bodeguita Murgida

Murgida : les débuts d’un artiste au parcours singulier

Adrian Murgida prépare avec “bodeguita” la sortie de son premier EP, de quoi compléter sa carrière d’artiste aux multiples facettes.

Photo d'Adrien Murgida.

Avec le clip de son tout premier titre « bodeguita », le cascadeur, acteur et désormais musicien travaille sur la sortie de son premier EP. Découverte d’un artiste qui multiplie les cordes à son arc.

Photo du clip "Bodeguita".

Un parcours particulier 

À la sortie de ses études en école de commerce, Adrian entre dans la vie active en tant qu’agent immobilier. Il devient ensuite chocolatier dans la capitale britannique à Londres. Finalement, il laisse tout tomber pour vivre de sa passion : la scène, le jeu, l’art en général. Il s’installe alors à Lyon où il étudie le théâtre à l’école Acting-Studio. Il y rencontre Stéphane Margot, un comédien et cascadeur, qui lui propose le travail d’acteur-cascadeur sur le film Kaamelott. Cette expérience lance sa carrière dans le milieu et il décide de déménager à Paris et de continuer sur cette voie.

Si Adrian s’épanouit dans ce métier, c’est un projet qui l’a pourtant toujours fait vibrer : la musique. L’artiste aime l’idée d’être à la fois auteur, compositeur et metteur en scène de ses projets. Dernièrement, il a donc décidé de franchir une nouvelle étape dans sa carrière d’artiste en se lançant dans la réalisation musicale. Il a déjà sorti une vidéo pour son titre « bodeguita » où l’artiste mélange différents genres musicaux, entre lo-fi, rap et pop.

bodeguita” : des débuts entre mélancolie et légèreté

Le clip se déroule sur les toits de Paris, non loin de Montmartre, dans le 18ème arrondissement. Il se déroule au moment du coucher de soleil où la lumière plus douce du crépuscule rend déjà nostalgique de la journée passée. Le décor est posé, et on y découvre une atmosphère chaleureuse. Le groupe est légèrement vêtu alors que la nuit tombe, c’est un soir d’été, les lumières de la ville s’allument peu à peu. 

Ce cadre chaleureux mais aussi mélancolique convient parfaitement à la chanson elle aussi caractérisée par un certain antagonisme. Le chanteur y déclame un texte aux accents sombres, mais sur un air léger qui nous fait, par moments, oublier la tristesse des paroles. C’est d’ailleurs ce que recherchait l’artiste dans la réalisation de son premier titre. « Dans ce morceau, je voulais qu’il y ait un contraste entre la musique et les paroles » explique-t-il. Un pari réussi, qui en laisse espérer beaucoup pour la suite.

Retrouvez Murgida sur son compte Instagram.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.