iceberg sociopark

Sociopark présente leur nouveau clip “Iceberg”. Duo inclassable droit devant !

Image d'avatar de Noémie ArensmaNoémie Arensma - Le 2 novembre 2020

Depuis une année le duo Sociopark est né. Le groupe est composé par Artaud et DRH, deux personnalités issues du collectif toulousain DIRT IN THE WIND qui rassemble des artistes de création sonore et de création cinématographique. Un univers sombre et sans pareil qui s’inscrit dans une critique moderne d’une société inquiétante.

Iceberg Sociopark clip

Chasse aux fantômes

Sociopark raconte le monde au travers de projets sonores à l’identité marquée. Après les sorties de plusieurs titres dont Sous-Jasmin ou It Was All A Dream, le duo inscrit davantage sa pâte singulière en dévoilant ce nouveau titre issu de leur futur album 7 Montagnes

Iceberg SOCIOPARK fantôme

C’est un fantôme qui erre dans une maison esseulée, désabusé par le vide de la monotonie. Une métaphore, celle de la dépression, posée en parallèle avec la fonte d’un glacier, voué à une disparition imminente sous les eaux. Une noyade émotionnelle encore taboue parfois, que Sociopark décrit visuellement et vocalement dans leur clip réussi. À l’image des sept titres de leur album, Iceberg raconte le climat d’urgence et les émotions brutes qui découlent de ce monde qui peut nous effrayer tant les problématiques globales et humaines sont nombreuses. Une jeunesse sans promesse, face aux changements rapides actuels.

Iceberg Sociopark fusil

Pour le traduire, c’est ARTAUD, figure féminine du groupe qui se cache sous le grand drap blanc. Ecrivaine et musicienne depuis plus de dix ans, elle donne voix à ses textes épris de justice avec émotion et originalité. Anciennement pianiste pour “La Théorie des Cordes”, elle s’exprime maintenant dans un style beaucoup plus hip-hop expérimental et s’empresse de dévoiler ses doutes sur aujourd’hui et demain. Également cinéaste, la jeune femme transmet avec violence et poésie ses peurs et ses revendications à travers l’image pour offrir un travail impactant et remarquable.

Iceberg Sociopark lit

À ses côtés, l’homme qui vient redonner le gout de la vie à ce fantôme se présente sous le nom DRH. Dans le clip, il ose prendre la main du fantôme suicidaire et s’efforce patiemment de se frayer un chemin jusqu’au sourire de la jeune femme. Dans la vie, la métaphore est similaire. Le compositeur multi-instrumentiste exprime ses sensations et incompréhensions du comportement humain par le biais de sonorités traduisant inquiétude et revendications. Ingénieur du son, il se charge de l’enregistrement de leurs titres et y injecte tensions électriques, ondes acoustiques et instruments insolites afin de mettre du son sur ses pensées conscientes.

Iceberg Sociopark canapé

Sociopark promet un univers à part entière, et traduit le sentiment d’une génération désabusée par les problèmes sociétaux et individuels, mais encore combative et prête à changer les choses. Une sensibilité forte et une image soignée qui donnent envie de les découvrir chaque foi un peu plus.

Partagez avec vos amis :)
Tags en rapport :
A voir aussi !
Metronomy dévoile son nouveau clip With Balance

Metronomy dévoile son nouveau clip With Balance

En collaboration avec Naima Bock et Joshua Idehen, le clip…

24 avril 2024

Hermes Volker : l’artiste qui met un masque aux classiques

Hermes Volker : l’artiste qui met un masque aux classiques

Hermes Volker s'est fait connaître pendant la pandémie avec des…

24 avril 2024

La petite histoire du graffiti

La petite histoire du graffiti

Élément originel et central du street art, vous avez sans…

23 avril 2024

Noémie Arensma
Article écrit par :
Je m’appelle Noémie, ce qui fait de moi, d’après prénoms.com , une personne “sensible, intelligente et communicative”. Me connaissant, j’aurai peut-être ajouté deux ou trois adjectifs séduisants mais non moins réalistes, cependant, écrire requiert une certaine impartialité paraît-il. J’ai grandi à Toulon sous les chants des cigales et du Pilou-Pilou, côtoyant les cagoles en tong et le mistral. Sentant naître un léger décalage avec mon environnement (j’étais finalement plus intéressée par la culture générale que par celle des vignes), j’ai pris la direction de Montpellier. J’aime lire tout ce qui me passe sous les yeux, écrire, aller au cinéma, danser en concert et la bonne bière. En résumé et pour citer un grand homme je dirais que "je chante la vie, je danse la vie et je ne suis qu'amour". Et parfois, je suis sérieuse.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.