Ottis Cœur Juste Derrière Toi

Ottis Cœur adapte le garage rock à la pop féministe dans son premier EP

Fruit d’un travail spontané en plein confinement, Ottis Cœur dévoile un premier opus qui marie à la perfection un rock brut et primitif et une production sous le signe de la sororité.

Portrait flou et en noir et blanc des deux musiciennes d'Ottis Cœur qui dansent dans un champs.
@ottiscoeur

L’histoire de Ottis Cœur c’est surtout celle d’un coup de foudre entre Margaux et Camille, début 2020. Un peu comme le groupe Entrée Libre, recluses à l’écart du monde en pleine pandémie, les deux jeunes femmes prennent les instruments. Elles créent ainsi instinctivement “Juste Derrière Toi”, un ensemble qui reprend à perfection les codes du garage rock.

Une production minimale

À la première écoute, on reconnaît une guitare saturée, une basse profonde et une batterie farouche. Les deux artistes, en chœur scandent, plus que chantent, des textes sur leurs défaites personnelles, amoureuses ou professionnelles. De quoi ravir les habitués du genre, dont la marque de fabrique est ce caractère impulsif, presque instinctif.

Hasard chanceux ou hommage implicite, “Juste Derrière Toi” a d’ailleurs été enregistré dans un studio de fortune, dans un garage, justement, d’une maison isolée de Loire Atlantique. L’EP est par la suite retravaillé par Bénédicte Schmit et Domnique Blanc-Francart, à la tête du label du Labomatic, qui ont su faire hommage à son l’énergie à la fois vulnérable et spontanée.

“Deux filles qui chantent fort”

Le groupe se définit par l’expression “deux filles qui chantent fort”. Il dresse bien le portrait d’un tandem gagnant : celui d’un travail acharné et d’une volonté irrévérencieuse de réussir. En effet, le duo fusionnel entend bien se faire sa place dans un genre considéré par beaucoup comme très masculin. Les artistes confient : ” Depuis qu’on est petites, on nous fait croire qu’on a trop d’ambition, que l’endroit où l’on veut aller ne nous est pas réservé. “

Quand on a commencé Ottis Cœur, on ne s’est jamais demandé pourquoi on faisait ce projet, pourquoi on passait des heures à travailler […]. On l’a juste fait, l’une à travers le regard des autres, avec nos failles et nos défauts. Point.

Pas découragées pour autant, elles continuent : “Quand on a commencé Ottis Cœur, on ne s’est jamais demandé pourquoi on faisait ce projet, pourquoi on passait des heures à travailler, si on était capable de faire un EP, de l’enregistrer et de jouer de tous les instruments nous-mêmes. On l’a juste fait, l’une à travers le regard des autres, avec nos failles et nos défauts. Point.”

La frustration comme source d’inspiration, ce n’est pas un concept innovant, en particulier dans le milieu de la musique rock. Pourtant, Camille et Margaux s’imposent volontairement en tant qu’artistes féministes, citant l’autrice à succès Roxane Gay : ” La pop culture est un reflet du climat socio-culturel ambiant, et lorsque la pop culture fonctionne au meilleur d’elle-même, elle participe à changer les mentalités.” Et Margaux Jaudinaud en profite aussi pour mettre en lumière les préjugés ordinaires dans son travail d’illustratrice.

Suivez l’actualité d’Ottis Cœur sur Instagram.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.