L’anniversaire d’un club mythique comme la fabric de Londres, ça devait se vivre au moins une fois, alors hop, un saut dans le TX4, c’est ce fameux modèle de taxi londonien que l’on peut encore observer sur les brochures d’un Thomas Cook Voyage et qui doit être assez grand et haut de plafond pour accepter le fameux chapeau melon. Un début d’aventure qui avait déjà l’appellation d’un vieux synthé Roland, c’est de l’affinité dans la consonance.

Sur le trajet, notre regard était branché sur les dernières news que fournissait la fabric sur son event Facebook …

– « Ils sont pas mauvais quand même coté identité visuelle, t’as observé leur affiche ?! »

– « Ouai, rien de vraiment très original – Disons qu’il se la joue hindi avec des pigments de couleurs, t’as le vert de l’harmonie, l’orange pour l’optimisme, le rouge pour l’amour des filles de Londres et le bleu pour la vitalité ! Ce soir c’est Krishna qui régale quoi ! »

Fabric 17 Octobre

Vivant végétal.

Au-delà de l’aspect promotionnel d’une « color run de la techno », on a regardé d’un peu plus près sur « les internets » et le moins que l’on puisse dire c’est que Roberto Rossolin (le directeur créa.) de la fabric a un véritable amour du « vivant végétal » sublimé à un aspect plus contemporain. On te laisse découvrir quelques unes des ces affiches ci-dessous.

N’hésite pas à faire un saut sur son site : http://www.plusyes.com

Fabric 16 Octobre     Fabric affiche 3

fabric affiches     fabric affiche 4

Le pudding sonore du week-end.

Arrivé devant le club, l’immeuble est victorien. On y retrouve des anglais sortant du boulot, beaucoup de français, des anglaises légèrement vêtues, pas de hasard, nous sommes bien devant l’institution techno de Londres. Et oui institution ! Il faut dire qu’il en a vu défiler des clubbers (plus de 5 millions paraît-il !) venu apprécier les plus grands DJs de la planète.

Et qui dit 16ième Birthday, dit line-up mémorable dispersé dans 3 rooms : Paranoïd London, Matrixxman, Ben Sims, Steffi, Ricardo Villalobos, Jamie Jones, Marcel Dettmann, les résidents Craig Richards, Terry Francis … 30h de live non-stop du Samedi au Dimanche, le « plateau-gâteau » = le pudding sonore du week-end.

fabric

L’entrée se manifeste comme celle d’un aéroport avec des portiques de sécurité; les vigiles sont plutôt sympas, certes un peu criards pour faire avançer les clubbers mais sereins.

Plusieurs cavités sous terres comme un réseau, voilà comment est conçue la fabric. Souvent présentée comme un labyrinthe, l’idée n’en démord pas lorsqu’on découvre pour la toute première fois la fabric. Après tout, se perdre dans ce genre de frénésie architecturale et sonore, c’est un malin plaisir. Alors on déambule, on s’offre un premier panorama qui donne sur la room 1 (la plus grande salle du réseau) puis on longe des murs et voûtes de briques pour arrivée dans la room 2 où l’Américain Matrixxmann est aux manettes. Il envoie sèchement. Un tour dans la dernière room où Steffi assure pour un public « friendly » mais l’appel de la room 2 comme salle de jeu est de plus en plus forte. Elle est sans nul doute celle qui ressemble le plus à « une expérience Berghain » d’un point de vue sonorités.

Le degré de la communion et du partage est au sommet.

Retour donc en room 2 sur Matrixxman qui est toujours en train de chauffer le début de cette nuit d’anniversaire et l’on embarque volontiers sur sa planète à rythme.

Dans un coin de la cabine, Ben Sims est lui aussi envieux d’en découdre avec son public et ça tombe bien car la transition est dans quelques minutes. Il est un peu plus de 2h30 et Ben Sims est cette fois-ci à l’attaque, il est anglais et est chez lui. Les basses sont affinées, l’énergie est folle, on en prend plein les oreilles. L’harmonie entre Ben Sims et ses clubbeurs ne pourrait être meilleure. Le degré de la communion et du partage est au sommet. Tu sais, c’est ce degré du « Whaaaa » qui est parfaitement ressenti par la grande majorité de « smiles » qui t’entoure.

Vers 5h du matin, Marcel Dettmann est lui aussi venu partager ses rythmes transcendant, et ce n’est pourtant que les début de ce 16Ième Birthday. Les sous-sols de Londres n’avaient tremblés que 6 heures, il en resterait encore 24 …

Matrixxman - Sarah Ginn 2015
Matrixxman by Sarah Ginn