Wayne Danza

Quand l’art réaliste transcende les limites du stylo Bic : l’univers magistral de Wayne Danza

Image d'avatar de Lola GautierLola Gautier - Le 21 juin 2023

Wayne Danza parvient à donner une dimension réaliste à ses œuvres avec comme unique objet de création, son stylo Bic. Avec ses traits précis et réalistes, l’artiste propose des dessins aux allures photographiques, imprégnés d’un réalisme à couper le souffle. 

Illustration Wayne Danza "Wendy, light of my life"
“Wendy, light of my life”

Du graffiti au stylo Bic :  Wayne Danza et son choix artistique audacieux

Wayne Danza naît en 1986 dans le nord de la France. Il suit un parcours scolaire monotone, obtient son baccalauréat en comptabilité puis un BTS en transport / logistique qui lui ont fortement déplu. C’est le graffiti pendant son temps libre, accompagné de ses amis, qui pousse le jeune talent à poursuivre sur cette lancée. Il était soutenu, et son travail était apprécié de ses proches. Fraîchement diplômé en design graphique à Lille, il puise son inspiration des dessins réalistes de l’artiste espagnol Juan Francisco Casas. Il se crée un nom dans le monde de l’illustration uniquement à l’aide de son stylo Bic.

C’est pour des questions économiques et financières qu’il s’est tourné vers cet instrument. « Je n’avais pas assez d’argent pour m’acheter de la peinture alors j’ai commencé avec un stylo, c’est ce qu’il y avait dans ma trousse. », affirme-t-il lors d’une rencontre avec Lille Actu. Eric Delcourt, responsable d’Acid Gallery, fait confiance à Wayne pour la première fois à sa sortie de l’école. Cela fait maintenant 6 ans que les deux hommes collaborent ensemble sur de multiples projets, et que Wayne Danza continue d’exposer ses œuvres régulièrement dans cette galerie lilloise.

© Wayne Danza "Je suis un type révolté qui vit sa révolte"
Je suis un type révolté qui vit sa révolte”
© Wayne Danza "A kiss can be even deadlier"
A kiss can be even deadlier”

La magie du septième art capturée par le stylo Bic de Wayne  

Le cinéma est au cœur du processus de création de Wayne Danza. Dans ses interviews, l’artiste reste énigmatique sur son identité. Il se proclame cinéphile depuis toujours et affirme qu’un grand personnage du cinéma a inspiré son mode de vie d’artiste. Plusieurs éléments laissent penser qu’il s’agit de Batman, qui a lui-même comme nom Bruce Wayne, identique au pseudonyme d’artiste de Wayne Danza.

Ses œuvres sont largement inspirées par la culture mainstream, et l’artiste utilise des personnages  phares de la culture populaire comme point de départ pour ses créations. Il a réussi à façonner une véritable connexion entre le cinéma et le dessin. « Quand dans mes expositions j’entends les gens parler des films, des souvenirs que ça leur procure, ça me fait plaisir », confiera-t-il lors d’une interview pour Boum Média. En plus de la connexion cinéma et dessin, l’artiste est fier de créer une connexion entre son travail et les visiteurs qui viennent contempler ses œuvres. Il aime éveiller en eux des souvenirs, notamment des scènes de films, et parvient à créer un véritable dialogue entre son public et ses œuvres.

© Wayne Danza "007"
“007”
© Wayne Danza "Superman Billboard"
“Superman Billboard”

Quand l’architecture et le cinéma se rencontrent : Une ville imaginaire prend forme à l’Acid Gallery

En mars dernier, Wayne Danza s’associe avec l’artiste Vincent Lelièvre, connu pour ses dessins architecturaux réalisés au feutre noir. Cette collaboration a connu un véritable succès : Les deux dessinateurs nordistes se sont associés pour créer une ville imaginaire, à l’Acid Gallery, dans le vieux Lille. « Le projet, c’était de reconstituer une ville. Il y a un bar, là un hôtel, là une salle de concert. C’est un peu un monopoly », affirme Vincent Lelièvre.

Pour mener à bien leur projet, les deux artistes ont su, grâce à leurs pratiques respectives, se compléter et allier leurs talents harmonieusement. Vincent se charge de dessiner les bâtiments, avec des murs vierges que Wayne vient remplir avec son stylo bic en s’inspirant de l’univers cinématographique. Pendant plus de huit mois, les deux artistes ont collaboré pour allier leurs deux mondes : ce sont dix-huit œuvres qui ont été co-réalisées, puis exposées à l’Acid Gallery

© Vincent Lelièvre, Wayne Danza et Eric Delecourt à l'Acid Gallery
© Vincent Lelièvre, Wayne Danza et Eric Delecourt à l’Acid Gallery
© Vincent Lelièvre & Wayne Danza "Dahmer"
© Vincent Lelièvre & Wayne Danza “Dahmer”
© Vincent Lelièvre & Wayne Danza "La Haine"
© Vincent Lelièvre & Wayne Danza “La Haine”

Pour en découvrir davantage sur l’univers de Wayne Danza, rendez-vous sur son instagram

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Invaders – un 1500ème Space Invader se pose sur le Centre Pompidou

Invaders – un 1500ème Space Invader se pose sur le Centre Pompidou

Un Nouveau Jalon pour le Street Art Parisien Dans le…

23 février 2024

A la rencontre de Whim Therapy

A la rencontre de Whim Therapy

Porté par une envie de se libérer des carcans de…

14 février 2024

Découvrez les 10 finalistes du Golden Street-art 2023

Découvrez les 10 finalistes du Golden Street-art 2023

Chaque année, le Golden street-art met en compétition les plus…

13 février 2024

Lola Gautier
Article écrit par :
Étudiante avide de culture et d’écriture, j’explore les multiples facettes de l’expression artistique : photographie, peinture, street-art et bande dessinée. 🎨🌟📸

Laisser un commentaire

1 commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.