Yohan Terraza

Yohan Terraza, photographe au sommet de son art

Image d'avatar de Noémie ArensmaNoémie Arensma - Le 26 octobre 2020

Yohan Terraza est photographe. S’il capture les coulisses de l’Opéra de Bordeaux et certains mariages avec talent, c’est surtout ses paysages à couper le souffle qui retiennent notre attention. Un homme de terrain, qui vit ses reportages et qui les racontes en images et en lettres, chaque cliché est en effet accompagné d’un texte expliquant le contexte

Yohan Terraza ciel orange

Gravir la montagne

Yohan terraza montagnes

Yohan Terraza nait en 1980 à Bordeaux. Amateur de dessin dès son enfance c’est par le biais d’une école d’art qu’il devient graphiste. En 2007, il se met à photographier des mariages et se spécialise dans les cérémonies haut de gamme. En 2012, il passe cinq mois au cœur du Ballet de l’Opéra National de Bordeaux et s’y expose. Raconter des histoires par le biais de la photo prend alors une réelle importance pour lui et finalement, son style prendra racine dans les grands espaces, au cœur de la nature sauvage.

Yohan Terraza photographie de  fleuve

Amoureux de la nuit, le conteur d’images gravit le Kilimandjaro, défie la Norvège, traverse l’océan jusqu’en Californie… De ses nombreux voyages il raconte son point de vue, sa propre expérience, sans filtre. Car pour Yohan Terraza c’est ça la photographie : “une manière simple de raconter les histoires qui se taisent entre les lignes. Traverser un désert, photographier la nuit, être réveillé par le chant des coyotes, suivre des mariés qui s’aiment, sentir le froid et écouter le silence. Pour moi c’est ça être photographe : parler du vrai et de l’inattendu.”

photographie lumière dans la nuit

Car oui, celui qui s’inspire des peintres romantiques comme Friedrich ou Turner et de la musique atmosphérique de Dead Can Dance ou Steven Wilson manie aussi les mots. Essayiste, à chaque série qu’il dévoile, un texte le raconte, un parti prit, un point de vue, un ressenti, sans filtre, pur comme ses images qu’il aime garder à distance, par un angle inattendu. Il s’explique “J’ai cette obsession : rester évasif dans mes images, ne jamais traiter un sujet de manière frontale mais plutôt détourné, comme si je fuyais la confrontation en racontant le ring plutôt que l’adversaire.” Une façon pour le photographe de glisser son regard personnel sur un sujet que quiconque présent pourrait voir. Une envie de distinguer son regard de celui des autres pour se raconter et partager l’expérience. Et tant mieux, car ce regard personnel est juste, beau, et nous invite à l’évasion. De quoi rassurer l’homme pour qui les images “ne valent rien si elles ne savent pas exprimer le cœur”, car il a visé dans le mille.

Yohan Terraza forêt
photo de l'aube
la mer en photo par le photographe bordelais
rayon de soleil sur la montagne photo
vent

Retrouvez son travail sur son compte Instagram

photo
cliché nocturne par le photographe yohan terraza
Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Cabourg Mon Amour : à quoi s’attendre pour la 10e édition

Plus les jours passent et plus nous nous rapprochons des…

21 mai 2024

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest Grenoble-Alpes fête ses 10 ans !

Le Street Art Fest repart à l'assaut des rues de…

17 mai 2024

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Georges Rousse ou l’art de l’anamorphose !

Figure incontournable de l’anamorphose, George Rousse bouleverse les limites de…

15 mai 2024

Noémie Arensma
Article écrit par :
Je m’appelle Noémie, ce qui fait de moi, d’après prénoms.com , une personne “sensible, intelligente et communicative”. Me connaissant, j’aurai peut-être ajouté deux ou trois adjectifs séduisants mais non moins réalistes, cependant, écrire requiert une certaine impartialité paraît-il. J’ai grandi à Toulon sous les chants des cigales et du Pilou-Pilou, côtoyant les cagoles en tong et le mistral. Sentant naître un léger décalage avec mon environnement (j’étais finalement plus intéressée par la culture générale que par celle des vignes), j’ai pris la direction de Montpellier. J’aime lire tout ce qui me passe sous les yeux, écrire, aller au cinéma, danser en concert et la bonne bière. En résumé et pour citer un grand homme je dirais que "je chante la vie, je danse la vie et je ne suis qu'amour". Et parfois, je suis sérieuse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.