Buste de Néfertiti réalisé en cire d'abeille avec la collaboration des abeilles qui ont creusés leurs niches. Vue de profil.
Nefertitti

Tomáš Libertíny sculpte en collaboration avec des abeilles

Peintre, sculpteur, Tomáš Libertíny est un artiste confirmé. Toutefois, pour la plupart de ses œuvres, il ne travaille pas seul mais en collaboration avec… des abeilles !

Détail d'une sculpture en verre et métal qui imite les niches des ruches
The Sentinel © Francesco Allegretto, Studio Libertiny

Néfertiti en cire d’abeille

Selon le modèle 3D du buste de la grande Reine d’Égypte, Tomáš Libertíny a construit l’ossature de sa sculpture de cire. Mais pour qu’elle prenne sa forme finale il aura fallu deux ans et l’aide de près de 60 000 abeilles ! L’artiste se pose comme un designer et laisse libre cours aux abeilles qui ont tout leur temps pour le travail de création. Le choix de Néfertiti n’est pas anodin : la force et l’immortalité du portrait de cette Reine sont rejouées par le travail méticuleux et infini des abeilles avec la cire.

Vue de face du buste de Néfertiti en cire d'abeille, niches creusées par des abeilles elles-mêmes
Eternity (a.k.a. Nefertity) © Studio Libertiny
Buste de Néfertiti réalisé en cire d'abeille avec la collaboration des abeilles qui ont creusés leurs niches. Vue de profil.
Eternity (a.k.a. Nefertity) © Studio Libertiny

Néfertiti n’est pas la première figure éternelle de l’Antiquité à être immortalisée par le travail “collaboratif” de Tomáš Libertíny et de ses abeilles. Brutus précède en effet la reine d’Egypte dans la série de sculptures en cire de l’artiste. À travers les bustes de ces deux emblèmes dont on connaît encore aujourd’hui l’histoire, bien que leur corps soient six pieds sous terre, l’artiste fait une sorte d’hommage à la puissance de la nature qui résiste à l’écoulement du temps.

Buste de Brutus réalisé en cire d'abeille et creusé par des abeilles. Sculpture posée sur une caisse de Coca-Cola vide, caisse elle-même posée sur un tabouret
Brutus © Studio Libertiny

Une idée qui a fait son chemin

Avant d’arriver à ces deux bustes d’êtres humains, Tomáš Libertíny a créé toutes sortes de sculptures, toujours à l’aide des abeilles. Leurs premières réalisations en commun tenaient dans une main (la série The Honeycomb Vase) ! Maintenant leurs sculptures sont de plus grandes tailles et prennent des formes diverses et variées. Comme quoi, la nature aussi peut créer des œuvres…

Vase réalisé en cire d'abeille et par l'action des abeilles qui y ont creusé leurs niches
The Honeycomb Vase No.5 © Studio Libertiny
Sculpture faite de métal et entourée de cire d'abeille que les abeilles elles-mêmes ont sculptées en faisant leurs niches dedans. Sculpture suspendue au plafond.
The Seed Of Narcissus © Studio Libertiny
Sculpture d'une colonne torsadée réalisée à la cire d'abeille par Tomas Libertiny et des abeilles qui ont creusé des niches
Endless Column © Studio Libertiny
Sculpture en cire d'abeille qui forme une fleur perchée au bout d'une épaisse tige qui forme une courbe.
The Agreement © Studio Libertiny
Sculpture d'une amphore en cire d'abeille dont les niches ont été creusées par des abeilles. Sculpture posée au sommet de caisses en bois et enfermée dans une boîte aux parois de verre;
The Honeycomb Amphora © Studio Libertiny

L’essence même de ces sculptures repose sur leur création si particulière. En ce qui concerne le buste de Néfertiti, sa réalisation par les abeilles étaient accessible au public de l’institut Kunsthal à Rotterdam en 2019. Si, comme nous, vous avez loupé ça, pas de crainte. Le site internet de Tomáš Libertíny, en plus de nous présenter les sculptures de cire sous leurs plus beaux angles, nous expose le processus de création de certaines d’entre elles à travers des vidéos.

Nature et humanité

La pérennité et la force créatrice de la nature sont au cœur de la réflexion de Tomáš et de son travail avec les abeilles. Dans ces sculptures de cire il y a quelque chose de permanent, bien plus permanent que nous, pauvres humains ! Cette idée est renforcée par les photographies des œuvres dans les différentes galeries. On les voit, posées là, presque figées, alors que derrière elles, les spectateurs sont flous comme s’ils ne faisaient que passer. Les sculptures, elles, restent.

Sculpture du buste de Nefertitti dans son environnement d'exposition, un homme descend des escaliers et va vers la sculpture. L'homme est flou alors que tout le reste de la photo est net.
Nefertitti © Studio Libertiny
Photographie de la sculpture The Agreement (grande fleur) en cire d'abeille derrière laquelle passe un homme qui est flou. par Tomáš Libertíny
The Agreement © Studio Libertiny

Les réalisations de Tomáš Libertíny avec les abeilles jouent avec cette vieille opposition entre nature et culture. Difficile de les séparer lorsqu’on regarde les sculptures de cires recouvertes de niches. Ce qu’on peut malgré tout affirmer, c’est la résistance de cette bonne vieille Mère Nature contre laquelle nous ne sommes pas grand-chose. Le métal et le verre qui protègent ses œuvres semblent parodier cette association entre quelque chose de fragile, qui se brise, et un autre élément solide et résistant. Des artistes comme Tomáš Libertíny ou encore Wona Bae et Charlie Lawler puisent leur inspiration dans la fusion entre la nature et l’homme, fusion qui devient l’essence même de leurs projets.

Sculpture d'un vase en cire d'abeille dont les niches ont été creusées par les abeilles elles-mêmes. Sculpture protégée par une boîte faite de verre et de métal
Vessel #2 © Studio Libertiny

Les abeilles sont présentes dans l’art de Tomáš Libertíny même lorsqu’elles ne participent pas directement. Avant de protéger les sculptures en cire, le verre et le métal lui ont servi pour The Sentinel, impressionnante sculpture de près de 2 mètres de haut qui représente les niches des ruches d’abeilles. Un autre message est délivré à travers le travail de Tomáš Libertíny : les abeilles sont une espèce fragile et menacée.
En 2017, l’artiste expose la photographie en gros plan d’une abeille trouvée morte devant sa ruche. Cette abeille est le signe de son espèce en danger, mais aussi le symbole de l’être qui se tue à la tâche pour réaliser quelque chose qui lui résistera.

Sculpture en métal et verre jaune et orange qui imite les niches d'une ruche d'abeille, par Tomas Libertiny.
The Sentinel © Francesco Allegretto, Studio Libertiny
Photographie de grande taille qui représente, en gros plan sur fond gris neutre, une abeille morte de dos, allongée sur le côté
Martyr © Studio Libertiny

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus d'articles
Obsédé par Facebook