Série photographie "100 Hectars Of Understanding", Jaajkko Kahilaniemi

Série photographique – « 100 Hectares Of Understanding » par Jaakko Kahilaniemi, Land artist à l’ère du digital.

Image d'avatar de SoleneReymondSoleneReymond - Le 21 avril 2019

Son travail a été présenté dans de nombreuses galeries et institutions d’art à travers l’Europe et aux Etats-Unis. Ses œuvres ont été exposées lors du Festival Circulation(s), rendez-vous incontournable de la photographie parisienne, en 2019. Il gagne le prix « ING Unseen Talent Award » en 2018, termine finaliste du Tokyo International Photography Competition en 2019, et fait partie des 10 finalistes du Festival de Hyères en 2018. Son nom : Jaakko Kahilaniemi. L’artiste finlandais signe « 100 Hectares of Understanding », série photographique influencée par le Landart. Une pensée conceptuelle sur le paysage à travers une esthétique poétique et mystérieuse.

Jaakko-Kahilaniemi-Hunting-the-midpoint-2015
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “Hunting the midpoint”, 2015.
Jaakko Kahilaniemi Photography, "54 Soil Solutions", 2017.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “54 Soil Solutions”, 2017.
Jaakko Kahilaniemi Photography, "100 Mistakes Made By Previous Generation", 2017.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “100 Mistakes Made By Previous Generation”, 2017.
Jaakko Kahilaniemi Photography, "100 Planted Saviours of the Heritage", 2015.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “100 Planted Saviours of the Heritage”, 2015.

Diplômé de l’Académie des Sciences Appliquées de Turku (Finlande), il rejoint ensuite la prestigieuse Ecole supérieure Aalto d’art, de design et d’architecture d’Helsinki. S’interrogeant sur la nécessité de sa démarche, Jaakko Kahilaniemi oriente sa recherche artistique sur la compréhension du monde qui nous entoure, en puisant dans son histoire familiale. Partant de ses expériences dans la nature, l’artiste précise son sujet à la recherche de nouveaux points de vue.

Jaakko Kahilaniemi Photography, "Family Division", 2017.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “Family Division”, 2017.
Jaakko Kahilaniemi Photography, "Family Re-Union", 2015.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “Family Re-Union”, 2015.

Pour la série « 100 Hectares Of Understanding » (démarrée en 2015), Le photographe Jaakko Kahilaniemi choisit les forêts finlandaises comme terrain d’immersion. Ce paysage national est d’une importance historique et économique capitale pour le pays. Soit des millions d’hectares d’arbres dont une centaine qu’il recevra en héritage en 1997. C’est donc sur son propre terrain qu’il va éprouver sa compréhension de la forêt. Si son attitude était d’abord dissonante avec le monde forestier, cet héritage la remettra en cause. Ce terrain qui lui appartient tout en lui étant étranger, lui permet d’analyser les conséquences de l’industrialisation de la nature. Sa volonté étant de créer de nouvelles manières de penser, de vivre, de ressentir la forêt.

« I seek to encounter the forest with a playful and open approach. 100 Hectares of Understanding consists of the objects that I’ve found, the acts that I’ve photographed, the sculptures I’ve made and visual secrets that I have created. »

©Jaakko Kahilaniemi Photography, "100 Hectares of Understanding".
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “100 Hectares of Understanding”.
Jaakko Kahilaniemi Photography, "100 Hectares of Understanding".
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “100 Hectares of Understanding”.
Jaakko Kahilaniemi Photography, "My Vision of the Future", 2015.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “My Vision of the Future”, 2015.

« 100 Hectars Of Undestanding » couvre donc l’héritage d’une centaine d’hectares qu’il perpétue dans sa pratique artistique. A travers l’objectif, émerge très vite un sentiment d’étrangeté. Il y a en effet un trouble palpable dans ces photographies, un doute sur la véracité de qui paraît pourtant familier. La forêt devient le lieu d’expériences de l’altérité : comment cet espace est-il ce qu’il est ? Ce désir de mystères à percer, il le communique à travers « 100 Planted Saviours of the Heritage » (2015), « Measured and Weighed » (2015), « 54 Soil Solutions » (2017) ou « My Vision of the Future » (2015).

La photographie de Jaakko Kahilaniemi compose tout un orchestre de gestes : mesurer, identifier, agencer, sculpter, photographier, pour réinterpréter ses découvertes sur place. Une fois la photographie prise, il applique un procédé chimique pour faire ressortir cette part d’inconnu dans le familier. Ainsi, il développe une esthétique minimale et conceptuelle, parfois dans des valeurs de gris à la limite du monochrome. Chaque image résulte d’un moment de rituel dans la nature qu’il ne cherche pas à représenter au sens littéral du terme, mais à dévoiler autrement à travers le médium photographique.

Jaakko Kahilaniemi Photography, "Measured and Weighted", 2015.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “Measured and Weighted”, 2015.
Jaakko Kahilaniemi Photography, "Property Weight", 2016.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “Property Weight”, 2016.
Jaakko Kahilaniemi Photography, "Colliding Generations", 2017.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “Colliding Generations”, 2017.

Parfois, il concentre l’attention sur des éléments isolés qu’il récupère lors de ses marches en forêts et transforme en sculptures, comme dans « Picked Fragments » (2016). Parfois, il opère un déplacement visuel en intégrant d’autres images dans l’image, comme dans « Located Fragments » (2016) pour imprégner visuellement le territoire de ce qui été vécu in situ. Un travail qui fait preuve de délicatesse et d’un important lâcher-prise dans les dédales de son imagination pour « incarner » autrement la photographie.

Jaakko Kahilaniemi Photography, "Located Fragments", 2016.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “Picked Fragments”, 2016.
Série photographique - « 100 Hectares Of Understanding » par Jaakko Kahilaniemi, Land artist à l’ère du digital. 1
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “Located Fragments”, 2016.

Jaakko Kahilaniemi, qui minimise ses voyages dans le souci de réguler son impact écologique, se pose les questions qui taraudent tout artiste travaillant sur l’environnement : faut-il limiter ou non sa production artistique ? Limiter ses déplacements à l’étranger pour promouvoir ses œuvres ? Partant de là, il s’inscrit dans la lignée du Land art entré dans l’ère du digital. Un travail qui résonne avec l’œuvre d’Hamish Fulton (artiste conceptuel qui fait de la marche le cœur de sa démarche artistique). Ce qui est particulièrement visible dans « 100 Meter Running Water » (2017).

Jaakko Kahilaniemi Photography, "100 Meters Running Water", 2017.
©Jaakko Kahilaniemi Photography, “100 Meters Running Water”, 2017.

Les photographies de Jaakko Kahilaniemi sont comme des traces ou témoignages de sa volonté de prendre conscience du monde tel qu’il le vit dans sa pratique artistique. Le mot de la fin lui revient : “Photography, for me, is a gateway to the very core of my thoughts and imagination”.

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Plus les jours passent et plus nous nous rapprochons des…

21 mai 2024

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Figure incontournable de l’anamorphose, George Rousse bouleverse les limites de…

15 mai 2024

SoleneReymond
Article écrit par :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.