Visa pour l'image 2022

34ème édition du festival international du photojournalisme : Le palmarès du Visa pour l’image 2022 est dévoilée

Une des catégories les plus renommées du monde du journalisme est la photo. Aujourd’hui, afin de célébrer cette belle discipline, la 34e édition du festival international du photojournalisme Visa, se tenant du 27 août au 11 septembre 2022 à Perpignan, vous présente son palmarès de l’année des meilleurs clichés journalistiques.

Affiche visa pour l'image avec une imaged'un soldat prenant en photo une église au milieu des débris en Ukraine.
Affiche du 34e festival international du photo journalisme / © Visa pour l’image

Inaugurant le monde de la photographie journalistique depuis plus de 30 ans, le Visa image a été crée par Jean-François-Leroy en 1989. En ayant récompensé les plus grands, le festival international du photojournalisme est devenu l’apothéose pour les photojournalistes du monde entier. Cette année, pendant plus de deux semaines, à Perpignan, l’événement a présenté toute l’actualité mondiale à travers un objectif.

Guerres, cataclysme climatique ou encore misère humaine, 2022 a été particulièrement riche en fléau ainsi qu’en photo journalistique. C’est donc parmi de nombreux candidats que le Visa d’or News, récompense la plus prestigieuse dans ce domaine, a été remis au photojournaliste Evgeniy Maloletka grâce à ses reportages à Marioupol, en Ukraine.

L’Ukraine derrière l’objectif

Ciel grisâtre, sol recouvert de débris en tous genres, ville fantôme, pas de doutes, le paysage apocalyptique montre bien la violence du conflit russo-ukrainien. Durant des semaines, Evgeniy a parcouru la ville du sud de l’Ukraine, Marioupol, muni de son appareil, dans le seul but d’exposer au monde la situation actuelle du pays. C’est avec cette ambition et cette bravoure qu’il a réussi à décrocher la plus prestigieuse récompense de sa catégorie. Pris d’une grande émotion durant la cérémonie, il décide de dédier celle-ci « au peuple ukrainien ». Les autres nominés de cette catégorie étaient, Daniel Berehulak photographe australien d’origine ukrainienne pour son reportage “Des gens vivaient ici” (New York Times) représentant le massacre de civils à Boutcha, et Marcus Yam, reporter américain d’origine malaisienne, pour “La chute de l’Afghanistan” (Los Angeles Times).

Bien qu’il ait été le favori du jury, Evgeniy Maloletka n’a pas été seul à couvrir l’actualité visuelle ukrainienne. Accompagné de son confrère Mstyslav Chernov, les deux hommes ont été les derniers à avoir couvert le blocus de Marioupol pour l’Agence de Presse mondial, Associated Press (AP).

Tatiana Petrovna, une femme ukrainienne de 72 ans, découvre horrifiée les corps de son ami Serhiy, de son beau-frère Roman et d'un inconnu devant chez eu
Tatiana Petrovna, une femme ukrainienne de 72 ans, découvre horrifiée les corps de son ami Serhiy, de son beau-frère Roman et d’un inconnu devant chez eux “des gens vivaient ici” / © Daniel Berehulak
Les combattants talibans prient à côté des jeunes Afghans à l'extérieur d'une mosquée pour des prières du soir à Kaboul, en Afghanistan
Les combattants talibans prient à côté des jeunes Afghans à l’extérieur d’une mosquée pour des prières du soir à Kaboul, en Afghanistan, en août 2021 © Marcus Yam / © Los Angeles Time

“L’actualité mondiale est notre priorité”

Cependant, similaire à la pandémie de Covid-19 de l’an passé, le conflit russo-ukrainien se hisse à la Une de tous les médias depuis février dernier. Bien qu’elle « gronde depuis huit ans aux portes de l’Europe » comme le rappelle Jean-François Leroy fondateur de Visa en 1989, 

Malheureusement, le monde continu en dehors de l’Ukraine (…) Il se passe des choses partout sur la planète dont, à cause de l’Ukraine, on ne parle plus. Et nous nous attachons à montrer l’actualité du monde dans son entièreté » Déclare à l’AFP Jean-François-Leroy, fon dateur de Visa en 1989. 

Effectivement, la situation actuelle de l’Ukraine a su créer de vifs débats au sein de l’évènement. La cérémonie ayant pour but de représenter l’actualité mondiale, Jean-François est très attaché au fait de ne pas se focaliser sur un seul sujet « aussi important soit-il ». C’est pour cela que 25 expositions traitantes différents problèmes mondiaux sont au programme. Comme « l’interminable guerre afghane » par Andrew Quilty, « les rebelles de Birmans » par Siegfried Modola ou encore « l’impact de la pêche industrielle » capturée par George Steinmetz.

4 afghans posent armés jusqu'au dents pour la photo
“Interminable guerre afghan” / © Andrew Quilty
Un soldat en uniforme traverse un mur cachant un tas de débris. Ce mur s'avèrait être sa maison
Un soldat rentre dans sa maison en ruine en Afghanistan “Les rebelles de Birman” / © Siegfried Modola
Image aérienne de personnes péchant au filet dans un barque en bois au bord de la plage
Des pêcheurs pêchent au bord des côtes “l’impact de la pêche” / © Georges Steinmetz

Les Visas d’or

Bien que le Visa d’or news soit le trophée le plus prestigieux et prisé, beaucoup d’autres ont été desservis au cours de cette belle cérémonie, en voici quelques-uns. 

Le Visa d’or de la presse quotidienne a été décrochée par le journal quotidien danois Politikien, grâce au travail de Mads Nissen sur la guerre ukrainienne. 

Deux petites filles sont dans un wagon bleu. La main de leur proche, un soldat ukrainien, pose sa main sur la vitre pour dire au revoir à sa famille
Un soldat ukrainien part au combat et dit au revoir à sa famille / © Mads Nissen / © Politikien

Le Visa d’or magazine a quant à lui été desservi Brent Stirton (reporter à Getty Images /National Geographic) pour son projet “Viande de brousse : à l’origine des épidémies”

Un homme attrape une chauve souris déjà morte pour la manger d'autres personnes récoltent le reste du butin
Des hommes prennent leur récolte de viande du jour notamment une chauve souris / © Brent Stirton / © Getty Image

Le Visa d’or humanitaire du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est lui allé dans les mains du talentueux Sameer Al-Doumy, photojournaliste à l’AFP, pour « les routes de la mort » montrant la crise migratoire dans le nord de la France.

Une famille de 6 personnes traverse la Manche sur un très petit bateau au risque de leur vie.
Une famille essaie de traverser la manche en direction de la France / © Sameer Al-Doumy / © AFP

Le Visa d’or du  Figaro Magazine ayant pour but d’honorer la carrière d’un photographe toujours en activité a été remis à Alain Keler photographe de l’agence Myop, célèbre en partie grâce à ses photos en Tchétchénie ou au Salvador. 

Photo en noir et blanc d'un soldat jouant du piano pour ses collègues dans un paysage chaotic.
Quartier général de l’armée russe. Grozny, Tchétchénie, janvier 1995/ © Alain Keler

La bourse Canon du documentaire est revenue à Irene Baqué qui servira à financer son œuvre sur la Casa Xochiquetzal, refuge pour les travailleuses du sexe retraitées de Mexico. Diffusé lors de l’édition 2023 du festival.

Si vous souhaitez voir la cérémonie dans son entièreté et/ou les œuvres présentées, rendez-vous soit sur le site officiel juste en dessous, soit à l’Église dominicaine de Perpignan où toutes les photos y sont exposées jusqu’au 11 septembre 2022. 

Site officiel du festival : visapourlimage.com

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.