Les deux langues font vraiment partie de mon identité, j’ai grandi avec les deux et j’ai l’impression que j’exprime des parties de moi qui sont un peu différentes dans les deux langues. Le mélange des deux langues aussi, je l’ai fait un petit peu sur l’album. En ce moment on travaille aussi sur des titres qui sont plus en français qui sortiront éventuellement. Ça me fait du bien d’écrire dans les deux langues. 

Dans une interview donnée au journal suisse Le Matin, tu racontes que tu aimes beaucoup Jim Carrey. C’est pour cela que tu lui as consacré un morceau ?

Un matin, je suis arrivée en studio, et Jason Brando qui est un de mes plus grands collaborateurs depuis 10 ans m’a dit « J’ai eu une idée de chanson où tu dis au revoir à ton égo et où tu peux accueillir à bras ouvert la personne que tu es. Tu devrais aller regarder les interviews de Jim Carrey qui parlent de l’ego ». J’ai regardé, et vraiment il est brillant. Notre ego nous empêche de nous voir dans toute notre splendeur, parce qu’on croit que les autres ont une attente qui en fait n’existe pas. Donc, on a imaginé un scénario imaginaire où je tombe amoureuse de Jim Carrey et où il me sauve de mon égo. C’est une chanson un peu cocasse, mais profonde et importante pour moi.

Charlotte Cardin dans son lit
@charlottecardin

Tu as pas mal d’inspirations différentes. Tu racontes souvent que tu admires Céline Dion, Amy Winehouse, mais aussi Billie Holiday. Qu’est-ce que tu as en ce moment dans ta playlist ?

J’ai plein de trucs différents. J’ai redécouvert la chanson Wake me up when September ends de Green Day que j’adore. Une nouvelle chanson de Dominic Fike, Cancel me. Encore du Radiohead. J’adore la chanson Bob Marley de Dadju, Messy gray, j’ai du Oasis aussi.

Tu seras en tournée à partir du 31 août prochain. Tu as le trac ?


J’ai hâte de présenter mes nouveaux titres, de revoir le public, d’aller dans de nouvelles villes. C’est excitant de présenter un projet sur lequel on travaille depuis si longtemps et je trouve que la musique prend vraiment tout son sens en contexte live. Et reconnecter avec mes chansons à l’extérieur du studio c’est excitant pour moi.  

Tu as une anecdote préférée quand tu parles de concerts ?


Un moment très émouvant : quand on a joué à Istanbul en avril dernier. Je n’étais jamais allée en Turquie, je savais qu’on avait un public là-bas mais je pensais qu’on allait jouer dans une petite salle. Et en fait quand on est arrivé il y avait 4 000 personnes. Tout le monde chantait toutes les chansons. On était bouleversé, c’est incroyable comme parfois la musique voyage sans même qu’on le sache.

Dates de tournée de Charlotte Cardin
Dates de tournée de Charlotte Cardin

Charlotte Cardin se produira au Québec jusque début septembre, puis enchaînera avec une tournée en Europe. Pour les français, il faudra attendre janvier 2024. En attendant, on peut l’écouter chanter Next to you chez COLORS :

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Top 10 des séries connues ou méconnues qui méritent votre attention

Dans ce deuxième article, Beware vous propose ses recommandations personnelles,…

3 juillet 2024

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Banksy dénonce la politique migratoire à Glastonbury avec une performance percutante

Quelques jours avant les élections législatives britanniques, Banksy a profité…

1 juillet 2024

Visages multiples de Iain Macarthur

Visages multiples de Iain Macarthur

Ses coups de crayon dessinent des visages à n’en plus…

27 juin 2024

Kenza Lalouni
Article écrit par :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.