MissMe ou l’artiste qu’il te manquait

MissMe street art

On parle souvent de l’Art comme étant une chose inaccessible et réservée à une certaine élite, comme on pense rarement que l’Art peut envahir son appartement. Et pourtant.
Montréal est désormais connue et reconnue pour être un des poumons artistiques de l’Amérique du Nord. Des festivals aux expositions, en passant par d’innombrables galeries d’art, chaque coin de rue regorge de curiosités.
Le street-art envahit peu à peu, officiellement et officieusement, les façades des immeubles des grandes artères de la ville. Forcément, l’acquisition de ce genre de murales pour les accrocher fièrement au mur de son salon est compliquée, voire littéralement impossible. Mais c’était sans compter Fresh Paint.
Fondé par la Convention Internationale de Graffiti Under Pressure, ce projet a vu le jour en 2011. L’objectif de cette initiative montréalaise: investir des lieux « désertés » du centre-ville pour les faire revivre en laissant les talents s’exprimer et les faire découvrir par le biais d’expositions et d’événements.
Ce regroupement d’artistes locaux et internationaux, largement influencés par le mouvement street-art et le graffiti, est avant tout un projet alternatif, brisant les codes du milieu culturel traditionnel. Et dans tout ça, il y a MissMe.

creation par MissMe artiste


MissMe c’est la Suisse, la France et le Canada mélangés. Des icônes de la Pop Culture « revisitées » pour un rendu propre et beau, le tout saupoudré de messages engagés et de symboles forts.
De Nina Simone à Amy Winehouse en passant par Tupac, les légendes du Jazz et de la culture populaire sont élevés au rang de saints dans sa série baptisée en toute logique « Saints of Soul ». Que ce soit en noir et blanc ou colorées, ses oeuvres, à la base éphémères, attirent obligatoirement l’attention. Pour l’artiste, disposer ses créations dans la rue lui permet de s’affranchir des intermédiaires. Et ses revendications déguisées ont fait du chemin.
En 2015, dans la catégorie « Meilleure Exposition », du sondage annuel « Best Of Mtl » du magazine montréalais Cult Mtl, « Saints of Soul » à la galerie Fresh Paint est arrivé 4ème, juste derrière des expositions d’envergure présentées au MAC ou au MBAM.

art urbain a paris par MissMe


Le street-art se démocratise sans pour autant perdre son âme revendicatrice. Et dans ce processus de « popularisation » en découle cette envie irrésistible de se procurer ces œuvres.
L’exemple le plus probant de cette tendance : Banksy.
Le 21 mai dernier, l’acteur Leonardo DiCaprio offrit au cours du Gala de l’amfAR (American Foundation for AIDS Research) un authentique tableau de l’artiste, estimé à plus d’1 million de dollars. En opposition à ces sommes mirobolantes, le site iCanvas rend les œuvres de Banksy accessibles à tous. Des reproductions vendues à partir de 50 dollars que l’on peut désormais acquérir facilement et légalement.
Et quel est le rapport avec MissMe ? Ses œuvres sont également disponibles ponctuellement en print à la galerie Fresh Paint au 256 Sainte-Catherine Est ou sur le site de Society6.

art illustré

Si je vous parle de MissMe, c’est aussi parce qu’elle fut la première artiste que j’ai découvert en arrivant à Montréal et grâce à laquelle j’ai été introduite à la scène artistique underground de la ville. Je suis arrivée dans un appartement où les murs étaient couverts de ses illustrations et le résultat était tout simplement magnifique. À cette époque, Fresh Paint était situé au 185 Sainte-Catherine Est, et après quelques recherches, je m’y suis rendue pour dévaliser leur stock de prints à 10$ chacun. Maintenant, à chaque déménagement, ces affiches font partie des rares choses qui me suivent.
Et puis, le 1er Juillet arrive à grand pas, avec sa vague de folie rénovatrice et décoratrice… Une découverte qui tombe à pic pour pimper votre chez vous.

art par MissMe
finger
tumblr_m1pncpbctO1r7hj8v
collage par l'artiste de rue MissMe
MissMe
collage sur poubelle
collage dans la rue
illustration colorée MissMe
collage de street art par MissMe

le site de l’artiste

Plus d'articles
Daily Paper : la rencontre du streetwear et de la culture africaine